Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Sauvages des haies & forêts
Tri  


1 2 3 ... 8
Grande Ortie: les papillons d'abord! (vanesses)
Date 17/01/2017
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Comms 3 commentaires

Urtica dioica, Grande Ortie, Poitiers gare

Grande Ortie: une compagne généreuse, fidèle et piquante!


Urtica dioica (Grande Ortie ou Ortige en poitevin-saintongeais) fait office de chef de clan chez les Urticaceae. Voilà probablement la Sauvage la plus emblématique des milieux habités par l'homme, une rudérale que tout le monde connaît intimement depuis l'enfance (ouch! Urtica est issu du latin urere, «brûler»). Nul besoin de revenir sur ses qualités gustatives, tant les meilleurs cuisiniers s'y sont déjà frottés, pour notre plus grand plaisir. Pour ma part, c'est encore en soupe, avec quelques pommes de terre, que je la préfère (vos recettes personnelles sont bien sûr les bienvenues, en commentaires de cet article).


L'usage médical populaire d'Urtica dioica reste un peu moins connu, mais il n'étonnera personne: la première médication de l'homme reste son alimentation, et une Sauvage riche en protéines et en fer comme l'Ortie a forcément retenu les attentions. Urtica dioica fut consommée pour ses vertus fortifiantes, régulatrices pour le transit, dépuratives, ou même aphrodisiaques (voir liens en bas d'article). Mais la Sauvage a aussi été utilisée à des fins bien plus exotiques, telle la flagellation des atouts masculins pour traiter l'impuissance (50 nuances de verts)!


Colonie de Grande Ortie, Poitiers bords de Boivre

Colonie de Grande Ortie, Poitiers bords de Boivre


Les fibres d'Urtica dioica ont été utilisées par l'homme dans la confection de cordages ou de vêtements (sacs, pulls ou même chaussettes). Une utilisation ancestrale, puisque la momie Ötzi retrouvée dans les glaces des Alpes italiennes en 1991 (surnommée «Hibernatus» en France) était équipée d'un fourreau à couteau en fibres d'orties (Hibernatus vivait probablement entre 3350 et 3100 avant Jésus Christ).

- L'hiberné a été identifié.

- Et bien tant mieux. Mais je ne vois pas en quoi cela peut me concerner...

- Vous connaissez la famille de l'hiberné... C'est une famille qui vous touche de près. De très près.

- De très près? Vous m'intriguez...

(Hibernatus, Edouard Molinar)

Enfin, le purin d'ortie (macération de feuilles dans de l'eau) est sans doute la plus célèbre des potions magiques des jardiniers, utilisée tantôt comme herbicide, tantôt comme répulsif à insectes ou comme engrais azoté (tout est une question de dosage). Bref, Urtica dioica est pour l'homme une Sauvage à tout faire, un couteau suisse végétal!


Urtica dioica, Grande Ortie, Poitiers bords de Boivre

Jeune pousse deviendra grande (Grande Ortie, jusqu'à 2m de hauteur à maturité), Poitiers bords de Boivre


Pourtant, Urtica dioica est souvent regardée comme une «mauvaise herbe»; une considération récente, car la Sauvage a été cultivée comme un légume jusqu'à la moitié du 20ème siècle. La faute à ses piquants ou à sa vigueur dans les milieux colonisés par l'homme? Urtica dioica est une vivace qui prend ses aises sur les sols déséquilibrés par l'activité humaine, riches en éléments organiques, en fer (du fumier et un vieux tas de ferraille sont un coin de paradis pour elle) ou saturés en nitrates (issus des pollutions et des amendements agricoles).


Capable de se propager rapidement via ses souches traçantes, Urtica dioica se ressème abondamment via ses fleurs mâles et femelles disposées sur des pieds différents (elle est dioïque) que le vent pollinise. C'est d'ailleurs le meilleur moyen de distinguer la Grande Ortie de l'Ortie brûlante (Urtica urens), une fausse jumelle plus petite (entre 20 et 60 cm seulement), annuelle, qui présente côte à côte sur un même pied fleurs mâles et fleurs femelles.


Urtica dioica, Grande Ortie, Poitiers bords de Clain

Savez-vous reconnaître Monsieur et Madame Grande Ortie? À gauche, les fleurs femelles, avec leur stigmate en «pinceau» et leur port retombant. À droite, les fleurs mâles avec leur port dressé à maturité.


Soyons honnêtes, il convient parfois de freiner les ardeurs de la Grande Ortie dans les zones anthropisées, ne serait-ce que pour encourager d'autres espèces de Sauvages moins compétitives. N'empêche qu'au jardin, la faute à la soupe et au purin, ses colonies sont toujours trop maigres pour celui qui sait l'apprécier à sa juste valeur! Et malgré sa nature débordante, elle possède un atout de taille pour la biodiversité...


Urtica dioica, Grande Ortie, Saint Aignan (41)

Caché à l'abri des hommes et des animaux, sur ou sous les feuilles de la Grande Ortie!


Urtica dioica est un véritable hôtel, ou une véritable pouponnière, pour un nombre ahurissant d’espèces. Ses colonies forment des «villes à insectes», abritant papillons, chenilles, coléoptères, mouches ou autres punaises (ainsi que tous leurs prédateurs)... A cause de son pouvoir urticant, Urtica dioica n'intéresse guère les ruminants, et constitue un refuge sûr. Sa richesse en azote offre les ressources qui permettent à ses convives de trouver les protéines nécessaires à leur croissance.


Si la présence trop banale de la Sauvage le long des routes ne vous réjouit plus, approchez vous d'un peu plus près pour (re)découvrir l'univers surprenant qui se cache sous ses feuilles. Difficile d'être exhaustif sur ce thème, mais profitions de l'occasion pour quitter le domaine de la botanique et laisser Olivier Pouvreau, notre lépidoptériste maison (c'est à lui que nous devons les encarts «Le petit monde de...» sur Sauvages du Poitou), guider la promenade en nous présentant quelques spécimens emblématiques qui rampent et volent autour de ce vert continent; l'occasion de rappeler que chaque Sauvage est une planète autour de laquelle gravite une myriade d'habitants!


Urtica dioica, printemps et été! Sauvages du Poitou


En France, les massifs d'Orties bien exposés au soleil peuvent servir de lieux de ponte à cinq espèces de papillons de jour, appartenant à un groupe appelé vanesses (Vanessa).


Avec sa tenue flamboyante, le Paon du jour (Aglais io) est sans doute le spécimen le plus remarquable de ce clan: ses ocelles rappellent les plumes du paon (d'où son nom) et peuvent dissuader les prédateurs de s'approcher. En effet, en ouvrant et en fermant rapidement ses ailes, le Paon du jour laisse paraître ses jolies taches comme quatre yeux menaçants! Cette espèce est commune, profitant d'une bonne adaptation tant à la campagne qu'à la ville, où elle butine les fleurs ornementales des jardins.


Aglais io, Paon du jour, Puy-de-Dôme (crédit photo: Olivier Pouvreau)

Paon du jour butinant, tous ocelles dehors!


Le nom vernaculaire du Vulcain (Vanessa atalanta) résulte du dieu romain du feu, de la forge et des volcans: une allusion aux bandes flamboyantes de ses ailes rappelant le fer porté à incandescence par le forgeron. Il est la vanesse la plus commune en Poitou, facilement observable toute l'année, y compris lors des journées d'hiver les plus ensoleillées (lorsque la température atteint 15 degrés, ce qui arrive de plus en plus régulièrement, réchauffement climatique oblige).


Vanessa atalanta, Vulcain, Vienne (crédit photo: Olivier Pouvreau)

Vulcain mâle surveillant son territoire... Gare aux autres mâles qui le franchiraient!


Le nom de cette curieuse espèce qu'est le Robert-le-Diable (Polygonia c-album) vient d'un personnage légendaire du Moyen âge, en raison de sa couleur feu et de la découpe de ses ailes. L'homochromie de son revers lui permet de ressembler à une feuille morte une fois posé, les ailes repliées. Ce camouflage a néanmoins ses limites: un «C» blanc visible aux ailes postérieures (qui lui a valu son nom latin et son autre nom vernaculaire, le Gamma, troisième lettre de l'alphabet grec) peut le trahir à qui sait observer... Robert le Diable n'est pas très exigeant quant à ses lieux de vol, ce qui le rend assez commun. Il peut aussi se révéler sans-gêne, n'hésitant pas à se servir du promeneur comme d'un reposoir!


Polygonia c-album, Robert-le-Diable, Vienne (crédits photos: Olivier Pouvreau)

De gauche à droite: Robert-le-diable en insolation au printemps, Robert-le-diable déguisé en feuille morte et Robert-le-diable apprivoisé!


La Carte géographique (Araschnia levana) est la plus petite des vanesses, jamais abondante mais néanmoins assez commune dans les stations humides où pousse l'Ortie (dans les mégaphorbiaies par exemple). Au 19ème siècle, son aire de répartition se limitait au quart nord-est de la France puis elle s'est accrue jusqu'à occuper presque tout le territoire au cours du 20ème siècle, ce qui constitue l'extension la plus spectaculaire (de surcroît inexpliquée) des espèces françaises de rhopalocères (terme scientifique désignant la majeure partie des papillons diurnes). La grande particularité de la Carte géographique est de présenter deux formes saisonnières très différentes dans l'année (l'espèce est dite «bivoltine», c'est-à-dire qu'elle produit deux générations par an): une forme orangée au printemps (forme dite levana) et une forme noire avec une bande blanche en été (forme dite prorsa). Linné lui même — Saint-Père des naturalistes — fut trompé par ce dimorphisme: il décrivait ces deux aspects comme relevant de deux espèces différentes... Amorçant un grand débat parmi les premiers lépidoptéristes!


Araschnia levana sur Urtica dioica, Vienne (crédits photos: Olivier Pouvreau et Sauvages du Poitou)

Robe de printemps (à gauche) et robe d'été (à droite) de la Carte géographique.


Quant au nom Carte géographique, il n'est pas issu du talent de l'espèce à la conquête territoriale; il est dû à l'entomologiste Engramelle qui décrivit en 1779 le dessin du revers des ailes du papillon comme «des chemins et des rivières sur un plan».


Araschnia levana, Carte géographique, Vienne (crédit photo: Olivier Pouvreau)

Le revers façon «carte IGN» de la robe de la Carte géographique!


Autrefois répandue, la Petite tortue (Aglais urticae) s'est considérablement raréfiée en plaine (et donc dans le Poitou) depuis la grande sécheresse de 1976, mais d'autres causes sont avancées: réchauffement climatique, parasitoïdes... (Voir l'article de l'entomologiste Vincent Albouy sur ce sujet)

- Il y a longtemps qu’il est parti, Shérif?

- J’en sais rien... (...)

- Oh! Shérif! On l’a manqué de peu! Il faut qu’on signale ça à la radio!

- D’accord! Mais qu’est-ce qu’on signale?

(No Country for Old Men, Joel et Ethan Coen)

Aglais urticae, Petite Tortue, Lot (crédit photo: Olivier Pouvreau)

Regardez-moi bien dans le blanc des yeux: comme je me fais rare dans les plaines de l'Ouest, si vous me trouvez, signalez-moi auprès de Sauvages du Poitou! (Petite Tortue)


En France, Urtica dioica est une plante-hôte larvaire de choix pour les cinq papillons précités. Elle est exclusive chez le Paon du jour, la Carte géographique et quasi-exclusive chez la Petite tortue (qui tire directement son nom latin, Aglais urticae, de celui de l'Ortie). De son côté, le Vulcain peut localement déposer ses œufs sur les Pariétaires (Parieteria sp, une autre Urticaceae). Le Robert-le-diable  quant à lui semble placer l'Ortie à son menu au même rang que le Houblon (Humulus lupulus) et diverses espèces d'Ormes (Ulmus sp).


Les femelles de vanesses ont l'habitude de pondre en petits tas de dizaines à plusieurs centaines d’œufs sur le revers des feuilles de leur plante préférée. Ces œufs possèdent tous des côtes marquées, autre caractéristique du groupe. Les pontes les plus étonnantes (et uniques chez les rhopalocères de France) sont probablement celles de la Carte géographique: elles ressemblent à des guirlandes de 6 à 20 œufs suspendus dans le vide (voir cette vidéo du naturaliste André Lequet)... Dame Nature étant toujours prévoyante, l’œuf situé au bout du chapelet éclot heureusement le premier!


Inachis io sur Urtica dioica, Saint Aignan (41)

Nid de soie et crottes des chenilles du Paon du jour


Les chenilles de Paon du jour, de la Petite tortue et de la Carte géographique vivent en colonies au sein de toiles de soie jusqu'à leur dernier stade de développement (4 ou 5 stades selon les espèces) durant lequel elles s'éparpillent pour se nymphoser. Celles du Robert le diable et du Vulcain sont solitaires. Toutes les chenilles de vanesses portent des épines (scolies) caractéristiques. Les nids les plus faciles à repérer sont probablement ceux du Paon du jour (c'est en tout cas ceux que l'équipe de Sauvages du Poitou ont le plus croisés), reconnaissables à la défoliation des Orties, aux résidus de toiles, aux mues des chenilles et à leurs nombreuses crottes.


Le vol des vanesses est typique, même de loin: rectiligne, puissant, nerveux, avec des séquences planées, les ailes bien à l'horizontale. La poursuite de deux mâles de Vulcains est spectaculaire (lorsqu'un mâle atteint le territoire d'un autre), mêlant planés, accélérations, brusques crochets, envolées «en chandelle»... On est loin du vol papillonnant, palpitant et quelque peu confus de bon nombre d'espèces de papillons.


Papillonner comme un papillon, vanesser comme une vanesse!


Les motifs des vanesses sont si remarquables qu'ils permettent facilement de les identifier. Le Paon du jour et le Vulcain sont reconnaissables au premier coup d’œil. Toutefois, l'identification peut se compliquer lorsque les vanesses sont observées les ailes fermées, leur dessous leur conférant un aspect cryptique de feuille morte; un camouflage bien utile car, mis à par la Carte géographique (et la majorité des papillons, qui passent l'hiver à l'état de chenille ou de chrysalide), les vanesses françaises hibernent durant 4 à 9 mois à l'état adulte, les ailes fermées pour passer inaperçues auprès des prédateurs (rongeurs, oiseaux…). Les imagos (papillons adultes) qui hibernent reprennent leur activité au début du printemps, dès février-mars dans nos régions.


Aglais io, Paon du jour, Vienne (crédit photo: Olivier Pouvreau)

Paon du jour en hibernation dans la cave d'Olivier. En frottant ses ailes antérieures sur les postérieures, le papillon produit un son grinçant et des ultrasons qui peuvent mettre en déroute les rongeurs, ses prédateurs!


Aussi, au retour de la belle saison (et même durant les journées douces d'hiver), près des piquantes colonies de la Grande Ortie (mais pas seulement bien sûr), si devant vous passent quatre splendides ailes à toute vitesse: vanesse!


Pour aller plus loin :

- Urtica dioica sur Tela-botanica

- Des idées recettes d'Ortie originales sur le blog Sauvagement bon

- Utilisation de l'Ortie à travers l'histoire sur le blog Books of Dante

- Détails sur l'utilisation de l'Ortie à des fins thérapeutiques sur le site Phytomania


Lectures recommandées:

- Les secrets de l'Ortie de Bernard Bertrand aux éditions de Terran, la bible de l'Ortie!

- Fleurs et insectes de Margot et Roland Spohn, éditions Delachaux et Niestlé


Urtica dioica par Pierre Bulliard (Flora Parisiensis, 1776)


Grande Ortie griffée d’après nature dans Flora Parisiensis de Pierre Bulliard (1776), une gravure dénichée parmi les ouvrages naturalistes conservés par le fonds ancien de la bibliothèque universitaires de Poitiers... Autant de trésors à retrouver dans les pages de Sauvages du Poitou à partir de février 2017, affaire à suivre!

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Un conte de Noël: Fragon, le petit balayeur
Date 21/12/2016
Ico Sauvages des haies & forêts
Comms 2 commentaires

Ruscus aculeatus, Fragon, Poitiers bords de Boivre


Ruscus aculeatus (Fragon ou Fregeon en poitevin-saintongeais) appartient à la famille Asparagaceae (ex Liliaceae) dans les classifications récentes. La Sauvage doit son nom de clan aux Asperges; difficile au premier coup d’œil de trouver un air de famille dans cet assemblage hétéroclite, où Fragon et Asperges côtoient les Agaves, les Scilles, les Jacinthes ou les Muscaris! À ce jour, la mise en ordre des anciennes Liliaceés ressemble à un jeu de chaises musicales sur fond de sables mouvants, et la partie est loin d'être terminée...

Je vais ranger la forêt...

(RRRrrrr!!!,  Alain Chabat)

Peu importe, le Fragon brille avant tout pour son originalité, et non pour ses ressemblances avec telle ou telle Sauvage. Mais si l'on devait lui trouver un faux frère dans le règne végétal, ce serait plutôt le Houx (Ilex aquifolium de la famille Aquifoliaceae). Si bien que Ruscus aculeatus est surnommé Petit Houx, et que son nom de Fragon dérive du bas latin frisco, l’appellation gauloise du Houx. Si le Houx est un petit arbre, le Fragon n'est qu'un sous-arbrisseau, forcément vivace, qui aime les sols ombragés et bien drainés des forêts de plaine et de montagne.


Ruscus aculeatus, Fragon, Poitiers bords de Boivre

Fragon, trop grand pour être une herbacée, trop petit pour être un arbuste: tel est le triste sort du sous-arbrisseau!


Mais on aurait tort de trop rapprocher Houx et Fragon; non parce que leurs feuilles persistantes ne se ressemblent pas (celles du Houx présentent des bords onduleux et épineux), mais surtout parce que le Fragon n'a pas de feuilles! Approchez Mesdames et Messieurs, le Fragon est un véritable phénomène de foire...

Le Fragon: un véritable phénomène de foire!

Les feuilles de Fragon n'est sont pas, elles sont en réalité des rameaux aplatis, nommés cladodes. On pourrait s'étonner d'une telle distinction, d'autant plus que les cladodes assurent bel et bien la photosynthèse... Mais lorsqu'on se penche vers la Sauvage pour chercher ses fleurs mâles ou femelles (disposées sur des pieds différents, le Fragon est dioïque), une drôle de surprise nous attend:

Ruscus aculeatus, Fragon, Poitiers bords de Boivre

Fleur verdâtre (3 pétales et 3 sépales) du Fragon, portée par un cladode, c'est à dire un rameau aplati tel une feuille.


Seuls des tiges ou des rameaux peuvent supporter des fleurs. CQFD: si les feuilles du Fragon portent les fleurs, c'est qu'elles ne sont pas des feuilles! Mais en botanique comme en magie, rien n'est jamais définitivement tranché: le Fragon a bien des feuilles, mais pas là où on s'attend à les trouver. La petite épine disposée au bout de chaque cladode est une feuille, si réduite qu'elle ne peut plus assurer ses fonctions chlorophylliennes (c'est souvent le cas chez les Asparagaceae). En quelque sorte, chez le Fragon, les feuilles sont des rameaux et les épines sont des feuilles!


Ruscus aculeatus, Fragon, Poitiers bords de Boivre

Les fruits du Fragon au cœur de l'hiver poitevin! (Poitiers bords de Boivre)


C'est au cœur de l'hiver que l'excentricité du Fragon est la plus manifeste: les baies rouges des pieds femelles suspendus aux cladodes donnent l'impression de léviter à quelques centimètres de la tige. Un œil peu averti les confondra peut être avec les fruits du Houx, et la branche terminera dans un salon à la veille de Noël, décorant le manteau de la cheminée.


Joyeux Noël avec Sauvages du Poitou!

Les Sauvages de mon jardin (Fragon, Lierre grimpant, Clématite vigne-blanche, Cotonéaster...) vous souhaitent un joyeux Noël!


Si le goût de la cueillette vous prend, soyez vigilant: le Fragon est un plante commune dans l'ouest (c'est le cas en Poitou) et le sud du pays, mais tend à se raréfier au centre, et surtout à l'est et au nord de la France. Le Fragon est même placé sous divers statuts de protection dans plusieurs régions et départements. Renseignez vous avant de lui soustraire quelques branches, il se pourrait que vous soyez tombé sur un trésor qui mérite la plus grande bienveillance.


Ruscus aculeatus, Fragon, Poitiers bords de Boivre

Fragon dans la force de l'âge: qui s'y frotte s'y qui pique! (Poitiers bords de Boivre)


Si votre territoire le permet, le prélèvement d'une poignée de rameaux (avec modération, la croissance du Fragon étant somme toute assez lente) peut vous permettre de fabriquer un balai de fortune, ou un hérisson de ramonage pour entretenir la cheminée. Le Fragon est d'ailleurs nommé Butcher’s broom («balai du boucher») outre manche (à balai): on pensait autrefois qu'en plus de servir d'ustensile de ménage, les parties aériennes de la Sauvage contenaient une huile essentielle capable de freiner la prolifération des bactéries. Idéal pour nettoyer le plan de travail d'un coupeur de steak! Mais peut-être préférerez vous simplement placer quelques tiges sur votre panier à provision, les épines tenant à l'écart les souris chatouilleuses.


Ruscus aculeatus, Fragon, un balai sauvage!

Mon fidèle balai de sorcier en Fragon et Noisetier, dont l'unique pouvoir connu à ce jour est de rassembler les feuilles mortes sur le pas de ma porte!


Les «feuilles» et fruits rouges du Fragon sont légèrement toxiques (certaines personnes consomment ses jeunes pousses ou «turions», cuites comme des asperges, mais je n'ai jamais tenté la recette). La Sauvage, et plus particulièrement son rhizome qui exhale une légère odeur de térébenthine, est utilisée en médecine populaire: réputée tonifiante pour le système veineux, elle est parfois prescrite en décoction pour traiter les jambes lourdes, les varices, les œdèmes, les hémorroïdes ou les engelures (voir liens en bas d'article)...

En revanche, les fruits du Fragon sont toujours bienvenues à la table des oiseaux. En croquant les baies, puis en rejetant les graines contenues dans leurs fientes, les volatiles permettent à la Sauvage de de disperser sur le territoire (endozoochorie).

Né phénomène de foire, tour à tour balayeur, ramoneur, guérisseur, et finalement voyageur à dos de crotte d'oiseau... La chronique des mille vies du Fragon, quelque part entre Charles Dickens et Paul Auster,  a surement de quoi égayer nos longues veillées d'hiver!

Pour aller plus loin:

- Ruscus aculeatus sur Tela-Botanica

- Un article du blog Books of Dante sur l'usage médicinal du Fragon Petit Houx à travers l'histoire

- Composition chimique et propriétés du Fragon sur le site Phytomania

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Buisson ardent: allumer le feu!
Date 09/07/2016
Ico Sauvages des haies & forêts
Comms Aucun commentaire

Pyracantha coccinea, Buisson ardent, Sauvages du Poitou


Pyracantha coccinea (Buisson ardent) est un arbuste épineux de la noble famille Rosaceae, le clan des fraisiers, mûriers, framboisiers, mais aussi de célèbres géants comme les cerisiers, pommiers, pêchers, pruniers... La Sauvage est une indigène importée en France dans la seconde moitié du 19ème siècle, à des fins ornementales, ou pour constituer des haies «défensives» (c'est à dire infranchissables pour nombre d'animaux, à commencer par l'homme!). Elle s'est aujourd'hui échappée des jardins et il n'est pas rare de la croiser (ou de croiser ses hybrides et ses cultivars) au détour d'une friche, d'une haie ou en lisière de forêt.


Son nom Pyracantha vient du grec Pyros, le feu: celui de ses fruits oranges, jaunes ou rouges vifs qui embrasent le paysage à l'automne.

On va leur mettre le feu. Je peux vous dire que Johnny Hallyday au Stade de France, à côté c’est un Playmobil dans un évier!

(Podium, Yann Moix)

Pyracantha coccinea, Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Buisson ardent, Poitiers bords de Clain


Si notre Buisson ardent ressemble aux Cotoenasters lorsqu'il est en fruit, d'autres arbustes de son clan, il en diffère par la fine dentelure de ses feuilles épaisses, et surtout par ses épines affutées (les Cotoenasters en sont démunis) qui peuvent provoquer des piqures très douloureuses... Acantha en grec signifie d'ailleurs «épine»: Pyracantha est, littéralement, l'«épine de feu»!


Cotoenaster versus Pyracantha coccinea, Poitiers bords de Clain

Cotoenastier (à gauche) versus Buisson ardent (à droite), Poitiers bords de Clain


Les rameaux flamboyants de Pyracantha coccinea se dressent jusqu'à 3 mètres de hauteur («coccinea» est l'«écarlate» en latin); mais qui dit fruit dit forcément fleur... Bien avant de s'embraser, c'est à dire dès la fin du printemps, l'arbuste offre un autre spectacle: Pyracantha coccinea étale ses branches autour de lui comme autant de bras parfumés et mellifères...


Fleurs en corymbes du Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Si un Buisson ardent vous tend la branche, gare à ses épines!


Des tentacules chargées de fleurs blanches qui régalent les abeilles, les cétoines (des coléoptères) et les phasmes (des insectes dont le corps imite la forme de brindilles pour se dissimuler).


Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Fleurs en corymbes du Buisson ardent, Poitiers bords de Clain


Ce sont finalement les grives, les merles et les rouges-gorges qui se régalent de ses fruits (légèrement toxiques pour l'homme) à l'automne. Les oiseaux profitent de l'abri défensif que le buisson épineux leur procure, y établissant parfois leur nid. Les fruits consommés par les volatiles assurent la dispersion des graines sur de grandes distances, et c'est sans doute la voie des airs qu'a choisit Pyracantha coccinea pour s'évader des jardins particuliers.


Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Feuilles persitantes, obovales et denticulées du Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Et l'Ange de l’Éternel lui apparut dans une flamme de feu, du milieu d'un buisson, et il regarda, et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point.

(Bible, Exode 3:2)

Son nom vernaculaire, Buisson ardent, s'inspire d'un épisode biblique célèbre, où Moïse, en train de mener son troupeau, tombe nez à nez avec un miracle flamboyant: un buisson qui brûle sans brûler!

Pyracantha coccinea, Sauvages du Poitou

Peut être que notre temps se prête moins aux miracles, car de nos jours, le Buisson ardent court un gros risque d'embrasement: Pyracantha coccinea, comme quelques autres membres de sa famille (les Cotoneasters mais aussi les Aubépines, Poiriers, Pommiers, Cognassiers, Néfliers...), est sensible à une maladie bactérienne (Erwinia amylovora) qui «brûle» par dessèchement et flétrissement les végétaux touchés, pouvant les tuer rapidement. Triste ironie du sort pour notre Buisson ardent: la redoutable bactérie est surnommée le «feu bactérien».


Pyracantha coccinea subit aujourd'hui une double peine, puisque l'arbuste est sous le coup d'une interdiction à la plantation (sauf dérogation particulière) par arrêté ministériel, l'objectif étant de limiter au maximum la présence des végétaux susceptibles d'abriter et de propager la bactérie pour tenter d'endiguer sa progression sur le territoire français.

O Ciel, que sens-je? Un feu invisible me brule! Je n'en puis plus et tout mon corps devient un brasier ardent! AAAaaah!

(Dom Juan, Molière)

Pyracantha coccinea, Buisson ardent, Poitiers bords de Clain

Buisson ardent, le grand brasier végétal! Poitiers bords de Clain


Pour aller plus loin:

- Pyracantha coccinea sur Tela-botanica

- Arrêté ministeriel interdisant la plantation des végétaux sensibles au feu bactérien en vigueur au 1er Juin 2016.


>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3 ... 8

Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Sauvages du Poitou,

c'est aussi:

Une page FACEBOOK,
Un compte TWITTER,
Une chronique RADIO!
Membre du Café des sciences


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Sauvages des haies & forêts
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page