Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Lathrée écailleuse: rencontre du troisième type

Date 30/03/2017
Ico Sauvages des haies & forêts
Comms 0 commentaire

Lathraea squamaria, Lathrée écailleuse, Biard (86) bords de Boivre


Lathraea squamaria (Lathrée écailleuse ou Clandestine écailleuse) appartient au clan Orobanchaceae dans les classifications récentes (anciennement Scrophulariaceae), au côté des nombreuses Orobanches, des Sauvages qui parasitent d'autre plantes, souvent de manière spécifique (à chaque Orobanche sa victime de prédilection). Autant de plantes dépourvues de chlorophylle et aux silhouettes quelque peu... Extra-terrestres!

- Une chose s'est collée à sa figure.

- Quoi exactement?

- Un organisme...

(Alien, le huitième passager, Ridley Scott)

La Lathrée écailleuse plante généralement ses suçoirs sur les racines du Noisetier commun (Corylus avellana), des Ormes (ulmus sp), de l'Aulne glutineux (Alnus glutinosa) ou du Lierre grimpant (Hedera helix). Mais notre Sauvage ratisse large et peut parasiter d'autres espèces (Épicéa commun, Peuplier tremble, Hêtres, Chênes, Noyers et même la vigne selon certains auteurs...). On la rencontrera dans les milieux respectifs de ses hôtes, avec une nette préférence pour les sols ombragés, frais et humides. Ses tiges, ses écailles (en réalité des feuilles spécialisées dans la mise en réserve ou l'évacuation des substances qu'elle puise) et ses suçoirs sont invisibles au regards. Sous des allures étranges et sommaires en surface, Lathraea squamaria dissimule sous terre des organes imposants et complexes; elle tire d'ailleurs son nom du grec lathraïos signifiant «caché».


Lathraea squamaria par Sauvages du Poitou!

Tiges blanches, «feuilles» écailleuses et suçoirs de la Lathrée écailleuse: sous terre, personne ne vous entend crier!


Au printemps, les rhizomes de Lathraea squamaria produisent (parfois) des fleurs aériennes blanchâtres ou rosées, disposés en épis compacts et recourbés, toutes du même côté. Si l'identification de la plupart de Orobanchacées requiert des compétences aiguisées en botanique alien, les fleurs de notre Lathrée sont caractéristiques et plutôt faciles à reconnaître.


Lathraea squamaria, Lathrée écailleuse, Biard (86) bords de Boivre

Fleurs en épis de la Lathrée écailleuse: un calice velu en cloche d'où dépasse une corolle à deux lèvres... Une Sauvage à nulle autre pareille.


Clandestinité oblige, la floraison de Lathraea squamaria n'est pas garantie chaque année... Si fleurs il y a, celles ci sont pollinisées par les insectes, avant que les fourmis n'en dispersent les graines (myrmécochorie). Les semences (dont la germination semble favorisée par la proximité des racines d'une plante hôte) embraquent suffisamment de réserve pour permettre à la Sauvage de fabriquer ses premiers suçoirs.

Lathraea squamaria, Lathrée écailleuse, Biard (86) bords de Boivre

Lathrée écailleuse au printemps, Biard (86) bords de Boivre


Lathrée écailleuse: dites le avec des fleurs!


Très loin des vagues d'invasion extra-terrestre chères aux romans de science-fiction, Lathraea squamaria se fait en réalité rare dans le pays (la faute à sa discrétion?). Considérée comme une espèce déterminante en Charente, en Charente-Maritime, en Deux-Sèvres et en Vienne, la Sauvage est placée sous divers statuts de protection dans de nombreuses autres départements.

C'est la première fois qu'on rencontre une telle espèce... Il faut le ramener et l'étudier!

(Alien, le huitième passager, Ridley Scott)

Car malgré son statut d'alien, le développement des rares colonies de Lathrea squamaria s'avère plutôt lent et laborieux. La Sauvage ne cause d'ailleurs guère de dommages à ses hôtes. Elle se contente de besoins modestes la plus grande partie de l'année, attendant la montée de sève printanière de l’arbre pour tenter de fleurir et fructifier. Au bout du compte, là où on observe la Sauvage, les hôtes ne semble en rien affaiblis par rapport aux arbres ou arbustes voisins. Alors si vous croisez la Lathrée écailleuse sur votre chemin, n'oubliez pas d’immortaliser l'extraordinaire rencontre en photo... Car en botanique comme en ufologie, seules importent les preuves!


Lathrée écailleuse: I want to blelieve! Sauvages du Poitou


Pour aller plus loin:

- Lathraea squamaria sur Tela-botanica

- Observations anatomiques et biologiques sur le genre Lathrea par E.Chemin (Annales des sciences naturelles - botanique, 1920)


Lathrea Clandestina, Lathrée clandestine, Laval-Renazé (53)

Rencontre du troisième type avec une autre Lathrée à floraison printanière, la Lathrée clandestine (Lathrea clandestina), localisée dans l'ouest de la France seulement.



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Cours de botanique pour les indiens
> Cymbalaire des murs, la Ruine de Rome
> Buddleja du père David, l'arbre aux papillons
> Lamier pourpre, le cœur sur la feuille
> Séneçon commun, l'explorateur
 

Mot-clefs de ce billet...
Orobanchaceae Scrophulariaceae

Commentaires


Aucun commentaire...


Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Sauvages des haies & forêts
> Lathrée écailleuse: rencontre du troisième type
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►