Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Laisser pousser la mauvaise herbe, la poésie et l'imagination!

Date 06/12/2015
Ico Rencontres et billets d'humeur
Comms 2 commentaires

La mauvaise graine attaque la ville!


Malgré ma tendresse pour les Sauvages de nos villes et de nos campagnes, je ne suis pas de ceux dont le poil se hérisse lorsque j'entends parler de «mauvaises» herbes: après tout, il n'est pas toujours vexant de se voir affubler un tel sobriquet. De nos jours, il suffit de sortir un peu du rang, pour devenir un(e) mauvais(e) garçon(fille). De même pour nos Sauvages qui poussent là où certains préfèreraient voir une zone de stationnement bien rangée, plutôt que le doux chaos d'une prairie fleurie. Bien sûr, l'utilité d'un parking peut toujours se défendre; mais guère plus que la nécessité d'un pied de Pissenlit au cœur de la ville (demandez son avis à une abeille!).


Taraxacum sect. Ruderalia, Pissenlit, Poitiers Chilvert
Pissenlit, Poitiers quartier Chilvert

Mauvaises herbes: espèces spontanées des cultures, même belles, rares et peu nuisibles... (Yves Baron, Les plantes sauvages et leurs milieux en Poitou Charentes)

Les défenseurs des Sauvages parlent généralement d'herbes «adventices», plutôt que de porter un jugement de valeur en qualifiant le végétal de «mauvais». L'expression est rigoureuse: elle prend source dans le latin adventicius, littéralement «ce qui vient d'en dehors» (de ce qui est voulu). Cette définition est juste dans les cultures et les potagers: le jardinier qui a semé des carottes ne s'attend pas à récolter une salade de Liseron! Pourtant, j'ai souvent constaté que pour le commun des mortels (on a rarement de grands projets agricoles pour le bout de trottoir devant notre porte), une mauvaise herbe est avant tout une herbe dont on ne connait ni le nom, ni le caractère, ni la légende...


La confrontation à l'inconnu, fusse-t-il un simple brin de Pâturin, déclenche chez l'être humain une tension souterraine, rarement agréable, qu'il est facile de soulager par un épandage de Roundup! Heureusement pour nous, il existe un tout autre remède pour faire face à l'inconfort d'une rencontre inopinée: écouter l'histoire de l'étranger qui pointe son bourgeon.

Avez-vous récemment fait une rencontre? Une rencontre plutôt inhabituelle?

(Rencontre du troisième type, Steven Spielberg)

Non pas la fable de la mauvaise herbe, ou celle de l'herbe adventice, mais plutôt le long voyage, riche de milles rencontres, de ce morceau de chlorophylle coincé entre deux pavés; le récit de sa généalogie, le poème caché derrière son nom, ses amours, ses guerres... Son utilité aussi (culinaire ou médicinale), mais on ne serait se contenter de ce seul point de vue. Ce serait comme résumer une grand œuvre de musique classique à son utilisation dans un spot de publicité.


Polygonum aviculare, Renouée des oiseaux, Poitiers Gare

Renouée des oiseaux, un poème à piétiner! Poitiers quartier Gare


Il y a quelque temps, je croise une amie du quartier, un bidon d'herbicide à la main, en train de gazer un gang de Géraniums sauvages devant chez elle. Je la salue, on cause un peu météo, et j'en profite pour lui glisser l'incroyable épopée de la Sauvage condamnée sous sa botte: son nom de baptême (Geranium dérive du grec Geranos, la «grue», car ses fruits présentent des pointes ressemblant au bec du volatile), sa vaillance face aux intempéries, son rôle dans le paysage, ses qualités... Finalement, ma chère voisine abandonne son projet assassin: difficile de brûler quelqu'un dont ont vient de faire la connaissance! Mais difficile également de tolérer la présence d'un réfugié dans sa cour, tout sympathique qu'il soit. Alors la coquine me lance: «Vous ne voulez pas le prendre pour chez vous?». L'important ici, c'est que l'imaginaire avait fait irruption dans la situation et qu'une toute autre scène était en train de se jouer.  La vie commençait déjà à retrouver ses droits.

Messieurs, vous avez eu ma curiosité, maintenant, vous avez toute mon attention.

(Django Unchained, Quentin Tarantino)

La nature souffre, plus que tout, de notre manque de curiosité. L'homme à l'écoute des histoires naturelles qui l'entourent peut difficilement se comporter en vandale. Qui sait, le désherbage pourrait même devenir un acte d'humilité et de tendresse s'il s'accompagnait de poésie et de compréhension!


Chers amoureux des oiseaux, des papillons, des ours polaires en plein naufrage, des Sauvages sur terre ou sous l'eau, n'ayez de cesse de raconter la nature, de dénicher et de semer les graines de sa mythologie et de sa connaissance. Car protéger la nature commence par protéger et nourrir notre propre imagination... Et la poésie, son langage!


L'étoile du Shérif de Sauvages du Poitou

Pour continuer la promenade:

- L'éloge aux mauvaises herbes de la Cabane de Tellus

- L'association Cueillir pour raconter la mauvaise herbe avec le sourire!

- La rubrique Plantes du blog Books of Dante, les Sauvages à travers l'histoire

- Le blog Une touche de vert, parce que raconter, c'est aussi dessiner!



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Bibliothèque : Petit guide de survie pour plantes rebelles
> Les Sauvages manifestent pour le climat!
> Cours de botanique joyeuse!
> Séneçon jacobée, le mal aimé
> Rue odorante, la mauvaise graine
 

Mot-clefs de ce billet...
mauvaise herbe adventice poésie imagination

Commentaires


Cécile   10/12/2015 13:48:39
Merci pour ce joli billet d'humeur! Je ne sais même pas comment exprimer à quel point je suis d'accord. Retrouver l'émerveillement de l'enfant, curieux de tout, qui se demande plus comment il va fabriquer quelque chose avec sa découverte végétale (un jouet, un arc, un chapeau????) que l'éradiquer de la surface de la terre. Mais pour les adultes que nous sommes devenus, nous avons besoin de son nom, de savoir à quoi elle sert (ben oui, on perd notre imagination, non?) et comment on l'utilise pour lui accorder le droit de vivre. Et si on doit en passer par là pour recréer du lien entre les gens et la nature: passons par là et continuons à raconter nos petites histoires de plantes cher collègue blogueur/ conteur/poète/écolo/botaniste ;)
Norb   11/12/2015 07:46:44
Merci Cécile, et c'est toujours un plaisir que de parcourir les belles histoires végétales de votre blog (http://la-sorciere-et-le-medecin.com/) ;)

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Rencontres et billets d'humeur
> Laisser pousser la mauvaise herbe, la poésie et l'imagination!
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►