Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Rencontres et billets d'humeur

Sauvages de Poitiers avec Dominique Provost (avril 2016)

Date 30/04/2016
Ico Rencontres et billets d'humeur
Comms 0 commentaire

Sauvages de Poitiers avec Dominique Provost (avril 2016)

Botanique urbaine avec Dominique Provost (à gauche), Poitiers, avril 2016.


Je vous racontais il y a peu la sortie botanique de début printemps avec Yves Baron. La belle saison est lancée, et les rendez-vous s'enchainent! Je reviens de nouveau sur une promenade urbaine... Il faut dire que cette fois, à l'initiative de la librairie la Bruyère Vagabonde, les poitevins sont conviés à découvrir les «Sauvages de Poitiers»! Il en faut généralement moins pour m'enthousiasmer, et c'est donc armé d'un calepin, d'un appareil photo et d'un sourire grand jusqu'aux oreilles que je rejoins notre guide, Dominique Provost, botaniste amatrice et éclairée depuis plus de 30 ans, à qui votre humble serviteur doit ses quelques connaissances sur le sujet.


Dominique attend le groupe sur le parking du jardin des plantes à Poitiers. Le grand parc nous aguiche au loin avec ses parterres de fleurs multicolores et ses serres exotiques... Mais c'est mal connaître la botaniste que de s'imaginer parcourant les allées du jardin des plantes, travaillées au cordeau par les jardiniers de la ville!

Sauvages du Poitou!

Ce sont les Sauvages qui nous intéressent aujourd'hui, la flore spontanée que nul main n'a semée. Pas la peine de s'éloigner, une fissure dans le macadam suffit pour commencer l'aventure: quelques spécimens malmenés et chétifs de Pâturin annuel (Poa annua), de Céraiste aggloméré (Cerastium glomeratum), de Sabline à feuille de serpolet (Arenaria serpyllifolia) ou de Véronique des champs (Veronica arvensis), à peine reconnaissables, constituent notre première rencontre. Dur... On attaque la montagne botanique par la face nord!

- Je ne crois pas que j’y arriverais.

- Vous pensez que ce sera difficile?

- Très.

- Et bien ce n’est pas «Mission Difficile», c’est «Mission Impossible». Difficile serait un jeu d’enfant pour vous...

(Mission impossible II, John Woo)

C'est surtout l'occasion de voir comment la nature exprime sa richesse et sa générosité jusque dans la moindre brèche. Heureusement, trois pas plus loin, une pelouse fraîchement tondue nous permet d'observer quelques spécimens familiers, sans trop se pencher:


Grand Plantain, Benoîte urbaine, Trèfle rampant et Pâquerette, Poitiers jardin des plantes


De gauche à droite: le Grand Plantain (Plantago major) plaque ses rosettes au sol, dont les feuilles (en application sur la peau) peuvent servir à soulager une piqure d'insecte. La Benoîte urbaine (Geum urbanum) pointe ses feuilles, mais pas encore ses fleurs jaunes. Pas de fleurs non plus pour le Trèfle rampant (Trifolium repens), mais c'est l'occasion de rappeler à que cette Sauvage est une des plus grandes fournisseuses de nectar de nos cités: retarder les tontes lorsqu'elle monte en fleur est un beau geste à l'égard des butineurs. De son côté, la Pâquerette (Bellis perennis) sait faire profil bas afin de passer sous les lames des tondeuses!


Plus près de la route, on plonge dans une une ambiance presque forestière, à l'ombre des géants des villes comme le Robinier faux acacia (Robinia pseudoacacia), l'Érable sycomore (Acer pseudoplatanus) ou le Sureau noir (Sambucus nigra).


Cerfeuil des bois, Cerfeuil penché, Mélique à une fleur et Lierre grimpant, Poitiers jardin des plantes


De gauche à droite: le Cerfeuil des bois (Anthriscus sylvestris) dresse ses ombelles, nombreuses et précoces. Le Cerfeuil penché (Chaerophyllum temulum), un autre membre de la famille des Ombellifères, lui ressemble comme deux gouttes d'eau: les poils qui le recouvrent de bas en haut nous permettent de le distinguer de sa fausse jumelle. La Mélique à une fleur (Melica uniflora) séduit malgré sa discrétion, pendant que Dominique nous rappelle les nombreux bienfaits du Lierre grimpant (Hedera helix) qui protège l'écorce des arbres sur lesquels il grimpe.


On s'échappe enfin du parking, le long du jardin des plantes, mais sans toutefois franchir les grilles du parc: la nature nous réserve déjà bien des surprises à même les murs, sous bonne garde de la Pariétaire de Judée (Parieteria judaica) et de la Cymbalaire des murs (Cymbalaria muralis), omniprésentes.


Vergerette de Sumatra, Doradille des murailles, Grande Chélidoine et Figuier, Poitiers jardin des plantes


De gauche à droite: une pousse de Vergerette de Sumatra (Erigeron sumatrensis) nous rappelle que les Sauvages urbaines sont souvent de grandes voyageuses! Et pas seulement dans l'espace, mais aussi dans le temps, avec la Capillaire des murailles (Asplenium trichomanes), une fougère, témoin de la grande histoire végétale... On fait couler un peu de latex jaune depuis les tiges de La Grande Chelidoine (Chelidonium majus), corrosif, mais jadis réputé pour brûler les verrues. Un jeune rameau de Figuier (Ficus carica) prouve l'aptitude de cet arbre à s'installer n'importe où, n'importe comment!

- Mais qu’est-ce que vous faites ici?!

- On est dans un pays libre non?

(Snatch, Guy Ritchie)

Il suffit de traverser la route pour rejoindre les bords du Clain. Ici logent de nombreuses Sauvages à «bouton d'or» de la famille Renonculacée, dont le nom vient du latin rena — «grenouille» — et exprime le goût pour l'humidité des membres du clan: la Ficaire (Ranunculus ficaria), la Renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus), la Renoncule rampante (Ranunculus repens) ou encore la Renoncule à petites fleurs (Ranunculus parviflorus)... D'autres pirates nous attendent:


Orobanche, Cresson amphibie, Renouée du Japon et Grande Berce, Poitiers bords de Clain


De gauche à droite: une Orobanche (Orobanche picridis, probablement), une plante dépourvue de chlorophylle, parasite les racines d'un pied de Picride fausse épervière juste à côté (Picris hieracioides, non photographié). Le Cresson amphibie (Rorippa amphibia) prend la température du Clain du bout des tiges. Quelques jeunes pousses de l'ennemi végétal numéro un, alias Renouée du Japon (Reynoutria japonica), laisse présager une cohabitation difficile avec les autres locataires de la rive... Non loin, Dominique nous rappelle que les fleurs à venir de la Grande Berce (Heracleum sphondylium) sont un festin pour nombre d'insectes, et qu'il peut être précieux d'en conserver quelques pieds au jardin.


Reste pour le groupe à traverser le centre ville minéral de Poitiers, afin de rejoindre la librairie organisatrice. Pas de quoi décourager les apprentis botanistes qui en profitent pour dénicher quelques spécimens supplémentaires:


Cardamine hérissée, Frasier de Duchesne, Laiteron maraicher et Laitue Scariole, Poitiers centre


De gauche à droite: La Cardamine hérissée (Cardamine hirsuta) est une Sauvage commune des villes de France; lorsqu'elle s’épanouit au jardin, elle se révèle être une excellente salade au goût piquant. Un Fraisier de Duchesne (Duchesnea indica) semble égaré sur l’asphalte, loin des allées forestières humides qu'il colonise habituellement (et loin de son continent asiatique d'origine)... Le Laiteron maraicher (Sonchus oleraceus) tire son nom du suc laiteux qui parcourt ses tiges. la Laitue scariole (Lactuca serriola), «mère» des Laitues cultivées, nous rappelle que les Sauvages sont à l'origine de toutes les inventions alimentaires et médicales de l'humanité: nos herbes folles sont un réservoir génétique inépuisable, qu'il convient de protéger pour l'avenir!


Bouquet sauvage à la librairie poitevine de la Bruyère Vagabonde.

A l'arrivée, livres, thé, gâteaux et bouquet sauvage... Merci à Véronique Gauduchon de la Bruyère Vagabonde (31, rue Édouard Grimaux à Poitiers)!


La liste des espèces présentées dans cet article ne serait être exhaustive! De mémoire, ont aussi été observées ce jour là, dans les mêmes secteurs: le Brome stérile (Bromus sterilis), le Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata), de nombreux Geraniums sauvages (G.robertianum, G.dissectum, G.columbinum, G.molle, G.rontundifolium), l'Erodium à feuille de ciguë (Erodium cicutarium), le Gaillet gratteron (Galium aparine), la Garance voyageuse (Rubia peregrina), le Muscari à grappe (Muscari neglectum), la Pimprenelle (Poterium sanguisorba), le Pissenlit (Taraxacum officinale), la Lampsane commune (Lapsana communis), le Laiteron épineux (Sonchus asper), la Picride fausse vipérine (Picris echioides), la Laitue vireuse (Lactuca virosa), le Séneçon commun (Senecio vulgaris), le Séneçon jacobée (Jacobaea vulgaris), le Chardon des champs (Cirsium arvense), le Chardon commun (Cirsium vulgare), la Petite Bardane (Arctium minus), l'Eupatoire à feuille de chanvre (Eupatorium cannabinum), le Mouron des oiseaux (Stellaria media), le Céraiste des champs (Cerastium arvense), le Myosotis des champs (Myosotis arvensis), l'Euphorbe des jardins (Euphorbia peplus), la Mercuriale annuelle (Mercurialis annua), la Clématite vigne blanche (Clematis vitalba), le Lamier pourpre (Lamium purpureum), l'Alliaire (Alliaria petiolata), l'Arabette des dames (Arabidopsis thaliana), la Drave des murs (Draba muralis), la Cardamine impatiente (Cardamine impatiens), la Cardamine des prés (Cardamine pratensis), la Capselle bourse à pasteur (Capsella bursa-pastoris), le Sysimbre officinal (Sisymbrium officinale), la Bryone dioïque (Bryonia dioica), le Liseron des haies (Calystegia sepium), la Violette hérissée (Viola hirta), la Violette de Rivinus (Viola riviniana), l'Oxalis corniculé (Oxalis corniculata), la Luzerne d'Arabie (Medicago arabica), la Luzerne lupuline (Medicago lupulina), le Trèfle des prés (Trifolium pratense), la Vesce cultivée (Vicia sativa), la Grande Ortie (Urtica Dioica), la Cardère sauvage (Dipsacus fullonum), la Campanule à feuille d'ortie (Campanula trachelium), le Plantain lancéolé (Plantago lanceolata), la Véronique de Perse (Veronica persica), le Buddleja du père David (Buddleja davidii), l'Oseille crépue (Rumex crispus), le Compagnon blanc (Silene latifolia), la Douce-amère (Solanum dulcamara), l'Iris fétide (Iris foetidissima), la Scolopendre (Asplenium scolopendrium), la Fougère mâle (Dryopteris filix-mas)...


Consulter le relevé complet des espèces observées en suivant ce lien, un grand merci à Dominique Provost!



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Heureuse année botanique 2018 !
> Cours de botanique joyeuse!
> Promenade botanique avec Yves Baron (Poitiers, Vallée de la Boivre, mai 2018)
> Populage des marais, la Sauvage aux cent noms
> Tabouret perfolié : la petite cuillère
 

Mot-clefs de ce billet...
Botanique Poitiers

Commentaires


Aucun commentaire...


Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Rencontres et billets d'humeur
> Sauvages de Poitiers avec Dominique Provost (avril 2016)
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►