Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Résultat de votre recherche


1 2 3 ... 12
Muscari à toupet: mi punk, mi oignon
Date 12/05/2017
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Comms Aucun commentaire

Muscari comosum, Muscari à toupet, Poitiers falaises du Porteau


Muscari comosum (Muscari à toupet) appartient à la famille Asparagaceae (ex Liliaceae) dans les classifications récentes, le clan des Asperges, mais aussi de la Dame d'Onze heures, du Muguet de mai ou du Fragon déjà chroniqués dans les pages de Sauvages du Poitou. Les Muscaris doivent leur nom au Muscari musqué (Muscari macrocarpum), une Sauvage moitié turque, moitié crétoise, dont les fleurs jaunes et pourpres dégagent une odeur de «musc». Mais malgré son patronyme, notre Muscari à toupet ne dégage nul parfum.


Muscari comosum, Muscari à toupet, Biard aéroport (86)

Silhouette «orchidéenne» du Muscari à toupet sur le point de fleurir, Biard aéroport (86)


Muscari comosum trouve également ses origines autour du bassin méditerranéen (Turquie, Iran...). La Sauvage en garde un goût prononcé pour la lumière, les sols riches, sablonneux et bien drainés. En France, c'est une locataire des plateaux calcaires et des bords de routes baignés de soleil où elle plante ses bulbes (elle est vivace).


Muscari comosum, Muscari à toupet, Biard Petit Mazay (86)

Épis de fleurs du Muscari à toupet, entre authenticité et contrefaçon végétale...


Entre fin du printemps et début de l'été, l'inflorescence à nulle autre pareille de Muscari comosum mélange fausses fleurs violettes hérissées (stériles) à son sommet et fleurs fertiles, aux couleurs plus ternes, disposées en grappes lâches en dessous.


Muscari comosum, Muscari à toupet, Biard Petit Mazay (86)

Fleur «vraie» du Muscari à toupet: un tube composé de six éléments soudés, mi pétales, mi sépales.

Tes cheveux sont comme le champignon d’une bombe nucléaire: magnifiques!

(True blood, Alan Ball)

Comosum est la «chevelure» en latin: si la Sauvage se coiffe avec un pétard, c'est sans doute pour augmenter ses chances d'attirer les butineurs qui trouveront finalement le précieux nectar dans ses fleurs fertiles, plus discrètes.


Muscari à toupet, la punk attitude! Sauvages du Poitou


Muscari comosum est une monocotylédone qui présente de longues feuilles linéaires, repliées en gouttière. Ses feuilles s'étalent mollement sur le sol (surtout avant floraison), formant un méli mélo de boucles serpentiformes, ce qui lui vaut le surnom d'Ail-à-la-Serpent en poitevin-saintongeais.


Muscari comosum, Muscari à toupet, Biard Petit Mazay (86)

Quels sont ces serpent qui sifflent sous le Muscari?


À l'image de certaines Liliacées (sa famille dans la classification classique) comme l'oignon, l'ail ou l’échalote, les bulbes du Muscari à toupet sont comestibles après cuisson. Ébouillantés dans de l’eau vinaigrée, ces petits «oignons sauvages» sont salés, poivrés et mis en bocal dans de l'huile d'olive. Ainsi, les «lampascioni» (littéralement les «petites torches») sont des condiments incontournables de la cuisine italienne (région des Pouilles) où ils accompagnent les viandes. Malheureusement, les colonies de Muscaris à toupet que j'observe en Poitou sont plutôt éparses et peu denses. Tenter une récolte leur serait préjudiciable, mieux vaut se rabattre sur une épicerie italienne qui nous fournira des bulbes issus des cultures!

- Je parie que tu es super jolie les cheveux détachés.

- Mais ils sont détachés...

(Jackpot, Tom Vaughan)

On croise souvent en France à l'état sauvage (même milieux) un autre Muscari, un poil plus précoce dans la saison, aux feuilles filiformes et à la floraison nettement moins spectaculaire: le Muscari à grappes (Muscari neglectum).


Muscari neglectum, Muscari à grappes, Pommier (69)

Le discret Muscari à grappes au milieu des vignes (Pommier, 69)


Ici, pas de punk attitude, juste une petite grappe de fleurs violettes dégageant une légère odeur de prune... Très loin de l'extravagance d'un Muscari comosum 'plumosum', un cultivar monstrueux du Muscari à toupet issu de l'horticulture, dont l'inflorescence explosive (entièrement stérile) ferait passer les membres du groupe The Cramps pour un boys band d'opérette!


Pour aller plus loin:

- Muscari comosum: identification assistée par ordinateur

- Muscari comosum sur Tela-botanica

- Muscari neglectum: identification assistée par ordinateur

- Muscari neglectum sur Tela-botanica

- Lampascioni, des bulbes mangés dans les Pouilles

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Lamier jaune: ça sent le loup, le renard et la belette!
Date 05/05/2017
Ico Sauvages des haies & forêts
Comms 2 commentaires

Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Saint Benoît (86)


Lamium galeobdolon (Lamier jaune) appartient aux Lamiaceae, le clan des Sauvages à fleur en forme de bouche, dont nous avons déjà parlé en long, en large et en travers (de la gorge) sur Sauvages du Poitou (voir notre article consacré à leurs fleurs). Après avoir épinglé une horde de Lamiers aux fleurs pourpres (Lamium purpureum, Lamium maculatum et Lamium hybridum) ou blanches (Lamium album), voilà un nouveau membre du gang des Lamiers qui se distingue en affichant des gueules ouvertes jaune poussin!


Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Saint Benoît (86)

Fleur du Lamier jaune: une lèvre supérieure barbue et une lèvre inférieure divisée en trois lobes inégaux et aigus.


Lamium galeobdolon est une vivace qui s'installe sur les sols riches et ombragés des forêts de feuillus, très répandue en France à l’exception de la région méditerranéenne. Ses tiges souterraines ramifiées assurent la pérennité et l'expansion des ses colonies (reproduction végétative), dont les feuilles ovales et dentées se confondent parmi les Orties en l'absence de fleurs (celles des Lamiers ne piquent jamais). Certaines sous espèces, dont la présence est encouragée par les monstres horticoles échappés des jardins, trahissent ce camouflage en affichant des tâches blanches caractéristiques sur leurs feuilles.


Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Saint Benoît (86)

Feuilles tachées de blanc du Lamier jaune (Lamium galeobdolon subsp. argentatum), Saint Benoît (86)


Lamium galeobdolon exige le soleil pour montrer ses couleurs: sa floraison est encouragée par les coupes forestières et d'avantage visible le long des lisières ou des chemins de promenade. Fidèle à la réputation des Lamiers, Lamium galeobdolon est une bénédiction pour les bourdons qui sont les mieux lotis pour puiser le nectar caché au fond des gueules ouvertes de la Sauvage.


Lamium galeobdolon, Poitiers bords de Boivre
C'est ce qu'on appelle se jeter dans la gueule du Lamier jaune...

J'entends le loup, le renard et la belette...

(Tri Yann, La jument de Michao)

Comme presque toutes les Lamiacées, les feuilles de Lamium galeobdolon sont parfumés d'une fragrance particulière. Il faut croire que la Sauvage ne remportera pas le prix de la reine du bal, car son nom d’espèce galeobdolon signifie littéralement la «puanteur de la belette» (en grec, galê est la belette, bdolos la puanteur). Je manque malheureusement de vocabulaire pour décrire son parfum et ne saurais reconnaitre une belette par sa simple odeur, mais ne vous arrêtez pas à quelques qualificatifs trop réducteurs tels que «désagréable», «fétide» ou «nauséabond». Certes, l'odeur de Lamium galeobdolon est «sauvage», mais elle est aussi unique, comme le sont les parfums des Lamiacées: une famille qu'il est bon d'apprendre à reconnaître les yeux fermés, à l'aide de son nez! Les feuilles de Lamium galeobdolon sont d'ailleurs comestibles (crues ou cuites)... Mais à l'image de leur odeur, leur appréciation reste une affaire de goût!


Lamium galeobdolon, Sauvages du Poitou!


Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Saint Benoît (86)

Feuilles odorantes, ovales, dentées et décussées du Lamier jaune, Saint Benoît (86).


Pour aller plus loin:

- Lamium galeobdolon: identification assistée par ordinateur

- Lamium galeobdolon sur Tela-botanica


Lamium galeobdolon, Lamier jaune, Lusignan (86)

Comme les autre Lamiers, le Lamier jaune s'en remet au peuple fourmi pour disperser ses semences (akènes) sur le territoire (myrmémochorie).

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Mouron des oiseaux: aussi bon cru que cui-cui!
Date 16/04/2017
Ico Desperados des prairies & jardins
Comms 2 commentaires

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert


Stellaria media (Stellaire intermédiaire, Mouron des oiseaux ou Maurion en poitevin-saintongeais) appartient aux Caryophyllacea, une famille dont les membres présentent souvent un squelette caractéristique: lorsqu'une fleur apparait au bout d'un rameau, la croissance de ce dernier s'arrête. Deux axes secondaires poussent alors sous la fleur, au bout desquels apparaitront les fleurs suivantes, et ainsi de suite... Un dessin vaut mieux que de longues explications:

Attention, je dessine pas comme Tintin!

(Dikkenek, Olivier Van Hoofstadt)

Stellaria media, Mouron des oiseaux, une Caryophyllacea

Ramifications à la mode Caryophyllacée (cymes bipares) de la Stellaire intermédiaire


Stellaria media est une annuelle qui se resème efficacement (jusqu'à cinq générations peuvent se succéder par an depuis une seule plante). Ses graines ont besoin de lumière pour germer; c'est pourquoi on la voit surgir de toute part dans les potagers dès que le sol est brassé et retourné, les semences remontant à la surface.


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Stellaire intermédiaire sur fond de Lamier pourpre (Lamium purpureum): un tableau de printemps au potager!


Ses colonies sont rarement mal considérées: son feuillage lisse et persistant offre un couvert appréciable — et nourricier car elle capte l'azote — pour le sol en hiver (bien qu’annuelle, Stellaria media survit parfois au delà de son premier anniversaire). Ses colonies les plus imposantes peuvent être le signe d'un sol équilibré et fertile, où les bactéries aérobies assurent une bonne fonction digestive de la matière organique. Mais n'en faites pas un credo absolu: la Sauvage sait aussi se contenter de parcelles moins classieuses, voir d'un simple trottoir!


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Colonies de Stellaire intermédiaire sur les sols fertiles des potagers des bords de Boivre à Poitiers.


Stellaria media fleurit toute l'année durant, en dehors des périodes de gel. Ses petites fleurs blanches présentent cinq pétales entièrement échancrés, à tel point qu'elles semblent composer une étoile à dix branches: Stella est l'«étoile» en latin.

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert

Fleurs de la Stellaire intermédiaire: 5 pétales entièrement échancrés plus courts que les 5 sépales, 3 à 5 étamines autour de 3 styles (contre 5 styles pour la plupart des Céraistes).


Par coquetterie sans doute, la tige est parcourue d'une seule ligne de poils qui passe d'un côté à un autre à chaque nœud; assurément un bon moyen de ne pas confondre la belle avec les nombreux Céraistes (Cerastium sp), d'autres Sauvages du clan Caryophyllacea aux fleurs blanches et aux allures similaires (du moins de loin).


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Tige de la Stellaire intermédiaire: une ligne de poil bien caractéristique.


La Stellaire intermédiaire est une Sauvage au visage familier. Il existe pourtant d'autres taxons plus confidentiels qui devraient nous inciter à vérifier deux fois son identité lorsqu'on la croise: à commencer par la Grande Stellaire (Stellaria negleta), une sœur jumelle probablement confondue la plupart du temps avec la Stellaire intermédiaire, d'où le peu de données dont on dispose quant à sa répartition. Elle se distingue par sa grande taille, ses pétales égalant ou dépassant les sépales et sa dizaine d'étamines (l'observation à la loupe binoculaire des semences est un critère plus fiable, mais délicat sur le terrain). En second lieu, la Stellaire pâle (Stellaria pallida) qui affectionne les sols pauvres et secs (avec une répartition essentiellement méditerranéenne): nettement plus petite que la Stellaire intermédiaire, la Stellaire pâle présente des fleurs fermées, généralement dépourvues de pétales, ou avec des pétales minuscules. En botanique, rien n'est jamais définitivement simple, mais c'est là que réside le jeu et surtout le plaisir!


Joue avec le Mouron des oiseaux, Sauvages du Poitou!

C’qui est embêtant dans les oiseaux c’est le bec.

(Bernie, Albert Dupontel)

Les graines que Stella media produit en grande quantité (2.000 à 20.000 graines par pieds!) dans ses capsules sont appréciées des volatiles, d'où son surnom de «Mouron des oiseaux». En réalité, pas besoin d'avoir un bec et des ailes pour apprécier la belle: Stella media est une célèbre comestible, crue ou cuite, riche en calcium, silice, magnésium et vitamine C. Jadis, c'est la corporation des marchands de Mouron qui se chargeait d'aller cueillir la Sauvage pour la vendre sur les marchés en criant «Du mouron pour les p’tits oiseaux, un sou la botte!» (je vous recommande vivement la lecture de l'article haut en couleur du site France Pittoresque: Chasseurs de plantes des environs de Paris). Au Japon, elle fait partie des sept herbes sauvages que l'on mange traditionnellement au printemps accompagnées de riz.

Attention si vous partez en quête d'un casse-croute nippon à travers le jardin: prenez garde à un dernier piège, le Mouron rouge (Anagallis arvensis), un faux cousin légèrement toxique, présente des parties aériennes proches du Mouron des oiseaux hors floraison (les fleurs vermeilles du Mouron rouge signalant facilement la traitresse à maturité). En l'absence de fleurs, les petits points bruns affichés sous les feuilles du Mouron rouge permettent d'identifier à coup sûr la Sauvage impropre à la consommation, et d'éviter de se faire du mouron intestinal!


Sous les feuilles du Mouron rouge (Anagallis arvensis)


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Feuilles ovales de la Stellaire intermédiaires, longuement pétiolées à la base, sessiles en haut des tiges, bonnes pour la salade! Quant aux oiseaux, réservez leur les graines...


Pour aller plus loin:

- Des idées recettes autour du Mouron des oiseaux sur le blog Sauvagement-bon

- Le Mouron des oiseaux à travers l'histoire sur le blog Books of Dante

- Stellaria media: identification assistée par ordinateur
- Stellaria media sur Tela-botanica

- Stellaria negleta sur Tela-botanica

- Stellaria pallida sur Tela-botanica

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3 ... 12

Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences et de Kidi science



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page