Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Villes, chemins & terrains vagues
Tri  


1 2 3 ... 23
Datura officinal, le sorci'hérisson
Date 11/11/2020
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms Aucun commentaire

Datura stamonium, Datura officinal, Poitiers quartier gare

Datura officinal : l'épouvantable épouvantail!


Datura stramonium (Datura officinal ou Stramoine) appartient une famille de Sauvages un peu sorcières, celle des Solanaceae, de la Mandragore (Mandragora officinarum), de la Belladone (Atropa belladonna) ou de la Morelle noire (Solanum nigrum). Autant de plantes réputées pour leur toxicité ou leur pouvoirs psychotropes, due aux alcaloïdes qu'elles synthétisent. Mais de la sorcellerie à la ratatouille, il n'y a qu'un tout petit chaudron: ce clan est aussi celui de nos chères Tomates, de la Pomme de terre, du Poivron ou de l’Aubergine.


Datura stamonium, Datura officinal, Île de Ré (17)

Floraison tardive (juillet à octobre) du Datura officinal: la «Trompette de la mort».

  A un moment, le sorcier s’est mis à nous menacer avec ses parties génitales.

(Kaamelott, Alexandre Astier)

Sorcier hérissé chez les Solanacées, le Datura officinal est précédé par son aura sulfureuse. En témoignent ses multiples surnoms: il est l'Herbe aux fous, l'Herbe du diable, l'Herbe aux sorcières, la Pomme poison ou la Trompette de la mort... Datura dérive de l'arabe tatorâh, où l'on retrouve la racine du mot tat, «piquer» : son surnom le plus célèbre est sans doute la Pomme épineuse, à cause de ses fruits gros comme des noix (des capsules) couverts de robustes épines.


Datura officinal, le sorci'hérisson! Sauvages du Poitou


Datura stamonium, Datura officinal, Île de Ré (17)

Datura officinal ou Pomme épineuse, Île de Ré (17)


Le Datura est une annuelle robuste qui pousse dans les champs cultivés, les friches, les décombres... Il aime les sols fraîchement retournés, de préférence frais et riches en nitrates (issus des amendements et/ou de la pollution). C'est une adventice bien connue des cultures maraichères, mal venue à cause de sa toxicité, car pouvant «contaminer» certaines récoltes (farines, conserves, maïs ensilé pour le bétail...).


Datura stamonium, Datura officinal, Vouneuil-sur-Vienne (86)

Datura officinal: 40 centimètres à 1 mètre de hauteur pour ce sorcier qui ne manque ni de force ni d'élégance.


L'évocation de la toxicité du Datura n'étonnera personne. Il n'est gère difficile de dénicher ici et là des citations qui évoquent les usages anciens du Sauvageon dans des rites magiques ou chamaniques: fumigation hallucinogène (en fait délirogène) sur le continent américain, charme magique en Afrique du nord (philtre d'amour) ou en Inde (breuvage abrutissant), potion «zombi» dans les rites vaudous en Haïti...! On retiendra surtout que la dangerosité du Datura est avérée, dans toutes les parties de la plante, et que sa consommation a généralement pour conséquence une hospitalisation. On ne joue pas plus avec le Datura qu'avec le feu.


Et puisqu'on parle de feu: ne brûlez pas les pieds arrachés, la fumée alors provoquée étant toxique si inhalée. L'histoire de France se souvient d'ailleurs d'un gang de vauriens connus sous le nom d'endormeurs (18ème siècle), qui offraient à leur victime un tabac coupé aux semences de Datura, profitant ensuite de leur délire ou de leur assoupissement pour les détrousser!


Datura stamonium, Datura officinal, Île de Ré (17)

Semences toxiques du Datura officinal.


On entend souvent que même les Doryphores, des coléoptères dont les larves raffolent des Solanacées (surtout des Pommes de Terre), s'intoxiqueraient en dévorant le Sauvageon... A vrai dire, cette légende potagère a peu de chance d'être fondée, le Datura officinal pouvant plus probablement servir de plante hôte (secondaire) à ces insectes «croque sorcières».


Bien sûr, il existe aussi des usages médicinaux (asthme, névralgies...) du Datura officinal, ancestraux ou contemporains (les feuilles de la plante sont inscrites à la liste A de la pharmacopée française). La dangerosité du Sauvageon les réserve toutefois au corps médical. Tous ces récits n'ont probablement rien de bien neuf pour vous: le Datura offcinal est une célébrité parmi les Sauvages, même s'il endosse le plus souvent un rôle de mauvaise graine. Mais il est une dernière histoire qui mérite d'être évoquée, celle des origines géographiques des Datura.


Datura stamonium, Datura officinal, Vouneuil-sur-Vienne (86)

Feuilles alternes, glabres, ovales, au bord irrégulièrement denté et au sommet pointu du Datura officinal.


L'aire originelle des diverses espèces de Datura n'est pas très claire: Amérique pour les uns (Carl von Linné), Europe (Antonio Bertoloni) ou Asie (William Darlington) pour les autres... On considère aujourd’hui que le genre est issu du nouveau monde, et que le Datura officinal trouve ses origines autour du Mexique. L'introduction européenne de ce vieux Cabrón serait une des conséquences de la conquête de l'Amérique par Christophe Colomb, Saint Patron du brassage des populations végétales. Mais rien n'est complètement tranché: l'examen d'ouvrages andalous (Muhammad ibn Aslam Al-Ghafiqi) et d’iconographies indiennes laissent penser que quelques espèces du genre foulaient peut-être le sol du vieux continent bien avant les expéditions de Colomb (confère les travaux de R. Geeta)...


Dans la partie de la France qui me concerne (Poitou-Charentes), le Datura officinal est considéré comme un voyageur suspect, une invasive potentielle à surveiller (Liste hiérarchisée des plantes exotiques envahissantes d’Aquitaine, 2016), même si sa capacité d'envahissement reste pour l'heure modérée, concentrée autour des zones urbaines ou cultivées (c'est près des cultures qu'il est le plus gênant). L'installation d'un sorcier exotique en ville s'accompagne forcément de son lot d'inquiétudes et de suspicions!


Pour aller plus loin:

- Datura officinal sur Tela-botanica

- Datura officinal : identification assistée par ordinateur

- Le Datura officinal à travers l'histoire sur Books of Dante

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Clinopode, Sariette, Calament et compagnie
Date 20/09/2020
Ico Haies & forêts
Comms Aucun commentaire

Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert


Clinopodium vulgare (Sariette commune ou Clinopode commun) appartient aux Lamiaceae, la famille des Sauvages aromatiques à fleurs en forme de gueule ouverte (voir notre article complet sur le sujet). L'arôme n'est pourtant pas le point fort de la Sariette commune qui est peu odorante, voire pas du tout. Son surnom de Grand Basilic est donc un poil fanfaron. Hors floraison, la subtilité ou l'absence de son parfum nous aidera éventuellement à la différencier de l'Origan commun, aux feuilles parfumées ressemblantes.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Feuilles lancéolées ou ovales, densément poilues de la Sariette commune (les feuilles de l'Origan ne sont couvertes que de quelques poils éparses).

J'ai envie d'être heureux, de dormir dans un vrai lit, d'avoir des racines...
(Léon, Luc Besson)
Clinopodium vulgare tire son nom du grec clino, le «lit» et  podos, le «pied». C'est le père fondateur de la botanique Dioscoride qui cru reconnaître dans le silhouette de la Sauvage le profil de ses pieds de lit. En ces temps où les grandes enseignes de distribution de meubles suédois n'existaient pas, le mobilier pouvait déjà prendre des allures surprenantes. La Sariette nous permet peut-être d'imaginer à quoi ressemblait la chambre à coucher du médecin-botaniste!

Clinopodium vulgare, un lit douillet! (Sauvages du Poitou)

Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert
Sariette commune : un Citron (Gonepteryx rhamni) photographié au pied du lit.


Malgré ses allures de couchette, les ancien accordaient à la Sariette commune des vertus toniques. Elle est comestible, mais ses feuilles relativement coriaces et son manque de saveur n'en font pas un met de premier choix. En tout cas en ce qui nous concerne: les butineurs manquent rarement le festin de ses fleurs mellifères à la fin de l'été. Tinctoriale, la Sariette confiées à des mains habiles (pas les miennes) permet d'obtenir une teinture jaune.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Fleurs purpurines de la Sariette commune réunies en gros de verticilles axillaires et terminaux compacts.


La Sariette commune est une vivace tout-terrain: ses colonies sont capable de s'installer dans tous les milieux, jusqu'aux zones fortement perturbés par l'homme, avec une léger penchant pour les lisières forestières ou les bois parsemés. Ses tiges et ses calices ciliés restent érigés jusqu'au début de l'hiver, les fruits étant dispersés par le vent ou par les animaux de passage.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers bords de Boivre

Sariette commune de Décembre, Poitiers bords de Boivre


Le genre Clinopodium recense six espèces sur le territoire français. Impossible de se quitter sans mentionner un autre incontournable du genre, dont le parfum ne laissera personne indifférent:


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac
Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Clinopodium nepeta (Calament glanduleux) est une vivace rameuse. Ses feuilles dégagent, tout au contraire de la Sariette commune, une puissante odeur mentholée et camphrée, unique en son genre. Le Calament (de son ancien nom Calamintha) est littéralement la «belle menthe» en grec (calê minthê).

Botaniquement parlant, le Calament glanduleux a de quoi dérouter... On lui reconnait plusieurs sous-espèces, dont l'habitat et l'apparence varient considérablement. Sauf mention contraire, les photos de la seconde partie de cet article présentent l’espèce type, Clinopodium nepeta subsp. nepeta, qui affectionne les rocailles ou les vieux murs exposés au soleil, assez commune dans le sud de la France mais plus rare ailleurs. Ses feuilles sont petites, le plus souvent vaguement dentées, brièvement pétiolées. Ses fleurs très pâles ont une légère teinte lilas violacé.

Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac
Fleurs mauve très pâle du Calament glanduleux: corolle en tube presque droit, étamines rangées sous la lèvre supérieure, lèvre inférieure trilobée.

Faux! Faux! Complètement faux! J’ai envie de te dire menteur!

(Brice de nice, James Huth)

Si le Calament glanduleux est une «fausse» menthe, il a parfois été surnommé Fausse Marjolaine ou Faux Nepeta... Bref, difficile pour le Sauvageon de se défaire de l'aura de faussaire qu'on lui prête. Il n'a pourtant rien à envier à ses sœurs Lamiacées les plus renommées.


Utilisé comme condiment dans la cuisine corse et italienne, le Calament glanduleux est commercialisé sous le nom de «népita» («nipitella» en Italie) et parfume les légumes, les poissons ou les viandes. On lui prête des vertus digestives (particulièrement contre les problèmes d'aérophagie). Au moyen âge, on le prescrivait contre le hoquet. Quant à la fraicheur de son parfum: un randonneur du sud de la France m'a confié un jour qu'il lui arrivait d'utiliser le Sauvageon comme dentifrice de fortune... En se frottant la plante sur les dents!


Clinopodium nepeta, Sauvages du Poitou!


Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum, Calament des bois, Vouneuil-sous-Biard (86)

Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum, une autre sous espèce. Surnommé le Calament des bois, Celui-ci préfère les bois et les lisières forestières et dresse des fleurs plus grandes que l’espèce type, aux couleurs généralement mieux marquées.


Pour aller plus loin:

- Clinopodium vulgare sur Tela-botanica

- Clinopodium vulgare: identification assistée par ordinateur

- Clinopodium nepeta sur Tela-botanica


Clinopodium acinos, Petit Basilic, Buxerolles (86)

Clinopodium acinos, alias le «Petit Basilic», un autre «Clinopode» des pelouses sèches.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Érodiums: héron, héron petit oisillon!
Date 18/03/2020
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms 3 commentaires

Erodium cicutarium, Érodium à feuilles de ciguë, Brenne (36)

Érodium à feuilles de ciguë ou Bec de grue, Brenne (36)


Après nos aventures capillaires parmi les Géraniums, invitons d'autres membres de la famille Geraniaceae dans ces pages: les Érodiums, alias «Becs de grue». Pour rappel, les Géraniacées doivent leur nom au grec geranos, la grue. C'est pourtant à un autre oiseau que les Érodiums empruntent leur nom de genre: le héron, erodios en grec. Grue, héron, cigogne même (pour les Pélargoniums de nos balcons, pelargos en grec), les Geranciacées ne manquent pas de becs, à l'image de leurs longs fruits pointus.


Erodium moschatum, Bec-de-grue musqué, Poitiers le Porteau

Bec-de-grue musqué, Poitiers le Porteau


A maturité, le bec des Érodiums se sépare par le bas et s'enroule comme un ressort. Puis il se détache et chute avec sa graine (akène). Au sol, les variations d’humidité enroulent et déroulent ce tire-bouchon, ce qui a pour effet de déplacer la graine jusque dans un trou ou une fissure, puis de la planter et de l'enfoncer sous terre à force de rotations... Incroyable nature!


Erodium cicutarium, Érodium à feuilles de ciguë, Chasseneuil-du-Poitou (86)
Fruit en tir-bouchon de l'Érodium à feuilles de ciguë, Chasseneuil-du-Poitou (86)

Le genre Erodium compte une quinzaine d'espèces en France. On s'attardera ici sur deux spécimens qui peuvent fréquenter les milieux citadins, Erodium cicutarium (Érodium à feuilles de ciguë ou  Bec de grue) et Erodium moschatum (Bec-de-grue musqué). Ces drôles d'oiseaux se démarquent nettement des membres de la famille Geraniacées qui affichent généralement des feuilles palmées, avec des nervures disposées comme les pattes d'un canard: chez les Érodiums, les feuilles sont pennées, c'est à dire disposées comme les arrêtes d'un poisson volant, forcément.


Érodiums, Sauvages du Poitou!


Erodium cicutarium, Érodium à feuilles de ciguë, Brenne (36)
Feuilles composées imparipennées en des folioles fortement incisées de l'Érodium à feuilles de ciguë

L'Érodium à feuilles de cigüe est une petite pionnière annuelle de 3 (le plus souvent) à 40 centimètre de hauteur qui colonise les pelouses sableuses et les friches misérables dans tous le pays (et bien au delà: il est présent sur les cinq continents). Il fleurit entre mars et aout en Poitou. Ses jeunes feuilles, bien que riches en tanins, sont parfois consommées crues; les autres espèces d'Érodiums sont amères et peu intéressantes en bouche.


La féérie d'une praire à Érodium à feuilles de ciguë au printemps!


Le Bec-de-grue musqué est une annuelle un peu plus imposante que l’espèce précédente (10 à 60 centimètres de hauteur) qui fréquente les mêmes milieux. Sa répartition se concentre cependant dans l'ouest et le sud du pays. Ses premières fleurs peuvent apparaitre dès la fin du mois de février en Poitou, les dernières pouvant pointer jusqu'au début de l'automne. Dans son inventaire poitevin (Les plantes sauvages & leurs milieux en Poitou-Charentes, 2010), le botaniste Yves Baron le considère comme rare dans les terres. J'imagine que le sauvageon progresse efficacement vers l'intérieur du pays: on le croise sans peine aujourd'hui, du cœur de Poitiers jusqu'à l'est de la Vienne.


Erodium moschatum, Bec-de-grue musqué, Poitiers gare

Feuilles collantes, composées imparipennées en des folioles dentées du Bec-de-grue musqué


A maturité, les folioles des feuilles de I'Érodium à feuilles de ciguë sont généralement incisées plus profondément que celles du Bec-de-grue musqué, mais sur un bout de trottoir, les deux espèces peuvent présenter des aspects chétifs assez trompeurs.

Parle moi des glandes...

(Las Vegas Parano, Terry Gilliam)

Un critère peut cependant vous aider à trancher d'un coup de bec entre ces deux espèces. Ce détail intime exige le recours à une loupe de botaniste (si vous vous lancez dans l'aventure végétale, ça reste un excellent investissement d'une dizaine d'euros).


Erodium moschatum, Bec-de-grue musqué, Sauvages du Poitou

Bec-de-grue musqué : méricarpes à sillon infrafoveolaire très large, parsemé de glandes subsessiles ainsi que la fovéole (!!!) [extrait de Flora Gallica chez Biotope éditions, 2014]


J'en vois certains qui baillent aux corneilles devant autant de gros mots. Je me risque donc à un sous titrage plus personnel du cliché ci dessus, en français courant: attrapons notre Érodium par le bec, dépiautons le afin d'observer à la loupe l'intérieur des petites dépressions disposées à la base de l'arrête. Si vous notez la présence de petites glandes sphériques, c'est moschatum. (ces glandes ne sont pas présentes chez cicutarium). Attention, les glandes pouvant disparaitre sur les fruits matures, vérifiez plusieurs spécimens plutôt qu'un seul.


Erodium moschatum, Bec-de-grue musqué, Angles-sur-l'Anglin (36)

Fleurs du Bec-de-grue musqué: 5 pétales de tailles parfois légèrement différentes, un coquetterie subtile du genre.


Pendant que vous faites le pied de grue loupe en main, vous croiserez peut-être le beau Collier de corail (Aricia agestis). Ce papillon doit son nom vernaculaire à la ligne complète de lunules orange qui perle le bord de ses ailes antérieures et postérieures. Il confie ses œufs isolément, l’un après l’autre, au revers des feuilles de divers Géraniums ou de l'Érodium à feuilles de ciguë. Qui sait quels drôles de piafs pourront surgir d'un œuf de papillon confié aux bons soins d'un Bec de grue?

Érodiums, Sauvages du Poitou!

Aricia agestis, Collier de corail (crédit photo: Olivier Pouvreau)
Collier de corail  (voir article sur les Géraniums)


Pour aller plus loin:

- Erodium cicutarium sur Tela-botanica

- Erodium cicutarium : identification assistée par ordinateur

- Erodium moschatum sur Tela-botanica

- Erodium moschatum : identification assistée par ordinateur

- Taxonomie des Érodiums dans le bassin méditerranéen: un aperçu sur la richesse du genre!


Erodium moschatum, Bec-de-grue musqué, Poitiers quartier Chilvert

L'incroyable fruit (akène) qui se prenait pour une perceuse! (Bec-de-grue musqué, Poitiers)

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3 ... 23

MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Villes, chemins & terrains vagues
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page