Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Rencontres et billets d'humeur

Salicaire commune, la conquistador

Date 03/12/2015
Ico Zone humide
Comms 5 commentaires

Lythrum salicaria, Salicaire commune, Poitiers bords de Boivre


Lythrum salicaria (Salicaire commune) appartient à la famille Lythraceae, dont certains membres sont des plantes aquatiques, comme la célèbre Châtaigne d'eau (Trapa natans). C'est sur terre que pousse Lythrum salicaria, même si va falloir se rapprocher dangereusement du bord de la rivière pour l'observer...

- Ah non messire, j’ai déjà pris un bain y a deux mois dans la rivière!

(Les Visiteurs, Jean-Marie Poiré)

Lythrum salicaria, Salicaire commune, Poitiers bords de Clain

Salicaire commune, Poitiers bords de Clain


Lythrum salicaria est une vivace robuste qui s’installe au bord des lacs, des rivières, dans les marécages et sur les sols riches et gorgés d'eau des forêts humides. C'est à ses feuilles lancéolées que la Sauvage doit son nom de Salicaire, car celles ci ressemblent à celles du Saule (Salix).


Lythrum salicaria, Salicaire commune, Poitiers bords de Clain

Feuilles de la de la Salicaire commune: opposées (les supérieurs alternes), sessiles, lancéolées et cordées à leur base.


Ses fleurs mellifères pourpres (Lythrum est tiré du grec lythron, «sang», pour la couleur), regroupées en épis, se dressent jusqu'à un bon mètre de hauteur entre juin et septembre.


C'est le biologiste Charles Darwin qui mit en avant (dans Forms of Flowers, 1877) la particularité des fleurs de Lythrum salicaria. A vos loupes... Prêts? Observez!


Les colonies de la Sauvage présentent trois type de pieds (répartis dans des proportions équilibrées): certains présentent au centre de leurs fleurs un style (partie allongée de l'organe reproducteur femelle) long, d'autres un style moyen et les derniers un style court. Les étamines (organes reproducteurs mâles) suivent un schéma opposé: un style long est entouré d'étamines courtes (6) et moyennes (6), un style moyen est entouré d'étamines courtes (6) et longues (6), et enfin, un style court est entouré d'étamines moyennes (6) et longues (6)!

- Je suppose que vous n’avez pas la moindre compétence dans le domaine scientifique!

- J’ai disséqué une grenouille, une fois...

(Avatar, James Cameron)

La mécanique est ingénieuse: une fleur est incapable de s'autoféconder (les organes reproducteurs mâles et femelles étant placés à des hauteurs différentes) et la pollinisation s'opère forcément à partir d'individus distincts. Mais ce n'est pas tout! Charles Darwin observa qu'un style long n'est réceptif que pour les grains de pollens issus d'une étamine de même longueur que lui... De même, un style moyen n'est réceptif que pour les grains de pollens issus d'une étamine moyenne, etc. Avec un tel dispositif, le brassage génétique (et donc la capacité d'adaptation sur le terrain) de notre Sauvage est garanti!


Lithrum salicaria, Sauvages du Poitou


Cette arrangement complexe ne freine pas la propagation de la Sauvage: Lythrum salicaria peut produire jusqu'à deux millions de graines par pied! Ce sont les oiseaux aquatiques et le fil du courant qui dispersent les semences le long des berges (les graines collantes adhèrent aux pattes et aux plumes des volatiles).


Lythrum salicaria, Salicaire commune, Poitiers bords de Clain

Fleurs de la Salicaire communecalice en tube à 12 dents inégales, 4 à 6 pétales, 10 à 12 étamines inégales autour du pistil.


Lythrum salicaria est comestible: ses jeunes pousses et ses feuilles peuvent se consommer crues ou cuites, alors que ses fleurs peuvent servir à décorer les plats. Jadis, celles ci ont été utilisées comme colorant rouge dans la confection de confiseries.


En médecine populaire, on lui reconnait des qualités astringentes (elle est tannique); on prescrivait autrefois sa décoction contre la colique des nourrissons, d'où son surnom d'«Herbe aux coliques». Ses sommités fleuries séchées ont été consommées comme substitut au thé; c'est pourquoi en poitevin-saintongeais, on la connait surtout sous le nom de Thé des marais.


Lythrum salicaria, Salicaire commune, Poitiers bords de Clain

Fleurs en Épis de la Salicaire commune, Poitiers bords de Clain


La Sauvage évoque dans le Poitou la douceur des promenades au bord de l'eau; en Allemagne, on aime raconter qu'elle est le refuge des Kobolds, les lutins gardiens des mines d'or. Mais de l'autre côté de l'Atlantique, Lythrum salicaria (alias Purple Loosestrife en V.O.) est l'actrice principale d'un western moins sympathique...

Lythrum salicaria, Sauvages du Poitou

Importée sur le sol nord américain pour ses qualités ornementales et apicoles au milieu du 19ème siècle, Lythrum salicaria bouleverse aujourd'hui l'équilibre des zones humides qu'elle envahit (elle peut y atteindre une densité de 200 tiges à l'hectare!).


Aux États-Unis, on estime que sa propagation effrénée représente un coût de 45 millions de dollars par an pour le contribuable! Pour comparaison, c'est plus que le coût (38 millions d'euros par an) estimé pour la lutte et la réparation des dommages causés par l'ensemble des espèces invasives dans notre pays (Renouée du Japon, Moustique tigre, Écrevisse de Californie…); mais nous ne vivons pas sur les même échelles territoriales. Au delà des considérations pécuniaires,  Lythrum salicaria concurrence fortement les espèces locales, comme Lythrum alatum (la Salicaire ailée), jugée moins appétissante par les butineurs Yankee, et battue dans le petit jeu des hybridations et des brassages génétiques.

Pourquoi est-ce que vous faites ça? Pourquoi? Notre univers n’est-il donc pas assez vaste pour les Martiens et les Terriens?

(Mars Attacks! de Tim Burton)

Le scénario est bien connu: après sa traversée forcée outre-Atlantique, Lythrum salicaria s'est retrouvée loin de ses ennemis biologiques (essentiellement des Chrysomèles, des Charançons et diverses chenilles de papillons de nuit), restés sur le vieux continent. Malheureusement pour l'homme, la réaction naturelle d'un milieu, face à l'arrivée d'une nouvelle espèce littéralement déchaînée, peut parfois se faire attendre. Le retour à l'équilibre redistribue forcément les cartes pour les espèces autochtones. Pour l'heure, un programme d'introduction de prédateurs naturels de Lythrum salicaria sur le continent américain semble commencer à porter ses fruits...

- Combien t’a-t-il payé pour m’abattre?

- Pas loin de mille dollars...

- Tiens, en voilà deux mille pour toi.

- Deux mille dollars... La moitié en or! Plutôt intéressant. Mais... L’ennui, c’est que j’finis toujours l’travail pour l’quel on m’paie...

(Le bon, la brute et le truand, Sergio Leone)

Lythrum salicaria et Polyommatus coridon, Poitiers bords de Clain

Argus bleu-nacré (Polyommatus coridon) sur Salicaire, prairies humides des bords de Boivre à Poitiers... Gare au traquenard (voir ci-dessous)!


Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

- Lythrum salicaria sur Tela-botanica


Polyommatus coridon, Poitiers bords de BoivreXystique sp, Poitiers bords de Boivre

Misumena vatia, Poitiers bords de BoivreMisumena vatia, Poitiers bords de Boivre

Les cadavres de papillons s'amoncellent aux pieds des Salicaires? Observez de plus près le piège fascinant et mortel des Araignées crabes cachées dans leurs fleurs (Polyommatus coridon et Xystique sp. en haut, Misumena vatia en bas)



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Cours de botanique joyeuse!
> Calament glanduleux, le faussaire
> Bourrache officinale, la brave
> Lierre terrestre, la plante médecine
> Romarin officinal: on dirait le Sud...
 

Mot-clefs de ce billet...
Lythraceae médicinale comestible mellifère botanique

Commentaires


Séverine Herbio'tiful   04/12/2015 11:30:54
Merci pour cet article complet et présenté avec humour. Je suis fan !
Bonne journée et à bientôt.
elvy   06/12/2015 10:31:50
UN bien bel article très complet !! la belle méritait bien çà !! bon dimanche .elvy
Duez François   09/02/2016 19:20:09
Bonjour, je dois produire du Lythrum salicaria depuis le semis ( je suis un futur horticulteur) j'ai réunie pas mal d'information mais je ne connais pas les dates opérations de culture :-/ . Si je veux pourvoir avoir des fleurs pour le 1 juin je dois la semée début mars ? Repiquage après trois semaines? Empotage trois semaines plus tard et pincement? Un moi plus tard empotage en pot de 9?
A quel moment met t-on les engrais NPK merci de votre réponse. J'en ai grand besoin!
Sauvages du Poitou   10/02/2016 10:13:55
François, merci de votre intérêt; malheureusement, vos questions dépassent de loin mes compétences. Au mieux, je ne peux que vous dire ce que j'ai observé dans la nature: Comme beaucoup de Sauvages, Lythrum salicaria se resème spontanément à l'automne, pour une germination en pleine terre au printemps suivant (avril/mai, température aux alentour de 15°). Sa croissance rapide semble maximisée sur un substrat frais (mi-ombre), toujours humide, riche en matière organique végétal (carbone). Dans ces conditions idéales, elle est prête à fleurir dès sa première année, fin Juin / début Juillet. J'imagine que si vous souhaitez avoir des plants développés pour le 1er Juin, il faudra devancer la nature et commencer les semis début Mars (de toute façon, cette année, c'est la nature qui semble devancer tout le monde!). N'hésitez pas à partager avec nous vos retours d'expériences en la matière, excellente installation dans votre future activité!
Duez François   10/02/2016 17:08:06
Un grand merci ! :-) Cela pourra m'être déjà très utile!

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Zone humide
> Salicaire commune, la conquistador
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►