Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Vocabulaire de la botanique (3): pétiole et phyllotaxie

Date 12/02/2016
Ico Cours de botanique pour les indiens!
Comms 4 commentaires

Les formes des feuilles n°7, Sauvages du Poitou

Cet article fait suite à «décrire les feuilles (1)» et «décrire les feuilles (2)», où nous avions respectivement appris à décrire les feuilles simples, puis les feuilles composées. Pour rappel, une feuille se présente ainsi à nos yeux:


La feuille, Sauvage du Poitou


La forme du limbe de la feuille, ainsi que le dessin des nervures, n'ont plus beaucoup de secrets pour vous (bien sûr, il reste toujours des secrets quelque part!). Reste à regarder de près la répartition des feuilles sur la plante...


Mais avant tout chose, rapprochons nous de la base du limbe et pointons nos loupes en direction du pétiole... Si pétiole il y a!

Mais... Vous n’avez plus de pieds Lieutenant Dan!

(Forrest Gump, Robert Zemeckis)

Le plus souvent, il y a un pétiole, et il n'y a pas grand chose de plus à dire de plus que la feuille est pétiolée. Certains cas particuliers méritent d'être gribouillés:


La forme des feuilles n°8, Sauvages du Poitou


Peltée: le pétiole est fixé au centre du limbe.

Perfoliée: la tige semble transpercer le limbe.

Sessile: absence de pétiole.

Embrassante (ou Amplexicaule): la base de la feuille entoure la tige qui la porte.

Engainante: la base de la feuille est enroulée autour de la tige, formant une gaine plus ou moins cylindrique et/ou fendue.

Décurrente: la feuille se prolonge le long de la tige, vers le bas.


Rangeons nos loupes pour regarder l'allure générale de la plante. Son architecture doit beaucoup à la répartition des feuilles sur sa tige...


Feuilles radicales et caulinaires, Sauvages du Poitou


Les feuilles qui semblent directement issues des racines de la plante (au niveau du sol) sont appelées «radicales», celles rattachées à la tige (en l'air) «caulinaires». Jusque là, rien de très sophistiqué...


La disposition des feuilles est pourtant un sujet d'étude aussi profond que sérieux; d'ailleurs, les botanistes ne parlent pas de «disposition», mais de «phyllotaxie». À matière honorable, mot honorable! Les première études passionnées de l'implantation des organes sur le végétal remontent à l’Égypte ancienne... Je vous propose de rentrer dans le vif du sujet en examinant cet authentique (hum!) papyrus, fraîchement déterré pour vous:


Phyllotaxie, Sauvages du Poitou!


Prenez le temps qu'il faut pour retenir la première ligne de cette planche, qui recouvre tous les possibles:

Alternes: feuilles disposées une par une (une seule feuille par nœud).

Opposées: feuilles disposées deux par deux, face à face (deux feuilles par nœud).

Verticillées: feuilles disposées en couronne (au delà de deux feuilles par nœud).

La ligne suivante illustre quelques cas particuliers qui en découlent (la liste des cas particuliers, vous vous en doutez, n'est pas exhaustive):

Hélicoïdales: feuilles alternes disposées en spirale le long de la tige (disposition la plus courante).

Décussées: feuilles opposées, chaque paire est disposée à 90 degrés par rapport à celle qui la précède.

En rosette: feuilles regroupées et étalées à la base (au «collet») de la plante.

En dehors de la disposition verticillée (plus de deux feuilles disposées en couronne autour d'un nœud), l'ordonnance des feuilles dessine généralement une spirale le long de la tige. Peut être parce que les feuilles ainsi placées sont assurées d'un ensoleillement maximum... Quoi qu'il en soit, la nature semble avoir inventé les mathématiques: chaque espèce répond à une une règle stricte, inscrite jusque dans ses gènes! Chaque feuille (ou chaque paire) pousse selon un angle précis par rapport à la feuille (ou à la paire) qui la précède.


Observons par exemple un pied de Grand Plantain: les feuilles forment une rosace au niveau du sol... Attention aux apparences! Celles ci ne sont pas verticillées, mais alternes: elles sont disposées une par une selon une spirale écrasée à la base (au collet) de la plante. Le long de cette spirale, chaque feuille s'écarte de la précédente selon un angle immuable de 144°!


Plantago major, Grand Plantain, Poitiers quartier gare

Grand Plantain (Plantago major): feuilles ovales et entières, aux nervures parallèles, disposées en rosette, longuement pétiolées (on dit aussi que les pétioles sont «ailés», car ils sont bordés par deux parties minces de limbe)


Chez l'Origan commun (Origanum vulgare), les feuilles sont opposées. Entre chaque paire de feuille, la rotation marque angle de 90°. Cet agencement est suffisamment courant pour porter un nom spécifique: on dit que les feuilles sont décussées.


Origanum vulgare, Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillière

Origan commun (Origanum vulgare): feuilles ovales ou elliptiques, entières ou denticulées, pétiolées, opposées décussées.


Avec tout ça, impossible de dire que la mauvaise herbe fait désordre! Et vous l'avez sans doute remarqué, cette rigueur géométrique ne s'applique pas seulement aux feuilles; c'est elle qui sublime les fleurs (à travers la disposition de leurs pétales), les fruits, les cônes (songez à l'incroyable «mandala» dessiné par les écailles d'une pomme de pin), etc.


Le mandala géométrique de la pomme de pin!


Léonard de Vinci s'est intéressé en son temps à cette spectaculaire ordonnance du monde végétal. Il avait mesuré que dans la plupart des cas, l'angle («de divergence») entre deux feuilles ou deux pétales avoisinait les 137,5°. Dans le cas des feuilles, cet angle permet une occupation de l'espace et une exposition à la lumière optimales.


Certains d'entre vous auront peut-être reconnu un nombre célèbre: l'«angle d'or». Au même titre que le nombre d'or (1,618), à partir du quel il se calcule (angle d'or=360/nombre d'or²), l'angle d'or a permis aux architectes et aux artistes de s'appuyer sur les mathématiques pour insuffler la beauté harmonieuse du monde naturel dans leurs créations; et ce depuis l’Égypte ancienne (encore!), les pyramides en étant la première application connue.

Le secret des pyramides d'Égypte? Sauvages du Poitou!

Nous voilà presque arrivés au terme de cette trilogie consacrée aux feuilles et au vocabulaire associé en botanique. Notez qu'au même titre que des adjectifs communs comme «court», «long», «rouge», «vert», tous les mots que nous avons vus peuvent s'appliquer dans d'autres champs botaniques que celui de la feuille. Par exemple, le vocable étudié nous sera utile lorsque nous pointerons nos loupes du côté des fleurs; on observera des pétales lancéolés, d'autres obovales ou encore acuminés... Et après tout, libre à vous, au détour d'un périple en Égypte, de briller en disant des pyramides qu'elles sont joliment deltoïdes!


Il est temps de passer aux travaux pratiques, en reprenant l'ensemble des formules magiques qui ont été vues dans les trois articles; autant dire que la conversation risque d'être ésotérique et fournie au fil du chemin...


Lamium purpureum, Lamier pourpre, Poitiers Chilvert

Lamier pourpre (Lamium purpureum): feuilles ovales obtuses, cordées et crénelées, pétiolées, opposées décussées (Abracadabra!).


Angelica sylvestris, Angélique sylvestre, Poitiers bords de Clain

Angélique sylvestre (Angélica sylvestris): feuilles alternes bi ou tri-pennées en folioles ovales, lancéolées et denticulées, pétiole creusé «en gouttière», feuilles inférieures décurrentes ou engainantes.


Galium aparine, Gaillet gratteron, Poitiers bords de Clain

Gaillet gratteron (Galium aparine): feuilles linéaires oblongues, sessiles, verticillées par 6 à 9, mucronées (quand je vous disais qu'il reste des secrets: nous n'avons jamais vu ce dernier mot! Une feuille mucronée est une feuille qui se termine par une petite pointe raide appelée mucron).


Sedum album, Orpin blanc, Poitiers sous Notre Dame des Dunes

Orpin blanc (Sedum album): feuilles obtuses, en forme de cylindres (ou de saucisses... Parfois, il faut savoir improviser!), sessiles,  disposées... Un peu n'importe comment! Devant ce genre de répartition anarchique, on dit que les feuilles sont éparses.


Eucalyptus perriniana, Saint Benoît (86)

Eucalyptus perriniana, Saint Benoît (86)


En guise de conclusion, voilà un drôle d'arbre (originaire d’Australie) qui va nous permettre de mesurer à quel point il est difficile de ranger le vivant dans des cases strictes... En voyant les feuilles du jeune Eucalyptus perriniana ci-dessus, on pourrait être tenté de dire qu'elles sont (plus ou moins) orbiculaires (circulaires) et surtout perfoliées.
Eucalyptus perriniana, la mutante! Sauvages du Poitou
Mais au fur et à mesure que l'arbre grandit, les feuilles dévoilent leur vrai visage, ou plutôt, leur deux visages: elles sont en réalité disposées par paires, mais «soudées» par leur base. Elles sont orbiculaires, opposées et sessiles (dépourvues de pétiole). Finalement, sur les rameaux les plus récents des arbres matures, les feuilles mutantes se découvrent un pétiole... Elle sont alors longuement lancéolées et même alternes! Au diable l'ordre, la nature, c'est aussi un grand et joyeux bazar!

Pour aller plus loin:

- Le vocabulaire de la botanique (1): feuilles simples

- Le vocabulaire de la botanique (2): nervures et feuilles composées


- La feuille sur Wikipedia
- Les formes foliaires sur Wikipédia
- La phyllotaxie sur Wikipedia
- Fixation de la feuille sur la tige sur le site des Jardins du Gué
- Vocabulaire illustré de la botanique par Maurice Reille

Référence bibliographique:
- La botanique redécouverte de Aline Raynal-Roques


Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Cours de botanique pour les indiens
> Vocabulaire de la botanique (1): feuilles simples
> Vocabulaire de la botanique (2): nervures et feuilles composées
> Vocabulaire de la botanique (7) : Poacées, herbes, céréales, pelouses et gazons
> Lierre terrestre, la plante médecine
 

Mot-clefs de ce billet...
botanique phyllotaxie

Commentaires


catherine farges   13/02/2016 11:33:06
Toujours passionnant et drôle. J'espère que votre humour me fera progresser, j'avoue avoir cherché maintes fois la signification de mots sans la retenir. Le champ est tellement vaste et complexe. Merci encore
acym   23/02/2016 22:13:36
Votre blog est vraiment réussi. Il est à la fois ludique et instructif. Beau travail, je suis ravie de pouvoir en profiter
WINDELS Martin   02/09/2016 15:30:12
Je viens de découvrir votre blog via TELA BOTANICA et ....j'y reviendrai car j'ai appris simplement ce qui n'est pas si simple mais qui fait partie de l'initiation. Merci et à très bientôt.
Paul   04/11/2016 22:07:48
Clair et ludique. Merci !

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences et de Kidi science



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Cours de botanique pour les indiens!
> Vocabulaire de la botanique (3): pétiole et phyllotaxie
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►