Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Vesce cultivée: la fabophile

Date 09/06/2019
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Comms 0 commentaire

Vicia sativa, Vesce cultivée, Poitiers bords de Boivre

Vesce cultivée: moitié fleur, moitié papillon!


Vicia sativa (Vesce cultivée) appartient à la famille Fabaceae dont les membres dressent généralement des feuilles composées et des fleurs irrégulières caractéristiques qu'on dit «papilionacées». On trouve parmi les Fabacées des stars du potager, à la culture aisée, comme les haricots ou les pois. La Vesce cultivée n'est pas en reste: elle est souvent semée comme «engrais vert». A l'image d'autres Fabacées (voir notre article sur la Luzerne tachetée), la Vesce cultivée possède sur ses racines de petites boules blanches nommées nodosités. Celles-ci logent des bactéries très utiles, capables d'utiliser l'azote atmosphérique pour fabriquer des ressources qu'elles partagent volontiers avec leur hôte. Ainsi, la Vesce cultivée est une pionnière à l'aise en toute circonstance, quelle que soit la misère ou la richesse du sol. On croisera cette annuelle en tous lieux, de préférence près des cultures et des jardins où l'homme la sème volontiers.


Vicia sativa, Vesce cultivée, Poitiers quartier Chilvert

Feuille imparipennée (n'oubliez pas que la vrille compte pour une foliole!) de la Vesce cultivée.

Dent cassée ne vaut pas fève.
Le distrait, Pierre Richard
La Vesce cultivée a été domestiquée en tant que fourragère pour les ruminants. Mais son régime régulier est suspecté d'être dangereux pour les animaux monogastriques tels que les chevaux... Ou l'homme. Nous l'avons peut-être cultivé il y a 6000 ans à des fins alimentaires, mais ses graines sont considérées comme étant toxiques à forte dose (tout dépend probablement du mode de transformation). Sans abus, les jeunes pousses de Vesce cultivée sont ponctuellement comestibles, crues ou cuites. On s'abstiendra d'en abuser ou d'en faire des cures car les vesces peuvent être source d’anémie chez certains individus. Elles sont même dangereuses pour ceux qui sont atteints de «favisme», une maladie génétique qui tire son nom d'une autre Vesce, Vicia faba, alias la Fève de nos potagers. Pour ces personnes, la consommation de fèves ou de Vesce cultivée (dans une moindre mesure) peut causer des anémies brutales et sévères.

Vicia faba, Fève, Poitiers quartier Chilvert
L'autre Vesce: Vicia faba alias la Fève.

Ses graines ont longtemps servi à nourrir les pigeons. En Saintonge, ce régime de «Garobe» (le nom de la Vesce cultivée) était même proverbial: «Quand le pigeon est saoûl, il trouve la Garobe amère!». Autrement dit: quand on est rassasié, on trouve à redire sur tout, même si la nourriture est bonne. N'est-il pas?

Vicia sativa, Sauvages du Poitou!

Vicia sativa, Vesce cultivée, Saint-Benoît (86)
Nectaires de la Vesce cultivée: une offrande destinées aux fourmis.


Mais laissons veaux, vaches, cochons et pigeons pour se pencher sur les insectes. Les fleurs mellifères de la Vesce cultivée enchantent les butineurs et de par la même les apiculteurs. C'est pourtant avec d'autres créatures que la Sauvage a signé un pacte ancestral: des nectaires situées à la base de ses feuilles entretiennent la présence des fourmis qui s'en régalent. En contrepartie, ces dernières patrouillent sur les tiges, assurant la garde rapprochée de la plante et tenant à l'écart les insectes parasites ou autres prédateurs. On désigne ce genre de contrat amical avec le peuple fourmi par le terme myrmécophilie.


Vicia sativa, Vesce cultivée, Biard (86)

Vicia sativa subsp. sativa et compagnie: gare au sac de nœuds!


La Vesce cultivée est une plante très polymorphe. Riche de nombreuses sous espèces, son taxon s'est complexifié au fil du temps, au point que certaines de ses sous espèces sont aujourd'hui érigées au rang d’espèce (V.amphicarpa, V.angustifolia, V.macrocarpa ou V.segetalis). Les botanistes préfèrent parler de «groupe sativa» chez les Vicia plutôt que d'une espèce unique. Les départager dépasse le cadre de la simple vulgarisation (voir liens en bas d'article), mais voilà une piste qui intéressera les plus curieux: si l'«authentique» Vicia sativa (Vicia sativa subsp. sativa) est l’espèce semée par l'homme, il se peut que ses échappées soient moins importantes que l'on imaginait et que l’espèce spontanée la plus répandue en soit une autre (ça reste à étudier région par région).

Vicia sativa, Vesce cultivée, Montamisé (86)
Gousses larges (≥8mm) et «bosselées» de la Vesce cultivée (Vicia sativa subsp. sativa); les autres Vesces du «groupe sativa» présentent des gousses plus étroites à maturité.


Plus généralement, le genre Vicia compte une quarantaine d’espèce en France; la moitié d'entre elles sont méditerranéennes. Avec la «petite» quinzaine d’espèces recensée en Poitou, je dois me rendre à l'évidence: entre Poitiers et Marseille, en botanique comme en football, on ne joue pas dans la même division! On ne citera ici que quelques spécimens communs:


Vicia hirsuta, Vesce hérissée, Biard (86)

Vesce hérissée (Vicia hirsuta, aujourd'hui Ervilia hirsuta), une annuelle discrète des friches et des terrains vagues. Ses petites fleurs sont blanches et ses nombreux folioles (4 à 10 paires) linéaires.


Vicia sepium, Vesce des haies, Béceleuf (79)

Vesce des haies (Vicia sepium), une vivace qui fréquente les sols frais et riches. Ses fleurs, regroupées par quatre ou plus, sont d’un violet «sale». Ses folioles (3 à 9 paires) sont oblongues à elliptiques; leur extrémité est obtuse. Elle aussi cache des nectaires à la base de ses feuilles, principalement fréquentées par les fourmis.


Vicia cracca, Vesce cracca, Montamisé (86)

Vesce cracca (Vicia cracca), une vivace qui forme des colonies denses dans les prairies, près des cultures ou des haies, aux nombreuses folioles (8 à 12 paires). Ses fleurs bleues sont réunies en grappes, toutes situées du même côté de la tige. De même que pour Vicia sativa, le cas Vicia cracca demande un examen attentif pour départager plusieurs espèces proches (V.benghalensis, V.villosa ou V.tenuifolia). On n'en attendait pas moins de la part de Sauvages dont le sport principal consiste à faire des nœuds et à s’emmêler les vrilles!


Pour aller plus loin:

- Vicia sativa sur Tela-botanica

- Vicia sativa : identification assistée par ordinateur

- Clé des "Vicia du groupe sativa" (Conservatoire Botanique National de Brest).
- Vicia hirsuta sur Tela-botanica
- Vicia sepium sur Tela-botanica
- Vicia cracca sur Tela-botanica
- Clé des "Vicia du groupe cracca/villosa" (Isatis 2006, Haute garonne)

- Exploitation de la Vesce commune au Néolithique moyen dans le Sud de la France de Laurent Boubya et Vanessa Léa.



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Cerfeuil des bois, l'usual suspect
> Lierre terrestre, la plante médecine
> Trèfle des prés, le chanceux
> Promenade botanique avec Yves Baron (Saint-Benoît, prairies de la Varenne, mai 2019)
> Les 10 fleurs sauvages qu'on ne désherbera plus au jardin
 

Mot-clefs de ce billet...
Fabiaceae Légumineuse comestible toxique

Commentaires


Aucun commentaire...


Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Villes, chemins & terrains vagues
> Vesce cultivée: la fabophile
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►