Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Familles de la flore française (Game of thrones et botanique, épisode 1)

Date 01/09/2016
Ico Cours de botanique pour les indiens!
Comms 3 commentaires

Botany is coming... Sur Sauvages du Poitou!


Les botanistes sont souvent passés maîtres dans l'art de ranger. Non pas qu'il soient devenus des champions de Tetris à force de remplir des herbiers, mais plutôt parce que l'approche naturaliste repose beaucoup sur la reconnaissance de ce qui ressemble (on range dans le même tiroir) et de ce qui diffère (c'est le moment d'ouvrir un nouveau tiroir!).


Jusqu'en 1998, la classification dite «classique» des végétaux se basait sur les particularités morphologiques évidentes des plantes (ce qui reste une approche très pertinente sur le terrain). Après cette date, c'est une classification dite «phylogénétique» qui prend le relais: l'approche génétique permet de prendre en compte les liens de parenté entre les végétaux au delà de leur apparence, et de mieux comprendre leur histoire. Cette classification moderne fut révisée, ou plutôt affinée, en 2003, en 2009 puis en 2016... Nul doute qu'elle le sera encore à l'avenir!

Mille pardons, messer. Je devais effectuer un léger changement à mon blason afin qu’on ne me confonde pas avec mon méprisable cousin.

(Le chevalier errant, George R.R. Martin)

Bref, classer les plantes revient en quelque sorte à tracer des arbres généalogiques, à déterminer qui ressemble à qui, qui est parent avec qui, à étudier les traits propres (les «armoiries») de chaque lignée de Sauvages.


A chaque Sauvage correspond une espèce. Les membres d'une même espèce se ressemblent comme deux gouttes d'eau et sont interféconds entre eux. Les espèces sont regroupées en genres. Les membres d'un même genre affichent aussi des traits communs évidents, quoique plus lointains. Leurs similitudes rend toutefois les hybridations possibles. Les genres sont regroupés en familles, puis les familles en ordres, etc.


Lamium maculatum et Lamium purpureum, Dagneux (01)
Lamier maculé (Lamium maculatum) et Lamier pourpre (Lamium purpureum): une même famille, un même genre, deux espèces.

Ci dessus, le Lamier maculé (à gauche) et le Lamier pourpre (à droite) sont deux espèces distinctes, appartenant à un même genre, celui des Lamiers. Leur famille commune, les Lamiacées, appartient à l'ordre des Lamiales, qui rassemble plusieurs autres familles comme celle des Boraginacées (famille de la Bourrache officinale) ou celle des Verbénacées (famille de la Verveine officinale).
- Avez-vous jamais vu les armoiries de la maison Toland de Spectremont?
- Un dragon dévorant sa propre queue?
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)
Ces classifications ne sont pas faites pour nous dévorer les méninges: elles s'avèrent grandement utiles sur le terrain! La connaissance des qualités propres à chaque famille peut aider le botaniste à cerner un spécimen nouveau croisé au détour d'un chemin. Apprendre à reconnaître les «armoiries» d'une famille est la meilleure porte d'entrée qui soit dans la pratique de l'herborisation. C'est de plus un bon moyen pour réussir à s'orienter dans les flores et les guides botaniques les plus touffus et les plus pointus!
Je me souviens de votre père racontant autour d’un feu de camp comment sa maison avait obtenu son blason...
(Le chevalier errant, George R.R. Martin)
Impossible de citer l'ensemble des nombreuses familles qui composent la flore de notre pays. Mais certaines lignées se détachent, de par leur importance ou leur réputation (Astéracées, Poacées, Fabacées et Rosacées représentent à elles seules un bon tiers de la population végétale française). On se concentrera donc plus particulièrement sur les blasons et les devises (imaginaires, cela va de soi, la tournure de cet article se veut avant tout amusante et pédagogique) des familles botaniques incontournables, à commencer par les cinq plus importantes pour ce premier épisode:

House Asteraceae, Sauvages du Poitou!

Les Asteracées (ou Composées), représentent la première famille de France avec près de 800 espèces recensées. Leur inflorescence caractéristique, le capitule (voir notre article complet sur le sujet) est la principale marque de leur lignée. Nul doute que l'invention de cette «super fleur» (en fait une fleur... Faite d'une myriade de fleurs!)  les aura aidé à assoir leur suprématie. Retenez que lorsque vous êtes en plein safari, la photographie des bractées d'une Astéracée vous sera souvent plus utile que celle des fleurs (capitules) pour effectuer vos recherches.

C'est le clan du roi Pissenlit dent-de-lion (Taraxacum officinale), de la reine Pâquerette (Bellis perennis), des Marguerites (Leucanthemum sp), des Bleuets (Centaurea sp) ou encore de leur garde rapprochée, les piquants Chardons (Carduus sp et Cirsium sp)...

Taraxacum officinale, Pissenlit dent-de-lion, Saint Aignan (41)
Le capitule du roi Pissenlit et sa cour (Syrphes bâton)!
Je veux de nouveau sentir le vent dans mes cheveux!
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)

Les membres de cette famille royale produisent souvent de nombreuses semences à soies (des akènes plumeux, comme le célèbre «pompon» du Pissenlit) que le vent emporte à la conquête de nouveaux territoires, sur des distances pouvant dépasser la centaine de kilomètres!

Cirsium arvense, Chardon des champs, Poitiers Mérigotte
Les rejetons du Chardon des champs attendent le vent qui les emportera...

House Poaceae, Sauvages du Poitou!
Étaient-ils vingt, étaient-ils vingt mille?... Sous les arbres se massaient tous les sauvageons du monde.
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)

Si les Poacées (ou Graminées) ne sont que la deuxième famille de France au regard du nombre d’espèces (470 espèces), elles représentent la lignée la plus importante du point de vue des surfaces couvertes. Il faut dire que ce clan regroupe les «herbes» sous toutes leurs formes, celles des friches, des pelouses, des gazons... Mais également les céréales domptées par l'homme (blé, orge, seigle, maïs..), ou encore les Bambous, leurs rejetons titanesques originaires d'Asie! Bref, les Poacées sont partout, de l’Antarctique jusqu'au fin fond du Poitou, même si l'apprenti botaniste, à force de chercher l'Orchidée rare, finit par ne plus les voir et les considérer comme un simple tapis de sol.

Notez que tout ce qui ressemble à de l'«herbe» n'est pas forcément Poacée. Il existe deux autres familles qui affichent des silhouettes similaires: les Cyperacées (le clan des Laîches), et les Joncacées (le clan des Joncs). On observera la section des tiges (entre les «nœuds») pour faire le tri:  section ronde et creuse chez les Poacées, section pleine et triangulaire chez les Cyperacées, section ronde et pleine chez les Joncacées. Un article complet est consacré à ces légions chlorophylliennes sur Sauvages du Poitou...

House Fabaceae, Sauvages du Poitou!

Les Fabacées (autrefois Légumineuses, 360 espèces en France) qui poussent naturellement sur le sol français affichent généralement des feuilles composées et des fleurs irrégulières caractéristiques qu'on dit «Papilionacées» (voir notre article complet sur le sujet). Leur étendard, leurs deux ailes (tel un papillon) et leur carène devraient suffire à nous mettre la puce à l'oreille.

Medicago arabica, Luzerne d'Arabie, Poitiers Chilvert
Grand étendard (en haut), paire d'ailes (en bas sur les côtés) et carène (en bas au centre) des fleurs de la Luzerne d'Arabie (Medicago arabica).

90% des membres de ce clan ont sur leurs racines de petites boules blanches (nodosités) qui logent des bactéries très utiles: ces dernières sont capables d'utiliser l'azote atmosphérique pour fabriquer des ressources qu'elles partagent volontiers avec la plante hôte. Ce partenariat assure un apport d'azote aux Fabacées en toute circonstances, quand bien même les ressources du sol feraient défaut... Bref, les Fabacées sont assises sur coffre à trésor bien rempli, au point qu'elles semblent à jamais à l'abri de la misère!

Luzerne d'Arabie, Medicago arabica, Poitiers Chilvert
Toute la richesse de la Luzerne d'Arabie (Medicago arabica) dans ses nodosités.
A quoi servent les amis riches s’ils ne mettent leurs richesses à votre disposition?
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)

C'est pourquoi on retrouve dans leurs rangs de nombreux «engrais verts»: Trèfles (Trifolium sp), Luzernes (Medicago sp), Vesces (Vicia sp), Gesses (Lathyrus sp), mais aussi des stars du potager comme les Fèves, les Haricots ou les Pois... Autant de Sauvages ou de plantes domestiquées qui renferment leurs fruits dans des gousses (un fruit sec qui s'ouvre par deux fentes).

House Rosaceae, Sauvages du Poitou!

Les Rosacées (250 espèces en France) sont une vaste famille, comptant dans leurs rangs des membres très éclectiques, des petites herbacées (comme les Potentilles, Potentilla sp), en passant par les arbrisseaux (comme les Framboisiers, les Mûriers...), jusqu'au grands arbres (Pruniers, Pommiers, Poiriers, Cerisiers...). Malgré leurs différences, les Rosacées arborent certains airs de famille: leurs fleurs sont bardées de nombreuses étamines et affichent souvent (ce n'est pas une règle absolue) cinq pétales et cinq sépales. Leurs feuilles, toujours alternes et stipulées, sont souvent composées et dentées.

Geum urbanum, Benoîte urbaine, Poitiers bords de Boivre
Benoîte urbaine (Geum urbanum): 5 pétales, 5 sépales, des feuilles pennatiséquées, dentées et très nettement stipulées à la base du pétiole.
Et puis il y a les roses. Quel parfum délicat, les roses, n’est-ce pas? Surtout lorsqu’il y en a tant. Cinquante, soixante, soixante-dix mille roses... Je ne saurais vraiment dire combien il en reste, mais trop pour que je me soucie de les dénombrer, de toute façon.
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)
Le clan Rosacée fait preuve d'un indéfectible loyauté envers l'homme: cette famille fournit l'essentiel des fruits consommés en zone tempérée. La pomme est peut-être sa plus grande réussite (c'est le troisième fruit le plus consommé au monde après les agrumes et la banane), et puisque l'amour est à l'origine de tout fruit, la Rose reste son indétrônable ambassadrice dans les parcs et les jardins (on en compte plus de 40.000 variétés)!

House Brassicaceae, Sauvages du Poitou!
Les gardes postés aux portes du château portaient des justaucorps de cuir et avaient pour emblème deux masses de guerre croisées sur une croix blanche en forme de X.
(Le Trône de Fer, George R.R. Martin)

Les Brassicacées (250 espèces en France) sont tellement fières de leur patronyme qu'elles affichent toutes son emblème: une fleur à quatre pétales en croix (d'où leur ancien nom de Crucifères), quatre sépales et six étamines. Leurs feuilles sont généralement simples et alternes. Elles produisent des siliques, des fruits secs qui s'ouvrent à maturité via quatre fentes pour libérer leur contenu. Celles-ci peuvent arborer des formes géométriques diverses: en forme de pièces chez la Monnaie du pape (Lunaria annua), de triangles chez la Capselle bourse-à-pasteur (Capsella bursa pastoris) ou d'épées chez la Giroflée des murailles (Erysimum cheiri)...

Monnaie du pape (Lunaria annua) et Giroflée des murailles (Erysimum cheiri)
Fleurs en croix et siliques: une poignée de pièces pour la Monnaie du pape (en haut) et une armée d'épées pour la Giroflée des murailles (en bas)!

On retrouve chez ce clan de nombreuses plantes cultivées dans les potagers: Choux, Colzas, Radis, Navets, Roquettes, Moutardes... Mais aussi d'autres Sauvages très serviables, comme la petite Arabette des dames (Arabidopsis thaliana), célèbre «souris verte» de laboratoire pour les chercheurs en biologie; ou le pastel des teinturiers (Isatis tinctora), dont on peut tirer une teinture bleu et qui connait aujourd'hui un nouvel essor dans l'industrie textile.

Isatis tinctora, Pastel des teinturiers, Poitiers garecoming
Fleurs en croix du Pastel des teinturiers, Poitiers quartier gare

Je vous donne rendez vous lors du prochain épisode de notre feuilleton qui nous emmènera à la rencontre de six autres maisons prestigieuses: Apiaceae, Caryophyllaceae, Lamiaceae, Liliaceae, Ranunculaceae et Orchidaceae... Botany is coming!

Lectures recommandées:
- La botanique redécouverte de Aline Raynal-Roques
- Petite flore de France aux éditions Belin, une flore élégante et une clé d'identification astucieuse qui met l'accent sur la reconnaissance des familles
- Cours de botanique en ligne par Joël Raynaud: Classifications chez les angiospermes
- Les Fabacées, petite flore en ligne par Maurice Reille
- Les Rosacées, petite flore en ligne par Maurice Reille
- Les Brassicacées, petite flore en ligne par Maurice Reille

Et pour le plaisir, le grand fil rouge littéraire (et télévisé) de notre article...
- Le cycle fantasy Le Trône de fer par George R. R. Martin!


Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Cours de botanique pour les indiens
> Benoîte des villes, l'exorciste
> Luzerne tachetée, la riche étrangère
> Familles de la flore française (Game of thrones et botanique, épisode 3)
> Buisson ardent: allumer le feu!
 

Mot-clefs de ce billet...
botanique Asteraceae Poaceae Fabaceae Rosaceae Brassicaceae

Commentaires


Héloïse   12/09/2016 01:05:42
Bonjour,
Félicitations pour ce site! Je suis apprentie botaniste et quelques piqures de rappels, surtout avec humour, font toujours du bien. Bravo en tout cas pour les articles, très travaillés, bien écrits et ludiques! Et nombreux en plus!
Pour celui-ci, il me semble que vous parlez des classifications APG, au vu des dates citées. La dernière mise à jour est cependant parue depuis quelques mois à peine! Pour les Sauvages qui ne sont pas des plantes à fleurs, je ne sais pas... Je m'étonne aussi que vous citez les Cirsium pour les chardons, et non les Carduus, des plantes déjà pas toujours faciles à différencier. Pourquoi ce choix?
Bonne journée!
Norb   12/09/2016 07:28:00
Bonjour Héloïse, merci pour vos encouragements et votre intervention! Vous avez raison, nous en sommes aujourd'hui, et depuis peu, à la classification phylogénétique APG IV. Je vais donc également citer l'année 2016 dans l'article, il n'y a pas de raison! Pour ce qui est de la citation des Cirsium, mon choix a simplement été dicté par... Les photos dont je dispose! J'avais un joli cliché de Cirsium arvense que je voulais utiliser pour illustrer l'article, et je les ai donc cités dans l'énumération pour introduire le visuel. Mais vous mettez le doigt sur une maladresse pédagogique de ma part, car quand on parle de «Chardons», mieux vaut citer Carduus ET Cirsium, les deux genres étant confondus derrière l'appellation populaire. Je vais également corriger l'article en ce sens, merci ;)
Héloïse   13/09/2016 20:32:23
Bonsoir
Puisque nous discutons des chardons, je pense à cet article très bien fait, à visée pédagogique, pour décrire les différents genres et espèces qui ressemblent aux chardons, parfois appartenant à d'autres familles (Eryngium sp, Dipsacus follunum...) :
http://bota-phytoso-flo.blogspot.fr/2013/06/les-chardons.html
Bonne soirée

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences et de Kidi science



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Cours de botanique pour les indiens!
> Familles de la flore française (Game of thrones et botanique, épisode 1)
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►