Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Actualité


Vocabulaire de la botanique (7) : Poacées, herbes, céréales, pelouses et gazons!
Date 29/11/2016
Ico Cours de botanique pour les indiens!
Comms Aucun commentaire
Les joyeuses leçons de Sauvages du Poitou nous ont entrainés jusque là à la poursuite des feuilles simples, des feuilles composées, de l'art délicat de la phyllotaxie (la disposition des feuilles sur la tige), des fleurs régulières, des fleurs irrégulières ainsi que des capitules et des différents types d'inflorescence. C'est une nouvelle enquête botanique qui nous attend aujourd'hui, sur la base de l'ensemble des articles précédents (mieux vaut les réviser un peu avant de continuer). Prêts? 3, 2, 1, générique!

L'univers fascinant des Poacées, Sauvages du Poitou!

La famille
Poaceae (anciennement Graminées) est peut être une des familles les plus anciennes et les plus répandues du règne végétal (20% de la couverture végétale de la planète!). C'est aussi la famille la moins visible pour le profane, qui à force de chercher l'orchidée rare, finit par ne plus voir l'océan de chlorophylle autour. Les Poacées sont, pour l'observateur commun, l'«herbe» (mais aussi nombre de céréales cultivées par l'homme), partout, de l’Antarctique au Poitou. Pour beaucoup, l'herbe ne constitue guère qu'un décor ennuyeux, une toile de fond dénuée d'intérêt, sur laquelle évoluent les véritables stars de la botanique, les Sauvages à fleurs spectaculaires et colorées...

Poa Annua, Pâturin annuel, Poitiers place Leclerc
Le Pâturin annuel (Poa annua), de loin la Sauvage la plus répandue dans nos villes, à qui la famille Poacée doit son nom: «Poa» est l'«herbe» en grec.

Certes, l'analyse attentive d'une parcelle de gazon peut sembler rébarbative ou difficile au profane. Se pencher sur les Poacées revient un peu à gravir la montagne botanique par la face nord, sans corde et sans piolet! Pourtant, ce clan cache des secrets fascinants et fait preuve, paradoxalement, d'un grand sens de l'élégance: chez ses membres, c'est l'art de la danse qui prévaut aux pétales et aux couleurs ostentatoires. En effet, la reproduction sexuée des Poacées ne repose pas sur le passage des butineurs, mais sur le souffle du vent.
Tous les matins, dès le lever, La Carioca te fais bouger. Et quand tu danses, chaque petit pas te mets en joie pour la journée...
(La cité de la peur, Les Nuls)

Briza media, l'Amourette, Biard aérodrome (86)
L'Amourette commune (Briza media), une Poacée également connue sous les noms de Hochet du vent ou de Langue de femme, parce ses petits épillets gigotent sans cesse sous le vent!

L'observation des Poacées repose sur une enquête minutieuse, où le vocabulaire peut nous guider et nous aider à observer des détails invisibles au premier abord. Secret oblige, les membres du clan Poaceae ne sauraient être décrits par des mots trop communs... Ainsi, chez le brin d'herbe, on ne parle pas de tige, mais de chaume. Le chaume est parcouru par des nœuds. Il présente généralement une section ronde et creuse aux entrenœuds (ce qui nous permet de différencier les Poacées de deux autres familles aux allures similaires, les Cyperacées — le clan des Laîches — aux tiges à section pleine et triangulaire, et les Joncacées — le clan des Joncs — aux tiges à section ronde et remplies de moelle).

Des feuilles linéaires, étroites et alternes naissent à partir des nœuds. Les feuilles enveloppent le chaume en formant une gaine, jusqu'à ce que le limbe se sépare de celui ci. Un exemple valant mieux qu'une longue explication, penchons nous dans le bac de la tondeuse à gazon, où un crime vient d'être commis:

Anatomie d'un brin d'herbe, Sauvages du Poitou

Essayons d'identifier la victime de notre serial-tondeuse: la première piste se trouve précisément à la frontière de la gaine et de la partie du limbe qui se sépare du chaume: c'est ici que se cache une petite membrane, nommée ligule, qui empêche l'eau, la poussière ou les insectes de pénétrer dans la gaine... La ligule est un indice d'importance, car elle affiche des aspects variés (verte, blanche, simple, découpée, déchirée, poilue...) en fonction de l'espèce observée. La forme (ou l'absence) d'oreillettes est aussi à prendre en considération.

Poacées: ligule et oreillette, Sauvages du Poitou

 Ligule de Dactylis glomerata (Dactyle aggloméré)
Notre victime présente une gaine nettement aplatie, une ligule longue et déchirée et pas d'oreillettes... Nous sommes extrêmement chanceux, car ces maigres indices sont suffisants pour identifier le Dactyle aggloméré (Dactylis glomerata)!

Malheureusement (ou heureusement si vous aimez les défis), Ligule et oreillettes ne suffisent généralement pas pour identifier une espèce. Il nous faudra, encore plus que chez les autres Sauvages, croiser un maximum d'indices, en commençant par un examen minutieux des fleurs...

 Ligule de Dactylis glomerata, Dactyle aggloméré, Saint Aignan (41)
Inflorescence (panicule) dense du Dactyle aggloméré dans la force de l'âge: un joyeux fouillis!

Hé oui, les Poacées ne sont pas dépourvues de fleurs! La principale difficulté pour nous, c'est leur miniaturisation et leur densité: la loupe est indispensable pour pouvoir apprécier les fleurs, seules ou regroupées par dizaines en épillets... Les épillets sont eux même regroupés en épis compacts (plusieurs fleurs sessiles sur un axe), en grappes, ou plutôt en panicules (des grappes de grappes), le cas le plus répandu pour les Poacées de France.

L'épillet, Sauvages du Poitou

Accrochez vous mon cher Watson, car c'est là que nous allons commencer à couper l'herbe en quatre! Une  enveloppe foliaire, la glume, protège l'ensemble de l'épillet, le regroupement floral élémentaire. Les minuscules fleurs, disposées sur le rachillet, présentent l’attirail sexuel déjà évoqué dans notre article sur les fleurs, à savoir des étamines (dont le filet peut s'allonger de manière spectaculaire à maturité du pollen, atchoum!) et un pistil (ses stigmates poilus lui permettent de récupérer le pollen porté par le vent). La fleur est elle même protégée par une petite enveloppe foliaire, nommée glumelle (ou parfois lemme).

Glume et glumelles (qui sont respectivement l'équivalent des bractées et des sépales chez les autres Sauvages) sont toujours alternes, et souvent prolongées par une arrête, dont la longueur, la disposition (terminale, insérée au milieu...) ou la forme (droite, tordue, vrillée...) est aussi une indication sur l'identité du spécimen observé. Le rôle de cette arrête est de favoriser la propagation des semences, en s'accrochant aux animaux de passage par exemple, ou en aidant la graine à se planter dans le sol.

Lolium multiflorum, Ray-grass d'Italie, Poitiers Chilvert
Ces épillets rangés en épis ne présentent qu'une seule glume (en vert foncé). Les anthères des étamines et les stigmates poilus des pistils dépassent des fleurs et sont faciles à observer. Les arrêtes discrètes qui prolongent les glumelles nous aide à reconnaître le Ray-grass d'Italie (Lolium multiflorum), l'acteur principal des gazons et des pelouses artificielles en France!

Reste à compléter le dossier avec quelques brassées d'indices complémentaires: la Sauvage ressemble-t-elle à une herbe solitaire, ou forme-t-elle des touffes (on dit que son port est cespiteux)? Quelle est l'apparence des feuilles? Dans quel milieu pousse-t-elle?
Holmes, vous ne résoudrez jamais cette enquête.
(Sherlock Holmes, Guy Ritchie)

Chaque détail compte! Se munir d'une règle pour relever des mesures (épillets, arrêtes...) n'est pas superflu, et peut être (je dis bien peut-être, les Poacées sont assez polymorphes, sans quoi ça serait trop facile), à force d'observations et de déductions, aboutirez-vous à un nom parmi les 150 genres et 470 espèces qui couvrent le sol français, tel le vainqueur extatique d'une partie de Cluedo titanesque! Et puisqu'on parle de jouer, que diriez-vous de lancer les dés, et de piocher quelques spécimens sur le pas de la porte?

Poa annua, Pâturin annuel, Poitiers centre ville

La racine grêle et fibreuse de cette petite sauvage cespiteuse nous indique qu'il s'agit probablement d'une annuelle (ou d'une vivace à vie courte). Le chaume est glabre, les feuilles molles, un peu rugueuses au toucher, plissées en U ou en V. La panicule lâche et peu fournie dresse des rameaux quasiment disposés à angle droit. Les épillets sont aplatis, les fleurs dépassent nettement des glumes, les glumelles sont imbriquées et dénuées d’arêtes. On note la présence d'une ligule courte (environ 3mm), mais pas d'oreillettes.

Il s'agit bien sûr du célèbre Pâturin annuel (Poa annua), en tête du palmarès des Sauvages les plus répandues en milieu citadin. Florissant à n'importe quelle saison, le Pâturin annuel est capable de donner jusqu'à six nouvelles générations par an, avec une capacité d'adaptation qui force l'admiration!

Eragrostis minor, Petit eragrostis, Poitiers Chilvert

Cette petite Sauvage cespiteuse présente des inflorescences en panicules ouvertes et étalées. Les épillets sont plats et comptent une dizaine de fleurs minuscules, très difficiles à décortiquer... On se rabattra sur les gaines, faciles à observer, garnies de poils étalés. La ligule se résume à une rangée de poils. Enfin, le bord des feuilles, lui aussi garnis de poils, est parcouru de petits glandes jaunâtres. Nous sommes en présence du Petit eragrostis (Eragrostis minor), une annuelle, locataire commune des sols sablonneux, des bords des routes ou des voies ferrées.


Hordeum vulgare subsp. distichon, Orge à deux rangs, Poitiers Chilvert

Pour ce dernier spécimen, on remarque une ligule courte, deux longues oreillettes dont les pointes se recouvrent, un épi composés d'un seul épillet fertile (complet) et de deux épillets avortés (incomplets). Les glumes sont prolongées par des arrêtes qui dépassent les fleurs; les glumelles dressent des arrêtes spectaculaires, jusqu'à 20cm! Hum... Notre Sauvage n'en est pas une, mais plutôt une céréale échappée des cultures: l'Orge à deux rangs (Hordeum vulgare subsp. distichon), généralement cultivé pour alimenter les cuves des brasseries.
On a qu'à aller au Winchester pour boire une bonne bière en attendant que les choses se calment.
(Shaun of the Dead, Edgar Wright)

Bière ou limonade, une pause s'impose à ce stade de nos investigations. Une approche efficace des Poacées imposerait de décortiquer, mot par mot, bien d'autres aspects comme les racines ou les fruits, qui feront l'objet de futurs articles sur Sauvages du Poitou. Les premières bases jetées ici devraient toutefois vous permettre de vous essayer à quelques premières identifications, avec l'aide d'une loupe et d'une bonne flore (références en bas d'article). En attendant d'apprivoiser ce vocabulaire, je vous souhaite de ne plus jamais regarder une friche, une pelouse ou un champ de blé d'un œil assoupi et désintéressé, à l'image du Renard du Petit Prince!
Regarde! Tu vois, là-bas, les champs de blé? (...) Le blé pour moi est inutile. Les champs de blé ne me rappellent rien. Et ça, c'est triste! Mais (...) ce sera merveilleux quand tu m'auras apprivoisé! Le blé, qui est doré, me fera souvenir de toi. Et j'aimerai le bruit du vent dans le blé...  (Le Petit Prince, Antoine de Saint-Exupéry)
Pour aller plus loin:
- Botarela, le rendez-vous incontournable des amoureux de Poacées, complété d'une clé d'identification en ligne par Guillaume Lecointre!

Lectures recommandées:
- Le Guide des graminées, carex, joncs et fougères aux aux éditions Delachaux et Niestlé
- Petite flore de France aux éditions Belin (le chapitre consacré aux Poacées ne présente qu'une petite centaine d’espèces, mais la clé de détermination est agréable pour une première approche)
>Voir le billet et ses commentaires...
 

Rue odorante, la mauvaise graine!
Date 16/11/2016
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Comms Aucun commentaire

Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère


Ruta graveolens (Rue odorante ou Rue fétide) appartient à un clan peu représenté sur le sol français (6 espèces sauvages), les Rutaceae. Une famille pourtant loin d'être anecdotique pour l'homme: du côté des tropiques, les rutacées comptent dans leurs rangs les célèbres citronniers (Citrus limon), orangers (Citrus sinensis) ou mandariniers (Citrus nobilis)...

Je viens du sud, et par tous les chemins, j'y reviens...

(Michel Sardou)

Ruta graveolens est une vivace qui affectionne les sols secs, pauvres et calcaires, comme les garrigues du midi de la France. Un mur bien exposé peut suffire à ses tiges ligneuses. La Sauvage dresse ses corymbes de fleurs entre mai et juillet, offrant à l'observateur patient un spectacle étonnant: lentement, les étamines se redressent les unes après les autres pour féconder le pistil au centre de la fleur. En atteignant le centre, chaque étamine heurte l'étamine qui la précède dans ce manège amoureux, lui commandant de revenir à sa place... En somme, c'est un peu comme si les étamines battaient un tambour!


Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère

Roulements de tambour sur les fleurs de la Rue odorante: 5 pétales et 5 sépales pour la fleur située au centre de l'inflorescence, 4 pétales et 4 sépales pour les autres!


Ruta graveolens, moitié Sauvage, moitié tambour!

Le feuillage persistant et charnu de Ruta graveolens dégage une odeur forte et caractéristique, désagréable pour le commun des mortels. Gorgées d'une huile essentielle toxique (les glandes translucides peuvent s'observer par transparence), les feuilles peuvent causer des brûlures par simple contact si la peau est ensuite exposée au soleil. Dans le sud de la France à la belle saison, il arrive que les grimpeurs aux membre dénudés en fassent les frais à flanc de falaise!

La Sauvage n'est pourtant pas dénuée de qualités aromatiques; utilisée avec sagesse et parcimonie (gare, elle est toxique), elle sert parfois à assaisonner les sauces, les viandes, les boissons, ou rentre dans la composition de parfums.

Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère

Feuilles glauques et pennatiséquées de la Rue odorante ... Qui s'y frotte s'y brûle!


Mais Ruta graveolens est surtout une médicinale célèbre, utilisée à des fins variées et contradictoires à travers l'histoire: antidote aux poisons, aux piqures d'araignées, de serpents, de scorpions, mais aussi contre les morsures de chiens enragés, remède désespéré contre la peste ou l'hypocondrie, aphrodisiaque, à moins que ce ne soit l'inverse (je vous invite à parcourir l'article truculent du site Books of Dante: Rue, herbe de grâce)...


Sa réputation la plus solide repose cependant sur ses qualités abortives. A tel point qu'on déconseillait jadis au femmes enceintes de frôler la plante, au risque de perdre leur enfant! La légende était délibérément exagérée: c'est une intoxication par ingestion qui peut mettre un terme à une grossesse, de par les violentes contractions abdominales qu'elle cause... Malheureusement, cette «Interruption Végétale de Grossesse» risque également de coûter la vie à celle qui tente la potion. C'est ainsi que Julia Titi, la fille de l'empereur romain Titus, passa de vie à trépas.

On a la coupable. Je ne vous l'ai pas présentée.
(RRRrrrr !!!, Alain Chabat)

C'est peut-être à cette faculté de provoquer un retour brutal des règles chez la femme que Ruta graveolens doit son nom, ruta dérivant de reô, «couler» en grec. Devenue la «Rue», parfois même l'«Herbe de la rue» (c'est donc elle), il n'en fallait pas moins à la Sauvage pour se tailler une réputation d'avorteuse et de mauvaise graine. Lors de l'installation de l'espace botanique au cœur du jardin des plantes à Paris, elle est mise sous cage pour éviter que les prostituées ne viennent la voler! Longtemps, la Sauvage est prescrite sous le manteau (ou plutôt sous la soutane) à des femmes désespérées...


Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère

La Rue odorante ou Herbe de la rue, Herbe de grâce, Rue des chèvres, Rue domestique ou Rue des jardiniers...


Bref, Ruta graveolens est un peu diablesse... Même s'il parait que la Sauvage a également le pouvoir de repousser les sorcières! En 1921, la France tente de mettre un terme à son usage délétère en instaurant une loi qui interdit sa culture dans les jardins. La répression fut sans doute efficace, car de nos jours, la Rue fétide est très loin de courir les rues (manquer ce jeu de mot eût été blasphématoire!).


Dans son inventaire (Les plantes sauvages et leurs milieux en Poitou Charentes), le botaniste Yves Baron ne déniche que quelques rares pieds sauvages dans le Poitou: à Bonnes (86), Mondion (86) et Poitiers. Ruta graveolens est aujourd'hui une espèce déterminante pour les départements de la Charente, de la Charente-maritime, de la Vienne et des Deux-Sèvres (ce titre désigne les espèces particulièrement précieuses du point de vue de la biodiversité, et dont il convient de prendre grand soin). En France, Ruta graveolens est une espèce protégée en Aquitaine et en Basse-Normandie.


Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère

Les capsules (fruits) de la Rue odorante, Poitiers


Qui sait, c'est peut-être par la porte des des jardins particuliers que la Rue fétide fera un jour son retour sur l'ensemble du territoire. Maintenant que la Loi Veil protège les femmes des pratiques clandestines, la Sauvage peut enfin laisser derrière elle ses vieilles casseroles. Il y a peu, je croisais dans une jardinerie une colonie de Ruta graveolens en godets. Au dessus, un panneau flanqué du slogan «Herbe repousse chat» aguichait les jardiniers agacés par les félins qui grattent leurs semis de printemps; car il parait que les chats (qui sont un peu sorciers, mais aussi les rats, les vipères, les puces, les pucerons, que sais-je encore...) détestent l'odeur de la Sauvage. A chaque époque, ses peurs: si l'on plantait jadis Ruta graveolens pour se prémunir des magiciennes et du mauvais œil, on la plante aujourd'hui pour repousser les bestioles en tout genre, effrayantes ambassadrices de la non moins effrayante biodiversité!


Pour aller plus loin:

- Ruta graveolens sur Tela botanica

- Ruta graveolen à travers l'histoire sur le site Books of Dante


Ruta graveolens, Rue odorante, Poitiers chemin de la Cagouillère

Rue odorante: une Sauvage dont il convient de prendre grand soin dans le Poitou! (ici à Poitiers)

>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Sauvages du Poitou,

c'est aussi:

Une page FACEBOOK,
Un compte TWITTER,
Une chronique RADIO!
Membre du Café des sciences


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page