Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Compagnon blanc, le noctambule

Date 21/04/2016
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Sauvages des haies & forêts
Comms 0 commentaire

Silene Latifolia, Compagnon blanc, Sauvages du Poitou


Silene latifolia (Compagnon blanc ou Chipôza-bourru en poitevin saintongeais!) appartient à la famille Caryophyllaceae, au côté de la Stellaire holostée ou de la Saponaire officinale par exemple, déjà croisées dans les pages du blog. A l'inverse de sa fausse jumelle aux fleurs rouges ou roses qui s'active en journée, le Compagnon rouge (Silene dioica), le Compagnon blanc préfère la vie nocturne: ce sont essentiellement les papillons de nuit qui assurent sa pollinisation, attirés par le parfum et le nectar que la Sauvage produit en plus grande quantité la nuit tombée.

La vie est tout de même une chose bien curieuse... Pour qui sait observer entre minuit et trois heures du matin.

(Le quai des brumes, Marcel Carné)

Silene Latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Boivre

Le Compagnon blanc, une Sauvage qui se contemple à la lampe de poche!


Les Silènes doivent leur nom à leur à leur calice renflé qui rend hommage au dieu grec Seilênos — père adoptif du truculent Dionysos — qu'on représente généralement avec un gros ventre. Une famille divine qui savait surement bien boire et bien manger, quelle que soit l'heure du jour ou de la nuit!


Silene latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Le ventre rebondi et poilu de madame Compagnon blanc! (Poitiers bords de Clain)


Notez que dans la famille des Silènes, c'est de loin le Silène enflé qui présente le plus grand tour de ceinture (Silène vulgaris, qu'on rencontrera essentiellement en terrain sec, et que les enfants transforment en pétard en éclatant le calice contre le dos de leur main)!


Silene vulgaris, Silène enflée, Poitiers bords de Boivre

Un autre Silène: le Silène enflé au ventre gonflé comme un ballon de baudruche et aux jeunes feuilles glabres au goût de petit pois!

Moi, j’ai la vie dans mon ventre, alors que toi, t’as que des tacos pourris dans le bide.

(Juno, Jason Reitman)

Compagnon blanc — la sauvage noctambule aux fleurs blanches — et Compagnon rouge — la diurne aux fleurs rouges ou roses — sont deux vivaces peu regardantes quant à la nature du sol; leurs colonies sont toutefois plus éclatantes sur les terres riches en matière organique végétale.


Silene dioica, Compagnon rouge, Béceleuf (79)

Compagnon rouge (Silene dioica), un couche tôt qui préfère les rayons du soleil à ceux de la lune!


Si le Compagnon blanc préfère les sols calcaires, le Compagnon rouge se plaît d'avantage sur les sols siliceux, ce qui n'empêche pas les deux espèces de se rencontrer. Lorsque le soleil a rendez vous avec la lune, les hybridations ne sont pas rares: il peut en résulter une sorte de Compagnon à fleurs... Roses pâles!


Silene dioica, Compagnon rouge, Saint Nazaire (44)
Une compagnon qui tire vers le rose? Probablement le résultat de l'union entre un Compagnon blanc et un Compagnon rouge!


Silene Latifolia est une plante dioïque, c'est à dire qu'elle présente des pieds strictement mâles ou strictement femelles. A partir de mai, ce sont les étamines proéminentes qui nous permettent de distinguer les messieurs.


Silene latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Fleur femelle du Compagnon blanc: 5 pétales échancrés entourant 5 styles recourbés.


Silene latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Fleur mâle du Compagnon blanc: 5 pétales échancrés entourant 10 étamines dressées.


Les dames quant à elles affichent en leur centre cinq styles recourbés et un calice nettement plus renflé. Leur «ventre dodu» renferme les graines et les générations futures en fin de floraison; il peut, lorsqu'il est sec, servir à confectionner un sifflet pour les enfants... A moins que les chenille des Noctuelles (Hadena sp.), qui aiment s'y cacher, ne l'aient croqué entre temps!


Silene latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Capsule à 10 dents du Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain


Silene latifolia, Sauvages du Poitou!


Les voies de la nuit (et surtout celles de la génétique) étant impénétrables, il existe également des pieds de Silene latifolia hermaphrodites qui mêlent pistil et étamines dans leur ventre. Ces spécimens sont capables d'enfanter avec n'importe quel pied autour d'eux, mâle ou femelle, mais restent de piètres reproducteurs, ce qui explique sans doute leur rareté.


Silene Latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Feuilles du Compagnon blanc: opposées, sessiles, poilues, lancéolées et ondulées.


Le taux de saponines (des substances qui permettent aux végétaux qui les produisent de se protéger contre les insectes et les maladies) de Silene latifolia augmente progressivement au fur et à mesure de la croissance: si les jeunes pousses peuvent éventuellement être considérées comme comestibles, les pieds les plus avancés deviennent potentiellement toxiques. A cause de leur teneur en saponines, les parties souterraines de Silene latifolia ont parfois été utilisées pour confectionner savon ou lessive, même si c'est généralement sa consœur Saponaire officinale (Saponaria officinalis) qu'on préférait pour cet usage. Prêts pour une virée nocturne? A vos lampes de poche!

Open bar toute la nuit!

Ambiance de folie!

Identité facultative!

(Brice de Nice, James Huth)

Silene latifolia, Compagnon blanc, Poitiers bords de Clain

Un Syrphe s'approche du Compagnon blanc en journée, au risque de trouver le bar fermé jusqu'au soir!


Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

- Silene latifolia sur Tela-botanica



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Stellaire holostée, la chlorophylle sur les os
> Saponaire officinale, la lessive
> Cours de botanique pour les indiens
> Cerfeuil des bois, l'usual suspect
> Lierre terrestre, la plante médecine
 

Mot-clefs de ce billet...
Caryophyllaceae toxique

Commentaires


Aucun commentaire...


Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences et de Kidi science



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Vagabondes des chemins & terrains vagues
> Compagnon blanc, le noctambule
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►