Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Rencontres et billets d'humeur

Séneçon jacobée, le mal aimé

Date 30/07/2015
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Comms 3 commentaires

Jacobaea vulgaris, Séneçon jacobée, Saint Savinien (17)


Jacobaea vulgaris (Herbe de saint Jacques, Séneçon jacobée ou Sanisson — pour Séneçon — en Poitevin-saintongeais) appartient à la grande famille Asteraceae, dont les membres présentent une multitude de fleurs minuscules accolées les unes aux autres pour former des capitules (un observateur non averti risque de considérer le capitule comme une fleur unique, mais c'est un trompe l’œil!). Longtemps considérée et identifiée comme un Séneçon (d'où son appellation encore utilisée de Séneçon jacobée), la belle a récemment (2005) gagné son titre de noblesse botanique et le droit de porter un nom spécifique: Jacobaea. Une dénomination inspirée de son pic de floraison situé autour de la Saint Jacques (25 Juillet).

Mais vous voyez bien que Jacquart c’est mieux que Jacquouille, alors si vous ne comprenez pas ça vous n’avez qu’a prendre de la Juvamine bordel!
(Les visiteurs, Jean-Marie Poiré)

Jacobaea vulgaris, Herbe de saint Jacques, Poitiers Mérigotte

Capitules de l'Herbe de saint Jacques, Poitiers quartier Mérigotte


On croise deux Jacobeae proches (aux feuilles assez polymorphes, ce qui ne facilite rien) sur les routes du Poitou: Jacobeae vulgaris (Herbe de saint Jacques ou Séneçon jacobée) en abondance et, plus rarement, Jacobaea erucifolia (Séneçon à feuille de roquette). Un critère de différenciation intéressera les apprentis botanistes: les calicules (petites feuilles spécifiques à la base du calice, la coupe qui contient les fleurs) du Séneçon jacobée sont courts et discrets alors que ceux du Séneçon à feuille de roquette sont lâches et bien développés.

- Je suppose que vous n’avez pas la moindre compétence dans le domaine scientifique!

- J’ai disséqué une grenouille, une fois...
(Avatar, James Cameron)

Pas de quoi se laisser impressionner, c'est en réalité assez simple! On attrape la Sauvage et on regarde sous l'inflorescence:


Calicules du Séneçon jacobée et du Séneçon à feuilles de roquette

Calicules courts de l'Herbe de saint Jacques ou Séneçon jacobée (gauche)

et calicules longs du Séneçon à feuille de roquette (droite)


Jacobaea vulgaris est une vivace (parfois bisanuelle) pionnière et souvent solitaire qui s'installe principalement sur les bords de route, les friches agricoles, les terrains vagues, les lisières... La Sauvage dresse ses fleurs pendant la saison estivale, entre juin et aout.


On racontait autrefois que la longue tige de Jacobaea vulgaris faisait partie des «ramons», les tiges et rameaux sur lesquels chevauchaient les sorcières pour se rendre au sabbat (et qui allaient devenir par la suite de vulgaires balais dans l'imaginaire collectif)!


Jacobaea vulgaris, Herbe de saint Jacques, Poitiers Mérigotte

Herbe de saint Jacques, Poitiers quartier Mérigotte


Jacobaea vulgaris est toxique. Sa consommation (fraiche ou fauchée) est dangereuse pour les porcs, les chevaux ou les bovins (les alcaloïde qu'elle contient lèsent le foie des animaux); la Sauvage souffre pour cette raison d'une mauvaise réputation, et nombreux sont ceux qui lui font la chasse.


Jacobaea vulgaris, Herbe de saint Jacques, Parthenay (79)

Jeune rosette de l'Herbe de saint Jacques, Parthenay (79)


Jacobaea vulgaris a pourtant autrefois été plantée volontairement par l'homme le long des routes et des voies de chemin de fer, à des fin ornementales... Mais c'était sans compter sur la formidable capacité de la plante à s'échapper et à grainer au grès des vents, à l'image des Séneçons (voir Senecio vulgaris).


Jacobaea vulgaris, Herbe de saint Jacques, Poitiers bords de Boivre

Feuille (grignotée, voir le coupable plus bas) de l'Herbe de saint Jacques: pennatipartite en segments lobés ou crénelés, les inférieures pétiolées, les supérieures sessiles et embrassantes.


Jacobaea vulgaris est en revanche une ressource de premier choix pour les oiseaux et pour les papillons de nuit. Entre les chenilles tigrées du remarquable Goutte de sang (Tyria jacobaeae) et la Sauvage, c'est une véritable histoire d'amour... Et d'équilibre. Lorsque les chenilles pullulent et dévorent les fleurs (les chenilles en profitent pour se bourrer d'alcaloïdes, dissuadant les oiseaux de les bouloter), Jacobaea vulgaris se fait rare l'année suivante. Les chenilles en manque de nourriture se font rares la troisième année, permettant à la plante de proliférer. Les chenilles font alors leur retour en abondance la quatrième année, la boucle est bouclée! A vous d'observer, il y a des années à chenilles et des années à Séneçons et à Herbes de saint Jacques!

Chaque espèce possède des instincts qui en fin de compte créent un équilibre avec la nature. Chaque espèce sauf celle dans laquelle je venais de naitre.

(Kyle XY, Eric Bress et J. Mackye Gruber)


Chenille du Goutte de sang sur Herbe de saint Jacques, Poitiers Mérigotte

Chenille du Goutte de sang sur Herbe de saint Jacques, Poitiers quartier Mérigotte

Pour aller plus loin:

- Jacobaea vulgaris sur Tela-botanica

- Identification assistée par ordinateur


Jacobaea vulgaris, Herbe de saint Jacques, Poitiers Mérigotte

Herbe de saint Jacques, Poitiers quartier Mérigotte

Tyria jacobeae & Jacobeae vulgaris, Sauvages du Poitou

Senecio inaequidens, Séneçon du Cap, Poitiers gare

Un autre Séneçon à l'allure proche de notre Herbe de saint Jacques, mais dont les feuilles linéaires permettent une identification aisée: le Séneçon du cap (Senecio inaequidens). Une vivace originaire d'Afrique du sud, largement naturalisée dans le sud de la France, qui voyage peu à peu vers le Nord de l'Europe: comme ici, fraîchement débarquée sur le quai en gare de Poitiers!



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Pétasite odorant, la Sauvage au chapeau
> Porcelle enracinée: une vie au ras des Pâquerettes
> Cerfeuil des bois, l'usual suspect
> Lierre terrestre, la plante médecine
> Cours de botanique joyeuse!
 

Mot-clefs de ce billet...
Asteraceae toxique

Commentaires


Sylvie   01/08/2015 22:36:02
Pas bon pour les chevaux... On l'arrache régulièrement.
FannY(^_^)   05/08/2015 16:44:07
On voit de moins en moins les chenilles de ce papillon de nos jours, bien que les oiseaux ne les mange pas. Elles étaient pourtant très courantes autrefois. Peut être à cause des arrachages?
Morossimo   28/04/2016 01:36:36
Insecticides massifs depuis 1960-70 !

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences et de Kidi science



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Villes, chemins & terrains vagues
> Séneçon jacobée, le mal aimé
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►