Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Mouron des oiseaux: aussi bon cru que cui-cui!

Date 16/04/2017
Ico Desperados des prairies & jardins
Comms 2 commentaires

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert


Stellaria media (Stellaire intermédiaire, Mouron des oiseaux ou Maurion en poitevin-saintongeais) appartient aux Caryophyllacea, une famille dont les membres présentent souvent un squelette caractéristique: lorsqu'une fleur apparait au bout d'un rameau, la croissance de ce dernier s'arrête. Deux axes secondaires poussent alors sous la fleur, au bout desquels apparaitront les fleurs suivantes, et ainsi de suite... Un dessin vaut mieux que de longues explications:

Attention, je dessine pas comme Tintin!

(Dikkenek, Olivier Van Hoofstadt)

Stellaria media, Mouron des oiseaux, une Caryophyllacea

Ramifications à la mode Caryophyllacée (cymes bipares) de la Stellaire intermédiaire


Stellaria media est une annuelle qui se resème efficacement (jusqu'à cinq générations peuvent se succéder par an depuis une seule plante). Ses graines ont besoin de lumière pour germer; c'est pourquoi on la voit surgir de toute part dans les potagers dès que le sol est brassé et retourné, les semences remontant à la surface.


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Stellaire intermédiaire sur fond de Lamier pourpre (Lamium purpureum): un tableau de printemps au potager!


Ses colonies sont rarement mal considérées: son feuillage lisse et persistant offre un couvert appréciable — et nourricier car elle capte l'azote — pour le sol en hiver (bien qu’annuelle, Stellaria media survit parfois au delà de son premier anniversaire). Ses colonies les plus imposantes peuvent être le signe d'un sol équilibré et fertile, où les bactéries aérobies assurent une bonne fonction digestive de la matière organique. Mais n'en faites pas un credo absolu: la Sauvage sait aussi se contenter de parcelles moins classieuses, voir d'un simple trottoir!


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Colonies de Stellaire intermédiaire sur les sols fertiles des potagers des bords de Boivre à Poitiers.


Stellaria media fleurit toute l'année durant, en dehors des périodes de gel. Ses petites fleurs blanches présentent cinq pétales entièrement échancrés, à tel point qu'elles semblent composer une étoile à dix branches: Stella est l'«étoile» en latin.

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert

Fleurs de la Stellaire intermédiaire: 5 pétales entièrement échancrés plus courts que les 5 sépales, 3 à 5 étamines autour de 3 styles (contre 5 styles pour la plupart des Céraistes).


Par coquetterie sans doute, la tige est parcourue d'une seule ligne de poils qui passe d'un côté à un autre à chaque nœud; assurément un bon moyen de ne pas confondre la belle avec les nombreux Céraistes (Cerastium sp), d'autres Sauvages du clan Caryophyllacea aux fleurs blanches et aux allures similaires (du moins de loin).


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Tige de la Stellaire intermédiaire: une ligne de poil bien caractéristique.


La Stellaire intermédiaire est une Sauvage au visage familier. Il existe pourtant d'autres taxons plus confidentiels qui devraient nous inciter à vérifier deux fois son identité lorsqu'on la croise: à commencer par la Grande Stellaire (Stellaria negleta), une sœur jumelle probablement confondue la plupart du temps avec la Stellaire intermédiaire, d'où le peu de données dont on dispose quant à sa répartition. Elle se distingue par sa grande taille, ses pétales égalant ou dépassant les sépales et sa dizaine d'étamines (l'observation à la loupe binoculaire des semences est un critère plus fiable, mais délicat sur le terrain). En second lieu, la Stellaire pâle (Stellaria pallida) qui affectionne les sols pauvres et secs (avec une répartition essentiellement méditerranéenne): nettement plus petite que la Stellaire intermédiaire, la Stellaire pâle présente des fleurs fermées, généralement dépourvues de pétales, ou avec des pétales minuscules. En botanique, rien n'est jamais définitivement simple, mais c'est là que réside le jeu et surtout le plaisir!


Joue avec le Mouron des oiseaux, Sauvages du Poitou!

C’qui est embêtant dans les oiseaux c’est le bec.

(Bernie, Albert Dupontel)

Les graines que Stella media produit en grande quantité (2.000 à 20.000 graines par pieds!) dans ses capsules sont appréciées des volatiles, d'où son surnom de «Mouron des oiseaux». En réalité, pas besoin d'avoir un bec et des ailes pour apprécier la belle: Stella media est une célèbre comestible, crue ou cuite, riche en calcium, silice, magnésium et vitamine C. Jadis, c'est la corporation des marchands de Mouron qui se chargeait d'aller cueillir la Sauvage pour la vendre sur les marchés en criant «Du mouron pour les p’tits oiseaux, un sou la botte!» (je vous recommande vivement la lecture de l'article haut en couleur du site France Pittoresque: Chasseurs de plantes des environs de Paris). Au Japon, elle fait partie des sept herbes sauvages que l'on mange traditionnellement au printemps accompagnées de riz.

Attention si vous partez en quête d'un casse-croute nippon à travers le jardin: prenez garde à un dernier piège, le Mouron rouge (Anagallis arvensis), un faux cousin légèrement toxique, présente des parties aériennes proches du Mouron des oiseaux hors floraison (les fleurs vermeilles du Mouron rouge signalant facilement la traitresse à maturité). En l'absence de fleurs, les petits points bruns affichés sous les feuilles du Mouron rouge permettent d'identifier à coup sûr la Sauvage impropre à la consommation, et d'éviter de se faire du mouron intestinal!


Sous les feuilles du Mouron rouge (Anagallis arvensis)


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Feuilles ovales de la Stellaire intermédiaires, longuement pétiolées à la base, sessiles en haut des tiges, bonnes pour la salade! Quant aux oiseaux, réservez leur les graines...


Pour aller plus loin:

- Des idées recettes autour du Mouron des oiseaux sur le blog Sauvagement-bon

- Le Mouron des oiseaux à travers l'histoire sur le blog Books of Dante

- Stellaria media: identification assistée par ordinateur
- Stellaria media sur Tela-botanica

- Stellaria negleta sur Tela-botanica

- Stellaria pallida sur Tela-botanica



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Stellaire holostée, la chlorophylle sur les os
> Saponaire officinale, la lessive
> Compagnon blanc, le noctambule
> Les 10 Sauvages communes qu'on ne désherbera plus au jardin
> Cardamine hérissée, la dynamiteuse
 

Mot-clefs de ce billet...
Caryophyllacea comestible

Commentaires


Danielle Sorrentino   18/04/2017 09:17:24
bien documenté et " rigolo" , très agréable à lire. La botanique vue par vous devrait avoir de plus en plus d'adeptes.
Norb   18/04/2017 11:31:32
Merci Danielle, et faute de grossir les rangs des botanistes, gageons que ces quelques pages donnent envie au plus grand nombre de regarder la vie qui grouille sous nos pieds!

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Écoutez Sauvages du Poitou à la radio!

Blog membre du Café des sciences



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Desperados des prairies & jardins
> Mouron des oiseaux: aussi bon cru que cui-cui!
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►