Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Haies & forêts
Tri  


1 ... 8 9 10 11
Muguet de mai, un brin mortel
Date 01/05/2015
Ico Haies & forêts
Comms Aucun commentaire

Convallaria majalis, Sauvages du Poitou


Convallaria majalis (Muguet de mai ou Herbe de l'effort dans le Poitou) appartient à la famille de plantes à bulbes Liliaceae (selon la classification ancienne dite «classique», Asparagaceae selon la classification la plus récente). Ses clochettes odorantes (le nom Muguet est d'ailleurs dérivé de «musc», une substance très odorante) connues de tous fêtent l'arrivée du printemps, et traditionnellement, annoncent les bonnes récoltes à venir pour les saisons suivantes.


Célébrité oblige, Convallaria majalis est au centre de nombreuses légendes: chez les grecs, c'est Apollon qui créa la plante et qui en tapissa le sol pour que ses neufs muses ne s’abiment pas les pieds. Pour les chrétiens, ce sont les larmes de la vierge Marie qui, en tombant au pied de la croix, donnèrent naissance aux clochettes blanches...


Convallaria majalis, Muguet de Mai, Poitiers Chilvert

Fleurs du Muguet: les «clochettes» sont formées de 6 tépales (impossible de distinguer des pétales ou des sépales), qui protègent étamines (6) et pistil en leur cœur.


Convallaria majalis, Sauvages du Poitou!


Il est de coutume d'offrir du Muguet début mai, en guise de porte bonheur, depuis la Renaissance (c'est le roi Charles IX qui, le premier, offrit à son entourage un brin de Muguet pour leur porter chance). La tradition est devenue aujourd'hui success story commerciale, et la fleur aux clochettes blanches est cultivée en masse; le Muguet vendu sur les étalages est produit le plus souvent près de chez nous, dans la région nantaise (7 à 10 millions de brins par an).

Le premier Mai c'est pas gai, je trime a dit le muguet,

Dix fois plus que d'habitude, regrettable servitude.

Muguet, soit pas chicaneur, car tu donnes du bonheur!
(Georges Brassens, Discours des fleurs)

Loin de ces considérations commerciales, Convallaria majalis reste une vivace de sous-bois. Les colonies importantes et sauvages attestent de l'ancienneté de la forêt, car la Sauvage fait preuve d'un faible pouvoir de dispersion, même si elle le resème efficacement. Ses rhizomes lui permettent également de se multiplier et de s'étendre alentour.


Convallaria majalis, Muguet de Mai, Poitiers Chilvert

Feuilles du Muguet de mai: pétiolées, glabres, entières, lancéolées, pointues à leur sommet, avec des nervures parallèles.


Toutes les parties de Convallaria majalis sont hautement toxiques: leur ingestion peut être fatale en quelques minutes (par arrêt cardiaque). L'odeur même de Convallaria majalis (un bouquet dans une pièce fermée) peut provoquer étourdissements et troubles nerveux! Les baies rouges et sucrés qui succèdent à la floraison représentent un concentré mortel qu'il convient de garder hors de portée des curieux et des gourmands...


Comme toutes les plantes, et ce malgré sa toxicité, Convallaria majalis était utilisée par le passé, en micro dosage, dans certaines préparations médicales (maladies cardiaques particulièrement). Sa grande dangerosité en interdit tout usage profane ou domestique.

- Est-ce qu’elle est dangereuse ?

- Je sais pas. Elle est amoureuse c’est tout.
- Alors oui elle est dangereuse !
(Buffy contre les vampires, Joss Whedon)

Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

- Convallaria majalis sur Tela-botanica

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Stellaire holostée, la chlorophylle sur les os
Date 26/04/2015
Ico Haies & forêts
Comms 1 commentaire

Stellaria holostea, Poitiers bords de Boivre


Stellaria holostea (Stellaire holostée ou Herbe à la vierge dans le Poitou) appartient à la famille cosmopolite des Caryophyllaceae, dont les membres présentent généralement des fleurs à cinq pétales et des nœuds (intersections entre tige et feuille) marqués.


Le terme grec holos veut dire «entier» et osteum «os», holostea est donc «tout en os»; les longues tiges quadrangulaires, raides et cassantes de Stellaria holostea étant comme des chaînes de tibias. Jadis, selon la théorie des signatures qui voulait que l'aspect d'un végétal exprime ses vertus thérapeutiques, la plante était utilisée pour soigner les fractures.

Stellaria holostea, Sauvages du Poitou

Stellaria holostea, Poitiers bords de Boivre

Fleur de la Stellaire holostée: 5 sépales, 5 pétales échancrés jusqu'à la moitié, 10 étamines libres autour d'un pistil à 3 styles.


Stellaria holostea est une vivace à souche traçante qui s'étale (reproduction végétative) sur des sols riches et équilibrés. A la belle saison (printemps), elle dresse sa fleur astrale blanche (Stella est «l'étoile» en latin) à cinq pétales échancrés; les semences qui en résulte n'aboutissent que très rarement.


Stellaria holostea, Poitiers bords de Boivre

Stellaire holostée, Poitiers bords de Boivre


Le reste de l'année (hiver compris), Stellaria holostea subsiste en couchant sur le sol ses parties aériennes «osseuses» et ses feuilles opposées, minces et lancéolées.


Stellaria holostea, Stellaire holostée, Poitiers Gare
Stellaire holostée en automne: pas encore de fleurs, mais déjà un parterre d'étoiles!

Stellaria holostea est comestible (mais peu tendre) en salade, même s'il ne faut pas en abuser à cause de sa qualité légèrement laxative.


Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

- Stellaria holostea sur Tela-botanica


Stellaria holostea, Poitiers bords de Boivre

Stellaire holostée, Poitiers bords de Boivre


Stellaria graminea, Stellaire graminée, Biard (86)

Stellaire graminée (Stellaria graminea), une petite vivace des prairie, comme une version miniature de la Stellaire holostée.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Primevère acaule, l'appel de la forêt
Date 30/03/2015
Ico Haies & forêts
Comms Aucun commentaire

Primula vulgaris, Primevère acaule, Biard (86) bords de Boivre


Primula vulgaris (Primevère acaule ou Printanière en poitevin-saintongeais) appartient à la famille Primulaceae dont les membres montrent souvent les couleurs dès le début du printemps (primus signifiant « premier » en latin).


Primula vulgaris, Primevère acaule, Poitiers bords de Boivre

Primevère acaule, Poitiers bords de Boivre


Il n'aura échappé à aucun jardinier que la véritable Primula vulgaris est vivace: elle pousse chaque année là où on l'a installée, depuis son court rhizome... Pour peu qu'elle ait retrouvé ses conditions forestières: un sol humide mais bien drainé, frais et riche en nature organique; elle est, à l'état sauvage, la plante de sous-bois par excellence.


Primula vulgaris, Primevère acaule, Dagneux (01)

Feuilles du Primevère acaule: disposées en rosette, obovales, inégalement dentées, à nervures réticulées.


Primula vulgaris assure sa multiplication par semis, grâce aux fruits issus de la fécondation de ses fleurs jaune souffre, tachées à la base et inodores.


Primula vulgaris, Primevère acaule, Dagneux (01)

Les fleurs présentent un calice en tube à 5 dents, une corolle en tube à 5 lobes dans laquelle se cachent les 5 étamines et le pistil.


Primula vulgaris est une excellente comestible: les jeunes feuilles apportent une note légèrement piquantes aux salades de printemps. Primula Vulgaris servait autrefois d'ingrédient dans la préparation d'un hydromel.


Primula vulgaris est une fleur de culture domestique ancienne: elle est courante dans les jardins particuliers, parfois même en pots sur les balcons (bien qu'il s'agisse souvent de cultivars moins robustes — voir annuels — que la plante originelle, des variétés orientées et sélectionnées par l'homme)... Comme si tout le monde avait cherché à ramener un bout de forêt à la maison!

Si vous avez de la peine, si la vie est méchante avec vous, réfugiez-vous au cœur de la forêt, elle ne vous décevra jamais.

(Sissi, Ernst Marischka)

Primula vulgaris, Sauvages du Poitou


Le Petit monde de Primula Vulgaris


Si Primula, le nom latin des primevères, signifie «premier» en raison de leur floraison printanière, celui d'un petit papillon, Hamearis lucina (la Lucine), signifie «printemps». Autant dire que cette saison est celle de leur rencontre! Un tête-à-tête hélas contrarié, puisque la Primevère acaule, ainsi que ses cousines Coucou et Primevère élevée, vont servir de festin aux chenilles de la Lucine.


La Lucine fait partie d'une grande famille de papillons, les Riodinidae, qui compte plus d'un millier d'espèces dans le monde, principalement en Amérique tropicale. Bonheur pour l'entomologiste mais coup du sort pour les primevères: la Lucine est le seul représentant des Riodinidae en Europe! Volant entre avril et juin (avec un pic d'abondance en mai), la Lucine choisit avant tout des milieux arbustifs: les lisières et les clairières, plutôt sur sol calcaire, constituent ses lieux de vol.


Hamearis lucina (photo Olivier Pouvreau)

Lucine (Hamearis lucina), un papillon rare et printanier.


Une fois les bouquets de primevères repérés, la femelle se pose sur une feuille, la piétine à reculons jusque sur son bord puis y dépose sur son envers une cinquantaine d’œufs (question de discrétion vis-à-vis d'éventuels prédateurs), soit isolément, soit en petits tas. La chenille à peine née (que l'on nomme néonate à ce stade) va d'abord boulotter le chorion puis les feuilles de son support. Comme elle entend vivre en paix sur sa plante préférée, elle s'est trouvée une parade pour divertir les fourmis trop agressives: elle leur fabrique des sucreries. Du miellat, me direz-vous, comme celui que produisent certaines chenilles pour enivrer les fourmis? Non: ses propres boulettes de caca... Après tout, c'est bio, c'est artisanal et c'est local!


La Lucine est absente ou en fort déclin dans l'Ouest de la France. En Vienne, elle est seulement présente localement dans la moitié Nord du département. Comme pour nombre de papillons, le réchauffement climatique n'est pas synonyme pour elle de dolce vita...



Pour aller plus loin:

- Primula vulgaris : identification assistée par ordinateur

- Primula vulgaris sur Tela-botanica

- Primula veris : identification assistée par ordinateur

- Primula veris sur Tela-botanica


Primula veris, Primevère officinale, Poitiers Petit Mazay

Les fleurs jaune vif du Primevère officinale (Primula veris), une autre Primulacée printanière qui préfère la pleine lumière (lisière, bords de route).

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 ... 8 9 10 11

Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Haies & forêts
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page