Ico Cours de botanique pour les indiens!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Sauvages des haies & forêts
Ico Fugitives des murailles
Ico Pirates des bords d'eau
Ico Grand banditisme
Ico Le laboratoire du Shérif

Cardère sauvage: bienvenue au Cabaret des Oiseaux!

Date 20/10/2016
Ico Desperados des prairies & jardins
Ico Vagabondes des chemins & terrains vagues
Comms 2 commentaires

Cardère sauvage, Dipsacus fullonum, Poitiers bords de Boivre


Dipsacus fullonum (Cardère sauvage) appartient à la famille Caprifoliaceae qui a subit de profond remaniement dans les classifications botaniques les plus récentes (voir article sur les classifications phylogénétiques). Plutôt que de perdre son latin, on retiendra que que la Sauvage côtoie aujourd'hui dans les flores les nombreux Chèvrefeuilles, ou encore la Centranthe rouge (Centranthus ruber) que nous avions déjà croisée sur Sauvages du Poitou. Une parenté «génétique» qui ne saute pas aux yeux: la Cardère sauvage, avec ses gros capitules, évoquerait plutôt un gros «chardon» de la famille Asteraceae... Mais contrairement à ces derniers, les fruits de la Cardère sauvage ne sont pas munis de petites plumes qui leur permettraient de se disperser avec le vent.


Cardère sauvage, Dipsacus fullonum, Poitiers bords de Boivre

Inflorescence de la Cardère sauvage: des minuscules fleurs roses, serrées au milieu d'une armée de courtes bractées piquantes. Les fleurs éphémères sont d'abord situées au milieu de l'inflorescence, puis «se déplacent» progressivement vers le haut et vers le bas au fur et à mesure de leur fécondation.


Ses capitules, posés sur une couronne de longues bractées, ne vous sont surement pas étrangers... Les Cardères doivent leur nom à leurs longues pointes (involucre), recouvertes d'aiguillons, qui auraient permis de carder (c'est à dire démêler) la laine. A vrai dire, ce sont les inflorescences de la Cardère cultivée (Dipsacus sativus), aux pointes courtes, recourbées, bien plus robustes que celles de la Cardère sauvage, qui servirent autrefois de peigne dans l'industrie textile.


Dipsacus fullonum, Cardère sauvage, Sauvages du Poitou!


La Cardère cultivée a peu à peu disparue des cultures et des jardins particuliers avec l'arrivée des machines à lainer. Aujourd'hui, il est rare d'en croiser des descendants spontanés et l’espèce est probablement destinée à disparaître (il est encore possible de trouver des graines sur la toile, grâce à l'opération «Sauvez la cardère cultivée» lancée par la revue La Hulotte, n'hésitez pas à l'adopter).

Il existe un imbroglio autour des cardères, qu'il vaut mieux avoir à l'esprit lorsqu'on épluche les vieilles flores... Pour le botaniste suédois Carl von Linné, le nom Dipsacus fullonum renvoyait à la Cardère Sauvage. Selon Philip Miller l'écossais, Dipsacus fullonum était plutôt la Cardère cultivée, car c'est elle qui était utilisée dans l'industrie textile et ses foulons (la Cardère sauvage étant alors Dipsacus sylvestris). Il faudra attendre le vingtième siècle pour que ce sac de nœuds soit unanimement démêlé (ou plutôt cardé) par les botanistes: la Cardère sauvage est aujourd'hui très officiellement nommée Dipsacus fullonum, alors que la Cardère cultivée est Dipsacus sativus.

C'est cependant sous un autre nom que Dipsacus fullonum s'est rendue célèbre: le «Cabaret des oiseaux». Ses jeunes feuilles, opposées par paires et soudées à leur base, forme une coupe qui retient l'eau de pluie, pour mieux l'offrir aux oiseaux. Dipsacus dérive d'ailleurs du grec dipsan akeomaï «je guéris la soif».


Il n'est pas rare de trouver de petits insectes noyés dans les coupoles de la Sauvage. Certains observateurs affirment que les spécimens qui accumulent les cadavres d'insectes auraient une fructification de 30% supérieure à la normale... La Cardère sauvage serait-elle une plante carnivore, comme le pensait Charles Darwin? Serait-elle capable d'absorber l'azote d'origine animale piégé dans ses bassins? C'est peu probable, mais prudence, les voies de la nature sont impénétrables!


Cardère sauvage, Dipsacus fullonum, Poitiers bords de Boivre

Happy hour au Cabaret des oiseaux sur les bords de Boivre à Poitiers!


Dipsacus fullonum, Cabaret des oiseaux, Sauvages du Poitou!

Peuple à plume, approchez sans crainte, nul ne vous mangera! Et sachez que la maison Dipsacus fullonum ne se contente pas d'offrir la boisson: les graines du Cabaret des oiseaux sont appréciées des Passereaux comme des Chardonnerets. Ses fleurs attirent et nourrissent en été une foule de papillons et de bourdons, autant dire que le spectacle est assuré!


Cardère sauvage, Dipsacus fullonum, Poitiers bords de Clain

Jeune rosette de Cardère Sauvage, Poitiers bords de Clain


Dipsacus fullonum est une bisanuelle qui forme une rosette de feuilles gaufrées la première année, puis des tiges et des fleurs l'année suivante, dès le début de l'été. Dans les zones en friche que la Sauvage colonise, les capitules surplombent fièrement les hautes herbes (ses tiges peuvent faire jusqu'à 2 mètres de hauteur). Les feuilles caulinaires flétries dessinent d'étranges signes sorciers en automne. Finalement, les inflorescences séchées perdurent tout l'hiver, parfois jusqu'au printemps suivant, perchées sur leur tige comme des totems indiens.

Dipsacus fullonum, Cardère sauvage, Poitiers bords de Boivre

La Cardère sauvage en automne: une Sauvage un peu sorcière!


Autrefois, la racine de Dipsacus fullonum aurait été consommée en décoction pour traiter les troubles cutanés (verrues, eczéma, impétigo, psoriasis...). On racontait que même l'eau retenue dans ses feuilles, recueillie au matin, pouvait soigner la peau, ou faire disparaitre les taches de rousseurs... Le «Cabaret des oiseaux» se transformait alors en institut de beauté, la Sauvage répondant également au nom de Baignoire de Vénus.


Récemment, la Sauvage bénéficie d'un regain d'intérêt particulier: sa racine pourrait être utilisée pour lutter contre la maladie de Lyme, une affection bactérienne grave propagée par les Tiques, en forte progression en Europe (voir par exemple les travaux de ethnobotaniste Wolf-Dieter Storl, Guérir naturellement la maladie de Lyme). S'il n'existe aujourd'hui aucune preuve d'un tel pouvoir thérapeutique, les Sauvages nous rappellent une fois de plus qu'elles cachent de nombreux secrets sous leurs feuilles, et qu'il nous reste d'inestimables trésors à découvrir!


Dipsacus fullonum, Cardère sauvage, Poitiers bords de Boivre

Cardère sauvage, Poitiers bords de Boivre


Pour aller plus loin:

- Dipsacus fullonum: identification assistée par ordinateur

- Dipsacus fullonum sur Tela-botanica

- Dipsacus sativus sur Tela-botanica

- Une fiche sur l'histoire de la Cardère cultivée sur le site de La Hulotte


La Hulotte, fournisseuse de savoir, de bonne humeur et de graines de Cardère Cultivée!

Le revue La Hulotte, fournisseuse officielle de connaissances, de bonne humeur et de graines de Cardère Cultivée!


Lecture recommandée:

- n°61 et n°62 de la revue La Hulotte, consacrés à la Cardère des villes et à la Cardère des champs!

- Fleurs et insectes de Margot et Roland Spohn aux éditions Delachaux et Niestlé


Dipsacus fullonum, Cardère sauvage, Poitiers bords de Boivre

Cardère sauvage, Poitiers bords de Boivre



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Centranthe rouge, la cavalière
> Cours de botanique pour les indiens
> Romarin officinal: on dirait le Sud...
> Lierre terrestre, la plante médecine
> Herbe-à-Robert, la diabolique
 

Mot-clefs de ce billet...
Caprifoliaceae médicinale

Commentaires


Héloïse   20/10/2016 11:04:19
Encore une fois un très bon article ! Je connais bien cette espèce, elle est très commune, mais j'ai appris des choses !
Quelques petits oublis d'orthographe :
- 1er paragraphe, un "s" oublié : "classifications phylogénétiques"
- 2ème paragraphe : "leurs longues pointent" à corriger
- dernière phrase : encore un petit "s" passé à la trappe, "nombreux secrets"
Bonne journée
Norb   20/10/2016 12:44:09
Merci Héloïse, c'est vraiment gentil de votre part que de m'aider à ramasser les coquilles qui traînent un peu partout!

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Sauvages du Poitou,

c'est aussi:

Une page FACEBOOK,
Un compte TWITTER,
Une chronique RADIO!
Membre du Café des sciences


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Desperados des prairies & jardins
> Cardère sauvage: bienvenue au Cabaret des Oiseaux!
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►