Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Murs et rocailles
Tri  


1 2 3 4 5 6
Origan commun, le philtre d'amour
Date 03/06/2016
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms 1 commentaire

Origanum vulgare, Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillère

Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillère


Origanum vulgare (Origan commun ou Marjelène en poitevin-saintongeais) appartient à la grande famille Lamiaceae, dont les membres présentent des tiges à section carrée et des fleurs en forme de bouche (voir l'article complet sur le sujet pour la petite histoire).


Son nom vient des mots grecs Oros et Ganos, respectivement «montagne» et «éclat». Origanum vulgare est donc la «beauté des montagnes», et on se demande bien pourquoi, dans la mesure où la Sauvage trouve probablement ses origines autour du bassin méditerranéen (elle peut cependant pousser jusqu'à 2000 mètres d'altitude).

- C’est marrant, j’aurais juré que les montagnes rocheuses étaient plus rocheuses que ça.

- Ouais, ils racontent vraiment n’importe quoi à la télé.

(Dumb & Dumber, Frères Farrelly)

Origanum vulgare, Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillère

Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillère


De ses origines méditerranéennes, Origanum vulgare a gardé le goût des sols rocheux, arides, des rocailles bien exposées au soleil (un simple mur peut lui suffire!). La Sauvage est vivace et coriace: elle supporte des température jusqu'à -15°C l'hiver et ne connait quasiment ni maladies , ni prédateurs dans des conditions ordinaires (on peut tout de même citer les chenilles de l'Azuré du serpolet, voir plus bas).


Origanum vulgare, Origan commun, Poitiers chemin de la Cagouillère

Fleurs de l'Origan commun: quatre étamines saillantes (deux d'entre elles dépassent nettement au dessus des lèvres) se dressent depuis une corolle formée d'une lèvre supérieure plane et échancrée et d'une lèvre inférieure étalée et trilobée.


Les fleurs roses d'Origanum vulgare, très mellifères, apparaissent au cœur de l'été; la Sauvages est visitée par les abeilles jusqu'en septembre.


Origanum vulgare, Origan commun, Poitiers bords de Boivre

Feuilles de l'Origan commun: opposées, entières (ou vaguement denticulées), ovales ou elliptiques.


Origanum vulgare se récolte (et se consomme) comme le Thym: on fait sécher les parties aériennes de la plante (sans les racines) en bouquets, pendus la tête en bas, dans un local bien aéré.


A vrai dire, en cuisine, Origanum vulgare a d'avantage d'odeur qu'il n'a de goût... L'Origan préconisé dans les recettes est généralement issu d'une autre Sauvage méditerranéenne, l'Origan marjolaine (Origanum majorana), cultivée chez nous comme une aromatique annuelle: une sudiste qui ne survit pas à l'humidité et au froid des hivers picto-charentais (mais réchauffement climatique oblige, les temps peuvent changer!).


Pour profiter pleinement de la saveur d'Origanum vulgare, notre Origan sauvage et local, le mieux reste d'emprunter la recette du «thé solaire» au botaniste François Couplan: placer la plante dans une gamelle pleine d'eau et laisser quelques heures en plein soleil; dans ce mode d'infusion délicat (et poétique), les substances les plus volatiles seules sont extraites...


Tasse de thé solaire à l'Origan commun

Tasse de thé solaire à l'Origan commun


Côté pharmacie, Origanum vulgare est une Sauvage tannique (asséchante) qui facilite la digestion et possède des vertus antiseptiques (particulièrement contre les infections respiratoires), toujours à l'image du célèbre Thym.


On a autrefois considéré l'Origan comme un philtre d'amour: quelques feuilles jetées discrètement dans l'assiette de son (ou sa) bien-aimé(e) pouvaient faire pencher son cœur du bon côté. On lui prêtait même des vertus aphrodisiaques pendant l'antiquité... Des considérations qui semblent aujourd'hui bien excentriques, mais pensez y (et gardez la tête froide) la prochaine fois que vous vous retrouvez en tête à tête devant une pizza parfumée à l'Origan!


Origan commun, Sauvages du Poitou!



Le petit monde d'Origanum Vulgare


Un petit papillon de jour, l’Azuré du serpolet (Phengaris arion), se délecte lui aussi de la Sauvage, mais moins pour ses vertus digestives que pour se taper la cloche… Au début de l’été, la femelle pond ses œufs sur la corolle de la plante. La chenille naît un mois plus tard avant de s’enfoncer dans le bouton de la fleur pour s’y cacher. A l’issue de sa troisième mue, la chenille se laisse finalement tomber au sol et attend d’être récupérée par les fourmis (du genre Myrmica) qui l’embarquent jusque dans leur fourmilière. Le secret de notre petite chenille pour ne pas finir hachée en steak tartare par une paire de mandibules? Elle sécrète un miellat qui régale et nourrit les fourmis! Cette association tourne à la symbiose sur le principe: «Voilà un sucre d’orge; en échange, protège moi des parasites et des prédateurs!».

Phengaris arion, Azuré du serpolet, crédit photo: Springfield
Madame Azuré du serpolet en train de pondre sur les fleurs de l'Origan commun

Seulement voilà… La chenille établit sa cantine dans la fourmilière en dévorant œufs et couvain des propriétaires, en échange de ses douceurs qui tournent la tête aux fourmis. Mieux encore: les chenilles émettent des stridulations identiques à celles que produisent les fourmis entre elles pour communiquer. L'imitatrice ne se contente pas de copier le chant des ouvrières: elle se fait passer pour la reine, se hissant en haut de l’échelle sociale afin de bénéficier d’un traitement de faveur. La dévoreuse passe l’hiver dans la fourmilière, s’y métamorphose puis s’envole avant que ses hôtes ne découvrent le subterfuge.
- Je suis quasiment sûr que nous avons affaire à un serial killer.
- Un quoi ?
- Un tueur en série.
- Ah! Un serial killer!
( La cité de la peur, les Nuls)
A sa décharge, l’Azuré du serpolet est une espèce protégée qui se raréfie en France. Sa disparition est due à la nécessité pour le papillon de bénéficier dans son milieu tant de ses plantes hôtes (Origan commun ou Thym serpolet) que d’un nombre suffisant de fourmilières de Myrmica. En Poitou-Charentes, elle est considérée comme assez rare. Aussi, si vous la croisez, admirez la magie de son vol bleu, rapide et nerveux, et oubliez ses mœurs de hors-la-loi!

La recette de l'Azuré du Serpolet, Sauvages du Poitou!


Pour aller plus loin:

- Origanum vulgare sur Tela-botanica


Origanum vulgare, Origan commun, Ensoulesse (86)

Origan commun à la fin de l'été: les fleurs disparaissent peu à peu, reste le spectacle fascinant des bractées pourpres.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Saxifrage à trois doigts, la mineuse
Date 19/05/2016
Ico Murs et rocailles
Comms 2 commentaires

Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers quartier gare

Saxifrage à trois doigts, Poitiers quartier gare


Saxifraga tridactylites (Saxifrage à trois doigts) appartient à la famille qui porte son nom, Saxifragaceae. Les Saxifrages sont légions, regroupant plus de 400 espèces connues; la plupart d'entre elles sont taillées pour l'escalade et la vie à flanc de falaise. Leur nom vient d'ailleurs du latin saxum, «rocher» et frangere, «briser»: elles sont les mineuses, les «perce-pierres», à cause de leur faculté à s'insérer dans le moindre recoin ou la moindre fissure...



Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare

Saxifrage à trois doigts, Poitiers quartier gare


Si les Saxifrages, de par leur nombre et leur similitudes, sont souvent délicates à différencier, Saxifraga tridactylites se laisse facilement identifier en milieu citadin: elle doit son nom à ses feuilles charnues caractéristiques «à trois doigts», parfois rougeâtres, couvertes de poils glanduleux.


Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare

Feuilles de Saxifraga tridactylites: alternes sur la tige, sessiles, à 3 lobes (parfois 5).

Tuant une mouche

J'ai blessé

Une fleur

(Kobayashi Issa)

Saxifraga tridactylites est à la botanique ce que le haïku est à la poésie: une annuelle subtile qu'on risque fort de piétiner, faute d'attention (au sommet de sa forme, elle dépasse guère les 10cm). Elle fleurit au début du printemps sur les murs, les rochers ou les sols sablonneux. Difficile pour elle de perdurer au delà du mois de mai: lorsque les chaleurs estivales pointent, la vie à flanc de falaise devient vite un enfer!

Saxifraga tridactylites, Sauvages du Poitou

Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare

Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare


En poussant là où la vie se résume à l'état minéral, Saxifraga tridactylites rejoue inlassablement la grande histoire des plantes, sorties des océans il y a 400 millions d'années pour conquérir la terre ferme (en réalité, c'est l'eau qui s'est retirée progressivement, et non pas les algues qui se seraient lassées de la baignade!).

La vie trouve toujours son chemin...

(Jurassic park, Steven Spielberg)

Les pionnières comme Saxifraga tridactylites induisent un micro-climat par leur (modeste) couvert et favorisent l'accumulation d'humus et de substrat en mourant. Elles permettent ainsi à d'autres espèces plus exigeantes de s'installer derrière elles, initiant le mouvement naturel qui tend à transformer les déserts en forêts fertiles... En somme, si Saxifraga tridactylites casse la pierre, ce n'est pas à coup de pioche, mais en semant les conditions qui autorisent le déploiement du vivant!


Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare

Fleur de la Saxifrage à trois doigts: un calice en tube terminé par 5 lobes, 5 pétales arrondis, et pour les heureux possesseur d'une loupe, 10 étamines libres autour d'un pistil à deux styles!


Autrefois, selon la théorie des signatures qui voulait que l'aspect d'un végétal exprime ses vertus thérapeutiques, on reconnaissait aux Saxifrages la capacité de dissoudre les calcul rénaux... Après tout, les Perce-pierres avaient déjà de solides réputations de mineuses et de casseuses de cailloux! À vrai dire, c'est sans doute à cause des grappes de bulbilles de certaines Saxifrages (comme Saxifraga granulata) que l'homme avait tissé un lien entre les mineuses et les petites «pierres au reins» qui le faisait souffrir.


De son côté, Saxifraga tridactylites ne présente pas ce genre de bulbilles, mais une racine grêle et fragile. Jadis, elle était utilisée plus spécifiquement en traitement de la jaunisse... Infusée dans de la bière!

- Moi, mon truc, c’est de rajouter une petite goutte de bière quand j’ai battu les œufs...

(Le dîner de cons, Francis Veber)

Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers gare

Derniers vestiges de la Saxifrage à trois doigts dans la fournaise de l'été...


Pour aller plus loin:

- Saxifraga tridactylites sur Tela-botanica

- Identification assistée par ordinateur


Saxifraga tridactylites, Saxifrage à trois doigts, Poitiers quartier gare

Saxifrage à trois doigts, Poitiers quartier gare

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Calament glanduleux, le faussaire
Date 29/03/2016
Ico Murs et rocailles
Comms Aucun commentaire

Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers chemin de la Cagouillère

Calament glanduleux, chemin de la Cagouillère à Poitiers


Clinopodium nepeta (Calament glanduleux) appartient à l'importante famille des Lamiaceae, regroupant des Sauvages aromatiques et productrices d'huiles essentielles précieuses. Les membres de ce clan ont des fleurs en forme de bouche (voir Lamium album pour la petite histoire) et une tige caractéristique à section carrée.


C'est par exemple le cas des menthes, avec qui Clinopodium nepeta partage un air de famille... Un air qu'il convient de respirer, puisque Clinopodium nepeta dégage une forte odeur mentholée et camphrée! Une ressemblance inscrite jusque dans son nom: le Calament (de son ancien nom latin Calamintha) est littéralement la «belle menthe» en grec (calê minthê).


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Fleurs du Calament glanduleux: corolle en tube presque droit, étamines regroupées sous la lèvre supérieure, lèvre inférieure trilobée.


Contrairement aux menthes qui affectionnent les sols humides, Clinopodium nepeta cherche les rocailles ou les vieux murs exposés au soleil; à l'image du petit microcosme botanique autour des murailles du parc de Blossac à Poitiers, où le tempérament méditerranéen de la Sauvage s'exprime à merveille!


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Calament glanduleux, Poitiers (tour à l'oiseau, sous Blossac)


Clinopodium nepeta est une vivace dont les tiges rameuses peuvent atteindre 80cm de hauteur à maturité. Ses feuilles caractéristiques sont courtes et vaguement dentées; ses parties aériennes disparaissent en hiver.


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Feuilles du Calament glanduleux: opposées, courtement pétiolées, ovales, avec un bord légèrement dentées.


C'est à la belle saison que ses fleurs tâchées de mauve apparaissent (de juillet à septembre). Celles ci sont très mellifères;  au jardin, Clinopodium nepeta est intéressante pour son parfum, comme pour les butineurs qu'elle attire et qu'elle régale. Son aptitude à pousser à partir de rien et ses faibles besoins en eau en font une candidate intéressante pour les amateurs de toitures végétalisées (de plus en plus nombreux, et c'est tant mieux!).


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Fleurs mellifères du Calament glanduleux, Poitiers (remparts sous Blossac)


Si Clinopodium nepeta a tout d'une «fausse» menthe, elle a parfois été surnommée Fausse Marjolaine ou Faux Nepeta... Bref, difficile pour la Sauvage de se faire un nom aux côtés de ses sœurs Lamiaceae les plus célèbres. Elle n'a pourtant rien à leur envier!


Clinopodium nepeta, Sauvages du Poitou


Clinopodium nepeta est encore utilisée comme condiment dans la cuisine corse (et italienne), où on la cueille au bord des chemins. Séchée, elle est vendue sous le nom de «népita» («nipitella» en Italie) pour parfumer les légumes, les poissons ou les viandes.

«Un Conosce più a filetta»

(«Il ne connais plus la fougère», expression corse, se dit de quelqu'un qui a oublié ses racines)

Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Calament glanduleux, un parfum de Corse à Poitiers (remparts sous Blossac)!


Au même titre que les diverses menthes, Clinopodium nepeta est une médicinale, délicieuse en infusion. On lui reconnait des vertus digestives (particulièrement contre les problèmes d'aérophagie). Au moyen âge, on la prescrivait contre le hoquet.


Quant à la fraicheur de son parfum: un randonneur du sud de la France m'a confié qu'il lui arrivait d'utiliser la Sauvage comme dentifrice... En se frottant la plante sur les dents!


Clinopodium nepeta, Sauvages du Poitou


Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum, Calament des bois, Forêt domaniale de Vouillé Saint Hilaire

Les botanistes distinguent de nombreuses sous espèces à Clinopodium nepeta, comme ici «Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum (Bromf.) Peruzzi & F.Conti» (excusez du peu!), alias le Calament des bois (Forêt domaniale de Vouillé Saint Hilaire, 86).


Pour aller plus loin:

- Clinopodium nepeta sur Tela-botanica


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Calament glanduleux, Poitiers (remparts sous Blossac)


Réponse à l'énigme de l'illustration : demander à une des deux Sauvages «que me répondra l'autre si je lui demande es-tu la vraie Menthe?». Si elle répond «oui», c'est que l'autre est la fausse menthe. Si elle répond «non», c'est que l'autre est la vraie menthe (car en mathématique comme en logique, une négation plus une affirmation donne toujours une négation!).

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3 4 5 6

Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Murs et rocailles
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page