Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


1 ... 3 4 5
Renoncule rampante, l'apnéiste
Date 09/05/2015
Ico Zone humide
Comms Aucun commentaire

Ranunculus repens, Renoncule rampante, Poitiers bords de Boivre

Renoncule rampante, Poitiers bords de Boivre


Ranunculus repens (Renoncule rampante ou Pied-coulin en poitevin saintongeais) appartient à la famille Ranunculaceae, qui regroupe environ 1500 espèces, le plus souvent toxiques pour l'homme. Pour différencier les membres de ce vaste groupe, il faut regarder au delà de la simple fleur jaune, le «bouton d'or» familier...


Ranunculus repens, Renoncule rampante, Nouaillé-Maupertuis (86)

Fleur de la Renoncule rampante: 5 pétales et 30 à 50 étamines libres bien habités! (Byturus sp.)


Les signes distinctifs qui nous permettent de reconnaître Ranunculus repens sont ses feuilles composées en trois lobes, dont le principal semblant avoir un mini pétiole (un pétiolule); et surtout, ses longs stolons (tiges rampantes) qui lui permette de se dupliquer et de s'étendre sur de grands territoires, comme le ferait un fraisier.


Ranunculus repens, feuille, Poitiers bords de Boivre

Feuilles de Renoncule rampante: découpées en 3 segments eux mêmes trilobés, incisés et dentés.

- Apprend à marcher avant de ramper.
- Ouais, ou l’inverse.

(Ocean's Eleven, Steven Soderbergh)

Les habitations naturelles de Ranunculus repens sont les bords de rivière, les marécages, les vallées alluviales... En d'autres lieux, ses colonies importantes indiquent souvent un sol engorgé en eau, tassé par temps humide ou mal drainé. Le penchant pour l'humidité des Ranunculus s'affiche d'ailleurs dans leur nom, qui trouverait ses origines dans les mots latin rena, «grenouille» et colere «habiter»; les grenouillent y trouveront certainement un abri agréable.


Ranunculus repens adapte sa prestance au paysage environnant: courte dans les zones souvent fauchées, haute (jusqu’à 50cm) dans les milieux sauvages. Elle fleurit de mai jusqu'à la fin de l'été, mais mise avant tout sur la multiplication végétative, via ses stolons labyrinthiques. Ses racines assurent sa survie d'une année à l'autre (c'est une vivace): les parties souterraines peuvent endurer sans sourciller des températures basses (jusqu'à -40 degrés!), et de longues périodes en complète immersion (berges inondées en hiver).


Ranunculus repens, Sauvages du Poitou!


En plus de cette formidable résistance, Ranunculus repens possède la faculté d’inhiber la croissance des plantes voisines, et plus particulièrement de celles de la famille Fabaceae (les Légumineuses, comme les trèfles, luzernes, vesces...). Elle n'a généralement pas bonne presse dans les pâturages, où elle peut proliférer (le piétinement favorise l'enracinement de ses stolons) au dépend de plantes appréciées par le bétail qui, par instinct ou par goût, ne la mange pas.


Ranunculus repens, feuille, Saint Benoît (86)

La Renoncule rampante ne convient pas au bétail, mais elle nourrit les larves de certaines petites mouches dites «mineuses», dont on aperçoit ici les galeries blanches (probablement Phytomyza ranunculi, alias la «Mineuse du bouton d'or»).


Ranunculus repens est toxique lorsqu'elle est fraîche, mais perd de sa dangerosité une fois coupée et séchée. Elle peut être incorporée, après fauchage, dans les foins donnés aux animaux de ferme. Elle fut parfois consommée cuite par l'homme lors de périodes de famines...  On lui reconnaît des qualités analgésiques (diminution de la sensation de la douleur), mais sa toxicité réserve définitivement son usage au corps médical. Toutes les Ranunculus sont d'ailleurs inscrites à la liste B de la pharmacopée française qui recense les plantes médicinales dont les effets indésirables potentiels sont supérieurs au bénéfice thérapeutique attendu!


Ranunculus repens, Renoncule rampante, Poitiers bords de Boivre

Renoncule rampante, à son aise les pieds dans l'eau.


La Renoncule rampante est l’un des célèbres «boutons d’or» de nos prairies, mais elle est loin d’être la seule. De nombreuses Renonculacées peuvent revendiquer ce titre ambigu, sur lequel il ne vaut mieux pas compter si on ne veut pas s’emmêler les pinceaux! En guise d'exemple, on peut aussi croiser d'autres espèces assez communes en Poitou:


Ranunculus bulbosus, Renoncule bulbeuse, Poitiers bords de Boivre

Renoncule bulbeuse, Poitiers bords de Boivre


La Renoncule bulbeuse (Ranunculus bulbosus) est une vivace à souche bulbeuse, au port dressé et ramifié et aux feuilles profondément découpées. La foliole médiane est pétiolulée (comme chez la Renoncule rampante). Sous le «bouton d'or», les sépales sont retournés vers le bas. La Renoncule bulbeuse colonise les prairies bien drainées et les pelouses calcaires.


Ranunculus acris, Renoncule âcre, Poitiers bords de Clain


La Renoncule âcre (Ranunculus acris) est une vivace au port dressé et ramifié, aux feuilles palmatifides, mais sans pétiolule. Elle illumine les prairies fraiches, les lisières et les fossés au printemps.


Ranunculus auricomus, Renoncule à tête d'or, Poitiers bords de Boivre


La Renoncule à tête d’or (Ranunculus auricomus) est une vivace qui pousse dans les bois frais au printemps. Ses feuilles caulinaires sont sessiles, découpées en 3 à 7 lanières très étroites. Il n’est pas rare que ses fleurs soient asymétriques ou atrophiées: c’est une artiste, un «Picasso» chez les boutons d’or!


Pour aller plus loin:

- Norb de Sauvages du Poitou évoque les «Boutons d'or» au micro de France Bleu Poitou


- Ranunculus repens sur Tela-botanica

- Ranunculus repens: identification assistée par ordinateur

- Ranunculus bulbosus sur Tela-botanica

- Ranunculus bulbosus: identification assistée par ordinateur

- Ranunculus acris sur Tela-botanica

- Ranunculus acris: identification assistée par ordinateur

- Ranunculis auricomus sur Tela-botanica

- Ranunculis auricomus: identification assistée par ordinateur


Ranunculus repens, feuille, Saint Benoît (86)

Fruits de la Renoncule rampante (40 à 80 akènes), Saint Benoît (86)

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Luzerne tachetée, la riche étrangère
Date 29/04/2015
Ico Prairies
Comms 3 commentaires

Medicago arabica, Luzerne tachetée, Dagneux (01)

Luzerne tachetée: une adepte des tatouages?


Medicago arabica (Luzerne tachetée ou Jerzas — pour Luzerne ou Vesce — en poitevin-saintongeais) appartient à la famille Fabaceae (et plus précisément un membre de la sous famille des PapilionacéesPapilionaceae — dont les membres montrent des fleurs en forme de papillon, voir l'article complet sur le sujet).


Le nom Medicago renvoie à la Médie, une région d’Asie Mineure située au nord-ouest de l’Iran actuel, entre la mer Caspienne et le Golfe Persique, qui était habitée par les Mèdes pendant l'antiquité. Medicago arabica serait donc une étrangère originaire du bassin méditerranéen.


Medicago arabica, Luzerne tachetée, Poitiers porte de Paris

Fleurs de la Luzerne tachetée: une corolle jaune typique des «Papilionacés», formée d'un étendard au dessus, de deux ailes recourbées à gauche et à droite et d'une carène en bas.


Medicago arabica est une annuelle qui préfère les sols bien exposés, riches en matière organique (prairies alluviales) et en azote (bords de route et terres cultivées). Année après année, ses colonies semblent s'étendre de manière «circulaire», fleurissant dès le mois de mai, resemant généreusement ses gousses épineuses et spiralées, et dépérissant (curieusement) du centre vers la périphérie, un peu avant l'été.


Medicago arabica, gousses, Saint Benoît (86)

Fruits (gousses) de la Luzerne tachetée, Saint Benoît (86)


Ses folioles (chaque feuille est constituée de trois parties distinctes ou folioles) sont souvent marquées en leur centre d'une tache noirâtre.


Medicago arabica, Luzerne tachetée, Poitiers bords de Boivre

Feuilles de la Luzerne tachetée: alternes, trifoliées, folioles obcordées, dentées au sommet.


Luzerne tâchetée, Sauvages du Poitou!


Comme toutes les légumineuses, Medicago arabica est riche et généreuse: de petites boules blanches (nodosités) sur ses racines abritent des bactéries locataires. Ces dernières sont capables d'utiliser l'azote atmosphérique pour fabriquer des ressources qu'elles partagent volontiers avec la plante hôte. Dès lors, on comprend pourquoi les légumineuses parviennent à pousser sur les sols les plus misérables; faute de sol, un peu d'air et d'amour leur suffisent. Les jardiniers le savent bien:  la culture des fèves, des haricots ou des pois est aisée au potager, quelles que soient la nature et les qualités du sol.


Medicago arabica est donc un bon engrais vert: une fois fauchée, elle laisse racines, nodosités et (surtout) parties aériennes comme autant de provisions d'azote dont peuvent profiter les autres plantes alentours.


Medicago arabica, nodosités, Poitiers Chilvert

Nodosités de la Luzerne tachetée.


Medicago arabica fait un bon fourrage pour le bétail. La littérature quant à sa comestibilité pour l'homme n'abonde malheureusement pas. Les Luzernes ne présentent généralement pas de grands dangers, mais mieux vaut jouer la carte de la prudence. Quoi qu'il en soit, la bouloter ne nous rendra surement pas plus riche!


Medicago arabica, Luzerne tachetée, Biard aérodrome (86)

Collier-de-corail (Aricia agestis) et Luzerne tachetée au printemps (Biard)


Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

- Medicago arabica sur Tela-botanica

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 ... 3 4 5

MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page