Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


Mouron des oiseaux: aussi bon cru que cui-cui!
Date 16/04/2017
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms 2 commentaires

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre


Stellaria media (Stellaire intermédiaire, Mouron des oiseaux ou Maurion en poitevin-saintongeais) appartient aux Caryophyllacea, une famille dont les membres présentent souvent un squelette caractéristique: lorsqu'une fleur apparait au bout d'un rameau, la croissance de ce dernier s'arrête. Deux axes secondaires poussent alors sous la fleur, au bout desquels apparaitront les fleurs suivantes, et ainsi de suite...


Stellaria media est une annuelle qui se resème efficacement (jusqu'à cinq générations peuvent se succéder par an depuis une seule plante). Ses graines ont besoin de lumière pour germer; c'est pourquoi on la voit surgir de toute part dans les potagers dès que le sol est brassé et retourné, les semences remontant à la surface.


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Stellaire intermédiaire au printemps, Poitiers bords de Boivre


Ses colonies sont rarement mal considérées: son feuillage lisse et persistant offre un couvert appréciable — et nourricier car elle capte l'azote — pour le sol en hiver (bien qu’annuelle, Stellaria media survit parfois au delà de son premier anniversaire). Ses colonies les plus imposantes peuvent être le signe d'un sol équilibré et fertile, où les bactéries aérobies assurent une bonne fonction digestive de la matière organique. Mais n'en faites pas un credo absolu: la Sauvage sait aussi se contenter de parcelles moins classieuses, voir d'un simple trottoir!


Stellaria media fleurit toute l'année durant, en dehors des périodes de gel. Ses petites fleurs blanches présentent cinq pétales entièrement échancrés, à tel point qu'elles semblent composer une étoile à dix branches: Stella est l'«étoile» en latin.

Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers bords de Boivre

Fleurs de la Stellaire intermédiaire: 5 pétales entièrement échancrés plus courts que les 5 sépales, 3 à 5 étamines autour de 3 styles (contre 5 styles pour la plupart des Céraistes).


Par coquetterie sans doute, la tige est parcourue d'une seule ligne de poils qui passe d'un côté à un autre à chaque nœud; assurément un bon moyen de ne pas confondre la belle avec les nombreux Céraistes (Cerastium sp), d'autres Sauvages du clan Caryophyllacea aux fleurs blanches et aux allures similaires (du moins de loin).


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert

Tige de la Stellaire intermédiaire: une ligne de poil bien caractéristique.


La Stellaire intermédiaire est une Sauvage au visage familier. Il existe pourtant d'autres taxons plus confidentiels qui devraient nous inciter à vérifier deux fois son identité lorsqu'on la croise: à commencer par la Grande Stellaire (Stellaria negleta), une sœur jumelle probablement confondue la plupart du temps avec la Stellaire intermédiaire, d'où le peu de données dont on dispose quant à sa répartition. Elle se distingue par sa grande taille, ses pétales égalant ou dépassant les sépales et sa dizaine d'étamines (l'observation à la loupe binoculaire des semences est un critère plus fiable, mais délicat sur le terrain). En second lieu, la Stellaire pâle (Stellaria pallida) qui affectionne les sols pauvres et secs (avec une répartition essentiellement méditerranéenne): nettement plus petite que la Stellaire intermédiaire, la Stellaire pâle présente des fleurs fermées, généralement dépourvues de pétales, ou avec des pétales minuscules. En botanique, rien n'est jamais définitivement simple, mais c'est là que réside le jeu et surtout le plaisir!


Joue avec le Mouron des oiseaux, Sauvages du Poitou!

C’qui est embêtant dans les oiseaux c’est le bec.

(Bernie, Albert Dupontel)

Les graines que Stella media produit en grande quantité (2.000 à 20.000 graines par pieds!) dans ses capsules sont appréciées des volatiles, d'où son surnom de «Mouron des oiseaux». En réalité, pas besoin d'avoir un bec et des ailes pour apprécier la belle: Stella media est une célèbre comestible, crue ou cuite, riche en calcium, silice, magnésium et vitamine C. Jadis, c'est la corporation des marchands de Mouron qui se chargeait d'aller cueillir la Sauvage pour la vendre sur les marchés en criant «Du mouron pour les p’tits oiseaux, un sou la botte!» (je vous recommande vivement la lecture de l'article haut en couleur du site France Pittoresque: Chasseurs de plantes des environs de Paris).


Stellaria media, Mouron des oiseaux, Poitiers Chilvert

Feuilles ovales de la Stellaire intermédiaires, longuement pétiolées à la base, sessiles en haut des tiges, bonnes pour la salade!


Au Japon, la tradition fête les «sept herbes» au début du mois de janvier. Ce jour (Nanakusa-no-sekku) célèbre le retour de la végétation et le printemps à venir. Les japonais partagent en famille un gruau de riz accompagné des pousses de sept herbes sauvages, notre Mouron des oiseaux faisant partie du lot. Si le mélange est aujourd'hui vendu en sachet dans les supermarchés, il convenait autrefois de hacher sa récolte tout en chantant une comptine: «Avant que les oiseaux du continent s'envolent vers le Japon, je hache les sept herbes...». Bonne idée: mangeons le Mouron avant que les oiseaux ne le mangent!


Attention si vous partez en quête d'un casse-croute nippon à travers le jardin: prenez garde à un dernier piège, le Mouron rouge (Anagallis arvensis), un faux cousin légèrement toxique, présente des parties aériennes proches du Mouron des oiseaux hors floraison (les fleurs vermeilles du Mouron rouge signalant facilement la traitresse à maturité). En l'absence de fleurs, les petits points bruns sous les feuilles du Mouron rouge peuvent nous aider à identifier la Sauvage impropre à la consommation, et d'éviter de se faire du mouron intestinal!


Anagallis arvensis, Mouron rouge, Biard (86)

Sous les feuilles du Mouron rouge (Anagallis arvensis)


Pour aller plus loin:

- Des idées recettes autour du Mouron des oiseaux sur le blog Sauvagement-bon

- Le Mouron des oiseaux à travers l'histoire sur le blog Books of Dante

- Stellaria media: identification assistée par ordinateur
- Stellaria media sur Tela-botanica

- Stellaria negleta sur Tela-botanica

- Stellaria pallida sur Tela-botanica


Myosoton aquaticum, Stellaire aquatique, Poitiers bords de Boivre

Stellaire aquatique (Myosoton aquaticum), une Caryophyllacée des zones humides qui se distingue de la Stellaire intermédiaire de par ses grandes feuilles ovales et pointues (2 à 8 cm) et ses grandes fleurs (15 mm) à 10 étamines.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Cyclamen à feuille de lierre: rond comme un ballon
Date 17/12/2015
Ico Haies & forêts
Comms 1 commentaire

Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Boivre

Fleur du Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Boivre


Cyclamen hederifolium (Cyclamen à feuille de lierre ou Cyclamen napolitain) appartient à la famille Primulaceae, au côtés de fleurs précoces et printanières comme le Primevère acaule, ou le Coucou (Primus en latin signifiant premier)... Mais la précocité ne fait pas règle dans ce clan, puisque Cyclamen hederifolium choisit le début de l'automne pour pointer le bout de ses fleurs roses ou blanches.


La Sauvage doit son nom à la racine grecque kyklos, «cycle». Cyclamen hederifolium affiche une géométrie circulaire remarquable, que ce soit au niveau de sa partie souterraine (tubercule) en forme de disque, de ses jeunes pousses qui se déroulent avant de déployer leur fleur, puis finalement s'enroulent en spirale pour déposer la graine au sol.

Le grand livre de la nature était écrit dans la langue des droites, des cercles, la langue de la géométrie et des mathématiques.

(Galiléo Galilée)

Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Boivre

Jeune pousse du Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Boivre


Cyclamen hederifolium, Sauvages du Poitou


Cyclamen hederifolium est une Sauvage méditerranéenne; elle est très commune en Corse, où les anciens portaient les tubercules déterrés en ceinture pour tenir à l'écart les mauvais sorciers (Cap Corse). La grande rusticité de la vagabonde (elle ne craint ni le froid, ni la sécheresse) lui a permis de remonter vers le Nord; elle s'est aujourd'hui naturalisée dans le centre, l'ouest de la France et même au-delà, jusqu'en Grande Bretagne (d'une île à l'autre), où elle pousse à l'ombre des haies ou des forêts, de préférence sur des sols humifères et frais.


Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers Bellejouanne

Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers quartier Bellejouanne


Cyclamen hederifolium est une vivace à tubercule. Cet organe circulaire et charnu assure les réserves de la plante pendant la période de repos végétatif — c'est à dire pendant la belle saison.


Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers Chilvert

Tubercule du Cyclamen à feuille de lierre sur le point d'être replanté au jardin...


Les fleurs odorantes de Cyclamen hederifolium paraissent bien avant les feuilles marbrées de blanc; ces dernières ressemblent vaguement aux feuilles du Lierre grimpant (Hedera helix), à l'ombre duquel la Sauvage aime se cacher.

- Cartapus est une professionnelle, c'est la reine du camouflage.

- Quand je regarde comme ça, on me voit. Si je regarde comme ça, on me voit plus. On me voit, on me voit plus. On me voit, on me voit plus.

- Superbe.

(Astérix et Cléopâtre, Alain Chabat)

Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers quartier Chilvert

Cyclamen à feuille de lierre et Lierre grimpant mélangés,

Saurez-vous les reconnaître?


Bien sûr, reconnaitre les feuilles du Cyclamen « à feuille de lierre » au milieu d'un tapis de Lierre grimpant n'est pas chose difficile... Certains observateurs reconnaissent même, au centre des feuilles de notre Sauvage, un motif caractéristique en forme de sapin de Noël!


Si l'hiver est clément, les feuilles de Cyclamen hederifolium forment un couvert hivernal élégant, avant de disparaitre au printemps suivant (contrairement à d'autres espèces de Cyclamen, comme Cyclamen purpureum, dont les feuilles en forme de cœur persistent une grande partie de l'année).


Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Boivre

Feuilles du Cyclamen à feuille de lierre: limbe irrégulier, anguleux, marqué de blanc.


Cyclamen hederifolium est toxique pour l'homme; son usage médicinal ancien (en tant que purgatif) est resté marginal et périlleux. La Sauvage contient de la cyclamine, une substance aux propriétés proches du curare, surtout concentrée au niveau de son tubercule; le suc de la plante a même été utilisé jadis pour empoisonner des flèches (la cyclamine, en injection sous cutanée, peut provoquer une paralysie musculaire)!


Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers Chilvert

Fruit (capsule ronde) du Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers quartier Chilvert


Pour aller plus loin:

- Cyclamen hederifolium sur Tela-botanica


Cyclamen hederifolium, Cyclamen à feuille de lierre, Poitiers bords de Clain

Cyclamen à feuille de lierre : au bal de l'automne...

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Mouron rouge, un clown au jardin
Date 17/07/2015
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms Aucun commentaire

Anagallis arvensis, Mouron rouge, Biard (86)

Mouron rouge, Biard (86)


Anagallis arvensis (devenue aujourd’hui Lysimachia arvensis, alias Mouron rouge) appartient aux Primulaceae (selon la classification classique), au même titre que les Primevères (voir Primula vulgaris) ou les Coucous, des plantes à la floraison précoce et printanière (de mai jusqu'à la fin de l'été). Anagallis arvensis aime les terres remuées et riches en nitrates. C'est une annuelle qui ressème spontanément ses nombreuses graines (emmagasinées dans ses capsules). Ses fleurs sont trop discrètes pour tout miser sur l'aide des butineurs; l'évolution l'a donc pourvu d’organes reproducteurs hermaphrodites et autogames (capables de s'autoféconder).


Anagallis arvensis a parfois été surnommée «baromètre des pauvres»: on peut s'attendre, lorsqu'elle referme ses petites fleurs rouges dans la matinée, à de la pluie avant la fin de la journée. Les riches lui préféreront sans doute un véritable baromètre!


Anagallis arvensis, Mouron rouge, Biard (86)

Fleur du Mouron rouge: 5 sépales, 5 pétales, 5 étamines autour de 5 carpelles soudés entre eux... Un joli carré de 5!

Tu prends la pilule rouge, tu restes au Pays des Merveilles.
(The Matrix, Lana Wachowski)

Jadis, on pensait Anagallis arvensis susceptible de soulager les hypocondriaques, les personnes crispées et anxieuses à l'excès quant à leur état de santé, ainsi que les ceux qui souffrent de mélancolie. Son nom Anagallis lui vient d'ailleurs du grec Anagelaô, qui signifie «je ris» ou «je chante»... Peut-être imaginait-on que la plante euphorisait ceux qui la mangeait, hommes ou oiseaux! La Sauvage a aussi été employées dans les traitements contre l'épilepsie.


Anagallis arvensis, Sauvages du Poitou


En vérité, Anagallis arvensis renferme une bonne quantité de saponines; elle est légèrement toxique pour l'homme et mortelle pour les lapins et certains rongeurs (attention à ne pas à glisser dans leur nourriture). Son usage est aujourd'hui abandonné et il convient de ne pas la confondre avec sa fausse cousine aux fleurs blanches, la reine des salades, le Mouron des oiseaux (Stellaria media). En l'absence de fleurs, les petits points bruns sous les feuilles d'Anagallis arvensis peuvent nous aider à identifier la drôle, impropre à la consommation.


Anagallis arvensis, Mouron rouge, Poitiers Chilvert

Fruits (capsules) et feuilles tachées du Mouron rouge: opposées, sessiles, ovales ou lancéolées.


Notre clown végétal n'étant pas à une blague près, en voici une dernière pour la route: le Mouron rouge affiche parfois de petites fleurs... Bleues! S'il n'en reste pas moins Anagallis arvensis, la confusion devient grande avec une autre Sauvage en tout point semblable, aux fleurs habituellement bleues, le Mouron femelle (Anagallis foemina devenue aujourd'hui Lysimachia foemina).

Anagallis arvensis, Mouron rouge, Beauvoir (86)
Quand le Mouron rouge balance sa vanne préférée en virant au bleu...

Les botanistes les plus rigoureux observeront à la loupe les minuscules poils glanduleux sur les bords des pétales pour différencier les deux Sauvages (plus de 30 poils dilatés au sommet pour le Mouron rouge, moins de 30 poils non dilatés au sommet pour le Mouron femelle). Les plus pressés se contenteront d'observer une fleur à maturité: les pétales se chevauchent chez le Mouron rouge, mais pas chez le Mouron femelle... Alors face à un «Mouron bleu», à vous de trancher: s'agit-il du sketch préféré du Mouron rouge, ou d'un Mouron femelle? C'est un peu bleu bonnet et bonnet bleu!

Anagallis foemina, Mouron femelle, Ensoulesse (86)
Mouron femelle, Ensoulesse (86)


Pour aller plus loin:

- Anagallis arvensis sur Tela-botanica

- Anagallis foemina sur Tela-botanica


Anagallis arvensis, Mouron rouge, Biard (86)

Le Mouron rouge, parfois bleu, ne sait décidément pas choisir... Alors va pour le rose!

>Voir le billet et ses commentaires...
 


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page