Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


Clinopode, Sariette, Calament et compagnie
Date 20/09/2020
Ico Haies & forêts
Comms Aucun commentaire

Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert


Clinopodium vulgare (Sariette commune ou Clinopode commun) appartient aux Lamiaceae, la famille des Sauvages aromatiques à fleurs en forme de gueule ouverte (voir notre article complet sur le sujet). L'arôme n'est pourtant pas le point fort de la Sariette commune qui est peu odorante, voire pas du tout. Son surnom de Grand Basilic est donc un poil fanfaron. Hors floraison, la subtilité ou l'absence de son parfum nous aidera éventuellement à la différencier de l'Origan commun, aux feuilles parfumées ressemblantes.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Feuilles lancéolées ou ovales, densément poilues de la Sariette commune (les feuilles de l'Origan ne sont couvertes que de quelques poils éparses).

J'ai envie d'être heureux, de dormir dans un vrai lit, d'avoir des racines...
(Léon, Luc Besson)
Clinopodium vulgare tire son nom du grec clino, le «lit» et  podos, le «pied». C'est le père fondateur de la botanique Dioscoride qui cru reconnaître dans le silhouette de la Sauvage le profil de ses pieds de lit. En ces temps où les grandes enseignes de distribution de meubles suédois n'existaient pas, le mobilier pouvait déjà prendre des allures surprenantes. La Sariette nous permet peut-être d'imaginer à quoi ressemblait la chambre à coucher du médecin-botaniste!

Clinopodium vulgare, un lit douillet! (Sauvages du Poitou)

Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert
Sariette commune : un Citron (Gonepteryx rhamni) photographié au pied du lit.


Malgré ses allures de couchette, les ancien accordaient à la Sariette commune des vertus toniques. Elle est comestible, mais ses feuilles relativement coriaces et son manque de saveur n'en font pas un met de premier choix. En tout cas en ce qui nous concerne: les butineurs manquent rarement le festin de ses fleurs mellifères à la fin de l'été. Tinctoriale, la Sariette confiées à des mains habiles (pas les miennes) permet d'obtenir une teinture jaune.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers quartier Chilvert

Fleurs purpurines de la Sariette commune réunies en gros de verticilles axillaires et terminaux compacts.


La Sariette commune est une vivace tout-terrain: ses colonies sont capable de s'installer dans tous les milieux, jusqu'aux zones fortement perturbés par l'homme, avec une léger penchant pour les lisières forestières ou les bois parsemés. Ses tiges et ses calices ciliés restent érigés jusqu'au début de l'hiver, les fruits étant dispersés par le vent ou par les animaux de passage.


Clinopodium vulgare, Sariette commune, Poitiers bords de Boivre

Sariette commune de Décembre, Poitiers bords de Boivre


Le genre Clinopodium recense six espèces sur le territoire français. Impossible de se quitter sans mentionner un autre incontournable du genre, dont le parfum ne laissera personne indifférent:


Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac
Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac

Clinopodium nepeta (Calament glanduleux) est une vivace rameuse. Ses feuilles dégagent, tout au contraire de la Sariette commune, une puissante odeur mentholée et camphrée, unique en son genre. Le Calament (de son ancien nom Calamintha) est littéralement la «belle menthe» en grec (calê minthê).

Botaniquement parlant, le Calament glanduleux a de quoi dérouter... On lui reconnait plusieurs sous-espèces, dont l'habitat et l'apparence varient considérablement. Sauf mention contraire, les photos de la seconde partie de cet article présentent l’espèce type, Clinopodium nepeta subsp. nepeta, qui affectionne les rocailles ou les vieux murs exposés au soleil, assez commune dans le sud de la France mais plus rare ailleurs. Ses feuilles sont petites, le plus souvent vaguement dentées, brièvement pétiolées. Ses fleurs très pâles ont une légère teinte lilas violacé.

Clinopodium nepeta, Calament glanduleux, Poitiers sous Blossac
Fleurs mauve très pâle du Calament glanduleux: corolle en tube presque droit, étamines rangées sous la lèvre supérieure, lèvre inférieure trilobée.

Faux! Faux! Complètement faux! J’ai envie de te dire menteur!

(Brice de nice, James Huth)

Si le Calament glanduleux est une «fausse» menthe, il a parfois été surnommé Fausse Marjolaine ou Faux Nepeta... Bref, difficile pour le Sauvageon de se défaire de l'aura de faussaire qu'on lui prête. Il n'a pourtant rien à envier à ses sœurs Lamiacées les plus renommées.


Utilisé comme condiment dans la cuisine corse et italienne, le Calament glanduleux est commercialisé sous le nom de «népita» («nipitella» en Italie) et parfume les légumes, les poissons ou les viandes. On lui prête des vertus digestives (particulièrement contre les problèmes d'aérophagie). Au moyen âge, on le prescrivait contre le hoquet. Quant à la fraicheur de son parfum: un randonneur du sud de la France m'a confié un jour qu'il lui arrivait d'utiliser le Sauvageon comme dentifrice de fortune... En se frottant la plante sur les dents!


Clinopodium nepeta, Sauvages du Poitou!


Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum, Calament des bois, Vouneuil-sous-Biard (86)

Clinopodium nepeta subsp. sylvaticum, une autre sous espèce. Surnommé le Calament des bois, Celui-ci préfère les bois et les lisières forestières et dresse des fleurs plus grandes que l’espèce type, aux couleurs généralement mieux marquées.


Pour aller plus loin:

- Clinopodium vulgare sur Tela-botanica

- Clinopodium vulgare: identification assistée par ordinateur

- Clinopodium nepeta sur Tela-botanica


Clinopodium acinos, Petit Basilic, Buxerolles (86)

Clinopodium acinos, alias le «Petit Basilic», un autre «Clinopode» des pelouses sèches.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Garance voyageuse: la vie en rouge
Date 15/08/2019
Ico Haies & forêts
Comms 4 commentaires

Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Garance voyageuse rougissante en hiver


Rubia peregrina (Garance voyageuse) appartient au clan Rubiaceae, de même que les célèbres Gaillets (Galium spp). Les membres de cette famille présentent le plus souvent des tiges carrées, ainsi que des feuilles verticillées, c'est à dire disposées en couronne ou en étoile autour de la tige. Leurs fleurs sont généralement discrètes, à quatre ou cinq pétales. Celles de la Garance voyageuse pointent en été (entre juin et aout) cinq pétales jaunes pâles terminés en pointe. Elles sont réunies en cymes généreuses à l’aisselle des feuilles et à l’extrémité des rameaux, compensant leur discrétion par le feu d'artifice de leur assemblée.


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Fleurs de la Garance voyageuse en été: "Oh la belle verte!"

Peignons ces roses en rouge, du plus éclatant des rouges, il faut les peindre coûte que coûte sans en perdre une goutte!

(Alice au pays des merveilles, Walt Disney)

La Garance voyageuse est une vivace forestière qui aime la lumière et les sols secs. On la croise le long des lisières des forêts sèches, ou dans les bois clairs. Ses feuilles coriaces, brillantes et persistantes rougissent à l'approche de l'hiver. Le genre Rubia emprunte d'ailleurs son nom au latin ruber, rouge: les Garances sont des célèbres plantes tinctoriales. La Garance des teinturiers (Rubia tinctorum) a été largement cultivée, depuis la Grèce antique, son rhizome permettant d'obtenir une teinture rouge pur. La Garance voyageuse a parfois été utilisée en ce sens, mais sans connaitre d’industrialisation, ses racines plus minces offrant un colorant moins vif, rouge-orangé. Vous en conviendrez, il est difficile de se passer d'une touche de (nez) rouge dans la vie... Merci les Garances!


* Pas très drôle / Très drôle


La réalité est moins clownesque: le colorant produit à partir de la Garance des teinturiers a longtemps servi à teindre les pantalons de l'armée française, le rouge «garance» aidant les soldats à reconnaitre leurs pairs dans la fureur des combats. Mais il offrait aussi une cible de premier choix à l'ennemi, ce qui entraina son abandon au profit d'une culotte plus discrète, bleu horizon, à partir de la première guerre mondiale.

Dès le 19ème siècle, la chimie se substitue aux plantes tinctoriales. La Garance des teinturiers reste utilisée de nos jours par les artistes pour fabriquer des encres naturelles, des pigments ou des laques (peintures fines, aquarelles, huiles…).


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Des feuilles verticillées (2 à 5), ovales-lancéolées, persistantes, coriaces et surtout crochues: accroche toi à la Garance voyageuse, j'enlève l'échelle!

- Il serait possible de me coller à vous pendant quelques jours?

- Ah mais toute la vie si vous voulez!

(Taxi 3, Gérard Krawczyk)

Si les feuilles de certains Gaillets (Gaillet gratteron) sont réputées pour leur pouvoir agrippant, la Garance voyageuse n'a pas à rougir de ce côté : les siennes sont bardées d'aiguillons qui accrochent les fourrures des animaux ou les vêtements des promeneurs. La belle est capable de s’agripper au point de vous griffer superficiellement la peau. Ses crochets lui permettent d'ériger sa longue tige (ligneuse à la base, jusqu'à 2 mètres de longueur) vers la lumière en prenant appui sur d'autres végétaux, sur une clôture ou sur un grillage; à l'occasion, ils lui permettent aussi de faire un bout de route grâce à votre bas de pantalon, dispersant peut-être quelques fruits au passage.


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Baies de la Garance voyageuse en automne: "Hep taxi!"


Ses baies lisses et noires à maturité (légèrement toxiques et laxatives pour l'homme) sont surtout destinées à être picorées par les animaux, à commencer par les rouges-gorges. Des oiseaux rouges, forcément, qui propagent les fruits qu'ils consomment en les rejetant via leurs fientes. La Garance voyageuse est une habituée du «taxi crotte» (endozoochorie), empruntant les intestins des volatiles, des chèvres ou des moutons pour parvenir à ses fins. Pourtant, malgré son goût du voyage qu'elle porte jusque dans son nom (peregrina est «l'étrangère» en latin), la Garance voyageuse semble absente dans le nord et le nord-est de la France.


L'endozoochorie ou le taxi-crotte, Sauvages du Poitou!


On raconte que le lait, l'urine, la laine ou même le bec et les os des animaux qui consomment régulièrement la Garance voyageuse se teintent de rouge... Je ne saurais dire si c'est vrai, mais les jeunes feuilles tendres de la Garance voyageuse sont parfois grignotées par le Crache sang (Timarcha tenebricosa). Ce gros coléoptère aux élytres soudées (il est incapable de voler) se nourrit des Gaillets et apparentés. Dérangé ou menacé, il excrète des goutes d'hémolymphe rouge-orangé, une «encre» sanguine au goût peu appétant qui le protège de ses prédateurs. Bref, lui aussi fait dans le vermillon, surtout quand il voit rouge!


Timarcha tenebricosa, Crache-sang, bois de la Brie à Vivonne (86)

Crache-sang sur Garance voyageuse, bois de la Brie à Vivonne (86)


En guise de conclusion, impossible de faire l'impasse sur une célèbre revue qui emprunte le nom de notre Sauvage: depuis 1988, La Garance voyageuse livre directement dans la boite aux lettres de ses abonnés, saisons après saisons, des articles rigoureux, drôles, dessinés, forcément accrocheurs et attachants (Garance oblige) autour du monde végétal. Avis aux apprentis botanistes!


Pour aller plus loin:

- Rubia peregrina sur Tela-botanica

- Numéro de découverte de la revue La Garance Voyageuse

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Coquelicots et Pavots: trafic de stups!
Date 12/05/2019
Ico Prairies
Comms 5 commentaires

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Coquelicots: le bonheur est-il dans le pré?


Papaver rhoeas (Coquelicot) est probablement le membre le plus connu de la petite famille Papaveraceae, un clan dans lequel s'affiche quelques spécimens déjà croisés dans les pages de Sauvages du Poitou, tels que la Grande Chélidoine (Chelidonium majus) ou le Pavot californien (Eschscholzia californica). Ces sauvages affichent des fleurs spectaculaires et éphémères à quatre pétales (chiffonnées dans leur bouton), flanquées d’une bardée d’étamines. Les célèbres Fumeterres et autres Corydales ont également rejoint ce clan à l'issu d'un des derniers mercatos de la botanique (classification APG III).

- Qu’est ce que vous êtes belle Georgette quand vous rougissez. On dirait une fleur des champs.

(Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet)

Le nom Coquelicot viendrait tout simplement de «Cocorico», le chant du coq, les pétales de la Sauvage ayant emprunté la couleur et la forme de la crête du volatile. Une couleur dont il est possible d'extraire un colorant rouge pâle. Le Coquelicot est une candidate tinctoriale évidente: il suffit de presser ses pétales entre ses doigts pour en entrevoir le potentiel rosé.

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard (86)
Certaines légendes racontent que le Coquelicot a pris sa couleur sur les terres ensanglantées et ravagées par Gengis Khan au 12ème siècle: le Coquelicot qui aime les sol perturbés était une des premières à refleurir sur les champs de bataille.

Si notre coq végétal fleure bon la volaille et la ferme, c'est peut-être parce qu’il fait office de délégué de classe chez les plantes messicoles. Messicole signifie littéralement «qui habite les moissons». A l’image de la superbe Nielle des blés (Agrostemma githago) ou des Bleuets (Centaurea cyanus), le Coquelicot est une Sauvage d'origine étrangère qui s'est naturalisée en France grâce aux cultures céréalières d'hiver. Les messicoles se sont installées autour des champs régulièrement retournés et perturbés, le rythme des labours et des récoltes offrant un partenaire idéal à leur cycle de vie (elles sont pour la plupart annuelles)... Jusqu'à la deuxième moitié du 20ème siècle.

Les nouvelles cultures (maïs, tournesol...), la mécanisation des moyens de désherbage, l’apport d'engrais (favorisant d'autres candidates nitrophiles) et l'usage intempestif d'herbicides leur est défavorable depuis quelques décennies. Une espèce messicole du Poitou-Charentes sur trois a aujourd’hui disparu depuis plusieurs dizaines d’années.

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Sépales velus du Coquelicot qui tombent à la floraison, Biard (86)


Nous voulons de Coquelicots! Sauvages du Poitou

L'appel associatif lancé à la fin de l'été 2018 «Nous voulons des coquelicots» est un des reflets du souhait d'évolution vers une agriculture qui s'harmoniserait avec la flore et la faune associée (paradoxalement, le Coquelicot est une messicole particulièrement résistante aux herbicides). Ainsi, le Coquelicot redevient une fleur épinglée à la boutonnière, à l'image de celle portée par les anglais au sortir de la première guerre mondiale pour honorer les vétérans et les héros morts au combat. Le Coquelicot était la Sauvage reine des champs de bataille: le sol labouré par les obus leur offrait un terrain proche des champs retournés par les tracteurs.

Et puisqu'on évoque nos amis anglais, impossible de ne pas prononcer à haute voix le nom du Coquelicot outre-Manche: Poppy. Il est «la poupée», peut-être à cause des petits personnages qu'on peut confectionner à partir de ses fleurs, de quelques brins d'herbe et d'un soupçon de magie...


Papaver rhoeas alias Poppy! Sauvages du Poitou

On retourne les pétales, les attachant avec une tige de plantain pour former la taille et les bras. Une brindille plantée sous la jupe fait office de deuxième jambe... Hello Poppy!


Étrangement, la toxicité du Coquelicot est souvent exagérée. J'ai pour ma part grandi avec la consigne de me laver les mains après avoir joué avec ses pétales rouges, sous peine de finir ma journée sous le joug d'une effroyable colique... D'autres agrémentent les plats ou les pains de ses graines, quand ils ne décorent pas les salades avec ses fleurs. Alors, le coquelicot est-il comestible ou non?


Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Quand le Coquelicot dévoile sa cape de Superman... Aurait-il quelques supers pouvoirs?

- Tu t'y connais un peu en cocaïne?

(Scarface, Brian De Palma)

Pour le quidam, Coquelicots et Pavots, c'est un peu Schtroumpf vert et vert Schtroumpf (en fait Schtroumpf rouge et rouge Schtroumpf): les espèces les plus communes, regroupées sous le genre Papaver, sont souvent confondues. Presque toutes contiennent un cocktail d'alcaloïdes aux propriétés somnifères, sédatives ou analgésiques, potentiellement toxiques à forte dose. En réalité, il faudrait considérer les substances narcotiques concernées espèce par espèce (l'ouvrage Opium Poppy: Botany, Chemistry, and Pharmacology de L.D. Kapoor est riche d'informations en la matière).


Papaver somniferum, Pavot officinal, Poitiers quartier Chilvert

Fleur éphémère du Pavot officinal au jardin: de nombreuses variétés ont été développées par l'horticulture, pour le plaisir des yeux.


La dangerosité supposée des Coquelicots viendrait d'une confusion avec celle du Pavot officinal (Papaver somniferum). Ce dernier renferme une grande concentration d'alcaloïdes opiacés, telles la codéine ou la morphine, surtout chez certaines variétés cultivées dans ce but. On extrait l'opium à partir de son latex, dont les produits dérivés médicinaux ou narcotiques (héroïne...)  sont connus pour la forte dépendance qu'ils développent chez leurs consommateurs. Le Pavot officinal, souvent planté au jardin pour la beauté de ses fleurs éphémères, peut donc légitimement être considéré comme étant toxique, à commencer par ses tiges et ses capsules, les feuilles renfermant peu de latex.


Accroc aux Coquelicots? Sauvages du Poitou!


Papaver vient du celtique papa signifiant «bouillie», parce que l'on mélangeait autrefois les graines du Pavot officinal dans la bouillie des enfants pour mieux les faire dormir. Les graines du Pavot officinal ne présentent théoriquement aucun risque: ce sont d'ailleurs ces mêmes graines, dépourvues d'alcaloïdes, qu'on utilise en cuisine (là aussi, des variétés ont été sélectionnées en ce sens). En pratique, il arrive cependant que les graines soient souillées par le latex des capsules lors de leur préparation. Des études récentes révèlent la présence, certes minime, de morphine jusque dans les urines des amateurs de pain aux graines de pavot (voir cet article du Monde)... Pas de quoi se priver d'une tranche de pain bien sûr!


Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Les feuilles du Coquelicot, généralement alternes, présentent des formes très variables, souvent fortement découpées.


De son côté, notre Coquelicot (Papaver rhoeas) contient aussi une belle palette d'alcaloïdes. La morphine en fait partie, mais dans une proportion infime et seulement au niveau des capsules. Chez lui, c'est surtout la rhoeadine qui importe, présente dans toutes les parties de la plante, des racines jusqu'aux pétales. L'usage de ses pétales, recensés dans la liste A de la pharmacopée française, lui reconnait un léger pouvoir sédatif et calmant, mais pas soporifique. Il n'est donc pas complètement innocent mais son usage ponctuel ne recèle à priori pas de grands dangers (quelques cas d'intolérances ont été évoqués ici et là). Ses jeunes feuilles ou ses boutons floraux sont d'ailleurs consommées, crus ou cuits, dans de nombreux pays (confère Le Régal végétal de l'ethnobotaniste François Couplan). La prudence nous invite à ne pas en consommer un plein saladier ou en faire des cures prolongées. Reste à ne pas le confondre avec d’autres espèces proches…


Papaver dubium, Pavot douteux, Poitiers quartier Chilvert

Mais quel est ce Coquelicot? Quand le Pavot douteux (Papaver dubium) nous fait douter... Notez les poils appliqués sur la tige, contre des poils hérissés chez le Coquelicot.


Le genre Papaver est riche de 8 espèces en France (110 dans le monde). On peut mentionner: le Pavot douteux (Papaver dubium), commun en tout lieu, ou le Pavot argémone (Papaver argemone) et le Pavot hybride (Papaver hybridum), deux messicoles moins répandues. Ces Pavots se rapprochent sensiblement du Coquelicot en apparence comme en qualités. En cas de confusion, leur consommation raisonnable ou ponctuelle ne présente pas de risques, même si le Pavot douteux peut nous insuffler quelques doutes de par sa teneur en aporéine (le botaniste Paul-Victor Fournier le considère comme potentiellement toxique). Surtout, il serait dommage de croquer le Pavot argémone ou le Pavot hybride, tant leurs rangs se parsèment au fil des années, à l'image de la plupart des messicoles.


Papaver spp, Sauvages du Poitou!


Alors comment distinguer les Coquelicots/Pavots les plus courants? Le critère d'identification le plus abordable repose sur l'observation des capsules: elles sont en forme de vase et glabres chez P.Rhoeas (1), allongées et glabres chez P.dubium (2), allongées et hérissées chez P.agremone (3), courtes, arrondies et hérissées chez P.hybridum (4).


Aylax papaveris sur Papaver dubium, Poitiers quartier gare

Si l’identification des Pavots repose en partie sur leurs capsules, une petite guêpe (Aylax papaveris) peut brouiller les pistes. En pondant dans les fruits, elle provoque une « galle » (ici sur Papaver dubium) qui fait enfler la capsule jusqu’à trois fois sa taille ! A l’intérieur du fruit atrophié, plusieurs loges servent d’abri et de garde-manger bien rempli aux larves de l’insecte.


Pour aller plus loin:

- Papaver Rhoeas sur Tela-botanica

- Papaver Rhoeas: identification assistée sur ordinateur

- Papaver dubium sur Tela-botanica

- Papaver dubium: identification assistée sur ordinateur

- Le coquelicot, un emblème anti-pesticide ambigu? sur Zoom Nature

- Le Coquelicot à travers l'histoire sur le blog Books of Dante


Lecture recommandée:

- Le Coquelicot poète des champs de Bertrand Bernard

- Plantes de poilus de Denis Richard

- Opium Poppy: Botany, Chemistry, and Pharmacology de L.D. Kapoor

Papaver rhoeas, Coquelicot, Poitiers quartier gare

Coquelicot: il est interdit de franchir la ligne blanche!

>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Incroyables plantes sauvages de Norbert Pacorel aux éditions Larousse
Ouvrage à paraître en Janvier 2021 aux éditions Larousse



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page