Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Bourrache officinale, la brave

Date 23/03/2016
Ico Haies & forêts
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms 2 commentaires

Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers quartier Chilvert

Bourrache officinale, Poitiers quartier Chilvert


Borago officinalis (Bourrache officinale ou Borage en poitevin-saintongeais) fait office de chef de clan chez les Boraginaceae, dont les membres affichent souvent un système pileux très développé (Consoudes, Buglosses, Vipérines, Myosotis...)! Son nom viendrait du latin burra, la «burre», une étoffe en laine grossière qui habillait les moines: une référence à la texture de ses feuilles rêches, garnies de poils durs.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain

Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain


Borago officinalis est une anuelle à croissance rapide. Elle aime l'eau, les sols riches en matière organique et les nitrates. Elle commence sa floraison dès que le pied atteint une quinzaine de centimètres (ce qui ne l'empêche pas de continuer à grandir ensuite): comme toute annuelle qui se respecte, la Sauvage vit dans l'urgence de la reproduction! En tout et pour tout, Borago officinalis est capable de fleurir 8 à 10 mois dans l'année...

La semaine des annuelles! Sauvages du Poitou
Ainsi, Borago officinalis disperse une multitude de graines, qui parviennent à maturité en des temps successifs et qui germent sans grandes difficultés. Si les conditions sont clémentes, la belle prend parfois des airs d'envahisseuse avec ses nouvelles pousses qui pointent autour du pied mère dès le mois de juin, et ce jusqu'aux premiers frimas de novembre. Le gel finit par nettoyer le terrain... Le reste des graines, ainsi que les pousses fraîches issues des derniers semis assurent le renouveau au printemps suivant (les jeunes rosettes de feuilles sont plus résistantes au froid; Borago officinalis est de ce point de vue parfois considérée comme une bisanuelle). Bref, une fois en place, la Bourrache quittera difficilement le terrain...

Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters quartier Chilvert
Fruits de la Bourrache (tetrakènes), Poitiers quartier Chilvert

Si vous achetez un sachet de graines pour l'introduire chez vous, il y a fort à parier que vous n'aurez plus jamais besoin de racheter d'autres semences! Et si la Sauvage prend un peu trop ses aises, pas d'inquiétude, ses pousses reste faciles à contrôler via un arrachage manuel.
 
Le peuple fourmi qui apprécie la teneur en huile des graines aide la Sauvage à se propager sur le territoire en trimbalant ses fruits jusque dans les fourmilières.

Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters bords de Clain

Inflorescences caractéristiques (cyme scorpioïde) de la Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain


Phacélie, Bourrache et Vipérine: les bars à nectar! Sauvags du Poitou


Borago officinalis est une plante mellifère de première classe, au même titre que la Phacélie (Phacelia tanacetifolia) et la Vipérine (Echium vulgare), deux autres membres du clan Boraginaceae) semées par les apiculteurs pour booster la production. Les abeilles en raffolent, et c'est leur faire un beau cadeau que d'entretenir quelques pieds au jardin.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers chemin de la Cagouillère

Fleur de Bourrache officinale: 5 sépales, une corolle bleu intense à 5 lobes, 5 étamines en cône autour du pistil. Une Sauvage qui se butine la tête en bas! (abeille solitaire, Anthophora sp.)


Borago officinalis est une célèbre comestible: elle a été (et est encore) cultivée pour ses feuilles, ses fleurs ou ses graines. Des études récentes révèlent pourtant la présence d'alcaloïdes hépatotoxiques (concentrés dans la feuille et les tiges) susceptibles d'augmenter les risques de tumeur au foie (de même que chez la Consoude). Certes, personne n'est jamais tombé raide mort en croquant la belle; n'empêche que la considérer comme un met inoffensif est discutable (disons qu'il faudrait aussi considérer qu'un verre de vin est complétement inoffensif). S'il n'y a pas de quoi la rayer définitivement des assiettes, il convient de ne pas faire de Borago officinalis un régime soutenu et régulier.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters bords de Clain

Feuilles hérissées de poils piquants de la Bourrache officinale: alternes, les supérieures sessiles et embrassantes (à gauche), les inférieures ovales et longuement pétiolées (à droite).


La Sauvage a pourtant été cultivée en tant que légume dans bon nombre de pays d'Europe (Espagne et Pays-bas par exemple), même si elle constitue rarement un plat principal; elle est généralement utilisée en accompagnement ou en assaisonnement dans les recettes. Crue, en salade (gare aux poils piquants!), Borago officinalis présente un léger goût iodé (certains diraient un goût d'huitre) inimitable.

- C’est la dernière fois que j’achète des fruits chez toi Tom! C’est ce que tu appelles frais? Il y avait plus de petites créatures poilues dans tes fruits qu’il n’y avait de fruit. Tu devrais ouvrir une boucherie, pas une épicerie.

(Arnaques, crimes et botanique, Guy Ritchie)

Ses feuilles peuvent ainsi agrémenter une omelette ou une soupe (gardez à l'esprit leur relative toxicité)... On peut aussi les faire frire en beignet, salés ou sucrés (en Grande Bretagne, on en fait d'excellent desserts au miel). Quant aux fleurs, inoffensives et comestibles (vous pouvez vous lâcher), elles sont très en vogue dans les restaurants où elles décorent agréablement les plats!


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain

Colonie de Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain


Au fil de l'histoire, Borago officinalis s'est taillée une solide réputation de plante médicinale. Grecs et romains considéraient la Sauvage comme une source... De courage et de joie. Les fleurs de la plante, macérées dans du vin, étaient consommées pour se donner du baume au cœur avant la bataille, ou pour guérir les esprits mélancoliques. Certains auteurs rapprochent le nom Bourrache du celte barrach, «courage», peut-être parce que la Sauvage insufflait la bravoure à celui qui la mangeait ou la portait à sa boutonnière.


Borago officinalis, la brave! Sauvages du Poitou


Borago officinalis a aussi été utilisée en médecine populaire pour soigner et adoucir la toux (peut-être à cause de sa richesse en mucilage lorsqu'elle est cueillie fraîche), ou pour ses pouvoirs sudorifiques (pour d'autres, c'est là que se trouve l'origine de son nom: abû araqBourrache — signifiant «père de la sueur» en arabe).


En usage externe, la Sauvage est aujourd'hui proposée sous la forme d'une huile (onéreuse) tirée de ses graines, qui présenterait des vertus adoucissantes, assouplissantes et revitalisantes... Bref, une caresse et un véritable élixir de jouvence pour la peau!



Le petit monde de Borago officinalis


Est-ce parce qu'elle a l'air suspecte, mal rasée et un poil toxique que la Bourrache n'attire presque aucune chenille de papillon de jour? Allez savoir... Toutefois, nous avons dit «presque»: il arrive que notre sauvage régale la chenille du Petit Nacré (Issoria lathonia), même si elle est loin d'égaler les Violettes, largement préférées par le papillon. La Bourrache n'est ainsi pas souvent citée dans la littérature comme plante-hôte larvaire du Petit Nacré. En Provence, le fait est avéré mais il demeure rare («La vie des papillons» de Tristan Lafranchis, 2015). Dans l'ouest de la France, seules deux observations en 1897 et 1912 attestent cette «relation» entre Bourrache et Petit Nacré ! («La lettre de l'Atlas Entomologique Régional n°14», mars 2001).


Issoria lathonia, Petit Nacré, Chastreix (63), crédit photo: Springfield

Le Petit Nacré, ici sur une Centaurée (Centaurea sp), recto verso!




Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

-Borago officinalis sur Tela-botanica


Lecture recommandée:

- La bourrache, une étoile au jardin de Bernard Bertrand (éditions de Terran)


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers Chilvert

Une Bourrache blanche? Peu courant, mais pas impossible... Quand on vous dit que la couleur est un critère d'identification peu fiable en botanique!



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Buglosse toujours verte, en rouge et bleu
> Héliotrope d'Europe, sur la plage abandonnée...
> Vipérine commune, la mellifère
> Myosotis: Ne m'oublie pas!
> Joyeuses Pâquerettes!
 

Mot-clefs de ce billet...
Boraginaceae comestible médicinale

Commentaires


Jean-Claude BLAIN   07/03/2019 13:16:07
Bonjour,

Animant la marche pour le climat le 16 mars à CHALLANS (85) j’envisage d’afficher votre petite « bande dessinée » sur le jardinage sans pesticides : puis je avoir votre autorisation ? Merci et félicitations pour votre blog que je decouvre
Norb   07/03/2019 14:52:14
Bonjour Jean-Claude, je vous réponds via message personnel ;) Norb

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Haies & forêts
> Bourrache officinale, la brave
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►