Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


Bourrache officinale, la brave
Date 23/03/2016
Ico Haies & forêts
Comms 2 commentaires

Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers quartier Chilvert

Bourrache officinale, Poitiers quartier Chilvert


Borago officinalis (Bourrache officinale ou Borage en poitevin-saintongeais) fait office de chef de clan chez les Boraginaceae, dont les membres affichent souvent un système pileux très développé (Consoudes, Buglosses, Vipérines, Myosotis...)! Son nom viendrait du latin burra, la «burre», une étoffe en laine grossière qui habillait les moines: une référence à la texture de ses feuilles rêches, garnies de poils durs.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain

Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain


Borago officinalis est une anuelle à croissance rapide. Elle aime l'eau, les sols riches en matière organique et les nitrates. Elle commence sa floraison dès que le pied atteint une quinzaine de centimètres (ce qui ne l'empêche pas de continuer à grandir ensuite): comme toute annuelle qui se respecte, la Sauvage vit dans l'urgence de la reproduction! En tout et pour tout, Borago officinalis est capable de fleurir 8 à 10 mois dans l'année...

La semaine des annuelles! Sauvages du Poitou
Ainsi, Borago officinalis disperse une multitude de graines, qui parviennent à maturité en des temps successifs et qui germent sans grandes difficultés. Si les conditions sont clémentes, la belle prend parfois des airs d'envahisseuse avec ses nouvelles pousses qui pointent autour du pied mère dès le mois de juin, et ce jusqu'aux premiers frimas de novembre. Le gel finit par nettoyer le terrain... Le reste des graines, ainsi que les pousses fraîches issues des derniers semis assurent le renouveau au printemps suivant (les jeunes rosettes de feuilles sont plus résistantes au froid; Borago officinalis est de ce point de vue parfois considérée comme une bisanuelle). Bref, une fois en place, la Bourrache quittera difficilement le terrain.

Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters quartier Chilvert
Fruits de la Bourrache (tetrakènes), Poitiers quartier Chilvert

Si vous achetez un sachet de graines pour l'introduire chez vous, il y a fort à parier que vous n'aurez plus jamais besoin de racheter d'autres semences. Si la Sauvage prend un peu trop ses aises, pas d'inquiétude, ses pousses reste faciles à contrôler via un arrachage manuel. Pendant que vous arracherez la belle, le peuple fourmi qui apprécie la teneur en huile de ses graines aidera la Sauvage à se propager sur le territoire en trimbalant ses fruits!

Phacélie, Bourrache et Vipérine: les bars à nectar! Sauvags du Poitou


Borago officinalis est une plante mellifère de première classe, au même titre que la Phacélie (Phacelia tanacetifolia) et la Vipérine (Echium vulgare), deux autres membres du clan Boraginaceae) semées par les apiculteurs pour booster la production. Les abeilles en raffolent, et c'est leur faire un beau cadeau que d'entretenir quelques pieds au jardin.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers chemin de la Cagouillère

Fleur de Bourrache officinale: 5 sépales, une corolle bleu intense à 5 lobes, 5 étamines en cône autour du pistil. Une Sauvage qui se butine la tête en bas! (abeille solitaire, Anthophora sp.)


Borago officinalis est une célèbre comestible: elle a été (et est encore) cultivée pour ses feuilles, ses fleurs ou ses graines. Des études récentes révèlent pourtant la présence d'alcaloïdes hépatotoxiques (concentrés dans la feuille et les tiges) susceptibles d'augmenter les risques de tumeur au foie (de même que chez la Consoude). Certes, personne n'est jamais tombé raide mort en croquant la belle; n'empêche que la considérer comme un met inoffensif est discutable (disons qu'il faudrait aussi considérer qu'un verre de vin est complétement inoffensif). S'il n'y a pas de quoi la rayer définitivement des assiettes, il convient de ne pas faire de Borago officinalis un régime soutenu et régulier.


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters bords de Clain Borago officinalis, Bourrache officinale, Poiters bords de Clain

Feuilles hérissées de poils piquants de la Bourrache officinale: alternes, les supérieures sessiles et embrassantes, les inférieures ovales et longuement pétiolées (pétiole ailé).


La Sauvage a pourtant été cultivée en tant que légume dans bon nombre de pays d'Europe (Espagne et Pays-bas par exemple), même si elle constitue rarement un plat principal; elle est généralement utilisée en accompagnement ou en assaisonnement dans les recettes. Crue, en salade (gare aux poils piquants!), Borago officinalis présente un léger goût iodé (certains diraient un goût d'huitre) inimitable.

- C’est la dernière fois que j’achète des fruits chez toi Tom! C’est ce que tu appelles frais? Il y avait plus de petites créatures poilues dans tes fruits qu’il n’y avait de fruit. Tu devrais ouvrir une boucherie, pas une épicerie.

(Arnaques, crimes et botanique, Guy Ritchie)

Ses feuilles peuvent ainsi agrémenter une omelette ou une soupe (gardez à l'esprit leur relative toxicité)... On peut aussi les faire frire en beignet, salés ou sucrés (en Grande Bretagne, on en fait d'excellent desserts au miel). Quant aux fleurs, inoffensives et comestibles (vous pouvez vous lâcher), elles sont très en vogue dans les restaurants où elles décorent agréablement les plats!


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain

Colonie de Bourrache officinale, Poitiers bords de Clain


Au fil de l'histoire, Borago officinalis s'est taillée une solide réputation de plante médicinale. Grecs et romains considéraient la Sauvage comme une source... De courage et de joie. Les fleurs de la plante, macérées dans du vin, étaient consommées pour se donner du baume au cœur avant la bataille, ou pour guérir les esprits mélancoliques. Certains auteurs rapprochent le nom Bourrache du celte barrach, «courage», peut-être parce que la Sauvage insufflait la bravoure à celui qui la mangeait ou la portait à sa boutonnière.


Borago officinalis, la brave! Sauvages du Poitou


Borago officinalis a aussi été utilisée en médecine populaire pour soigner et adoucir la toux (peut-être à cause de sa richesse en mucilage lorsqu'elle est cueillie fraîche), ou pour ses pouvoirs sudorifiques (pour d'autres, c'est là que se trouve l'origine de son nom: abû araqBourrache — signifiant «père de la sueur» en arabe).


En usage externe, la Sauvage est aujourd'hui proposée sous la forme d'une huile (onéreuse) tirée de ses graines, qui présenterait des vertus adoucissantes, assouplissantes et revitalisantes... Bref, une caresse et un véritable élixir de jouvence pour la peau!



Le petit monde de Borago officinalis


Est-ce parce qu'elle a l'air suspecte, mal rasée et un poil toxique que la Bourrache n'attire presque aucune chenille de papillon de jour? Allez savoir... Toutefois, nous avons dit «presque»: il arrive que notre sauvage régale la chenille du Petit Nacré (Issoria lathonia), même si elle est loin d'égaler les Violettes, largement préférées par le papillon. La Bourrache n'est ainsi pas souvent citée dans la littérature comme plante-hôte larvaire du Petit Nacré. En Provence, le fait est avéré mais il demeure rare («La vie des papillons» de Tristan Lafranchis, 2015). Dans l'ouest de la France, seules deux observations en 1897 et 1912 attestent cette «relation» entre Bourrache et Petit Nacré ! («La lettre de l'Atlas Entomologique Régional n°14», mars 2001).


Issoria lathonia, Petit Nacré, Chastreix (63), crédit photo: Springfield

Le Petit Nacré, ici sur une Centaurée (Centaurea sp), recto verso!




Pour aller plus loin:

- Identification assistée par ordinateur

-Borago officinalis sur Tela-botanica


Borago officinalis, Bourrache officinale, Poitiers Chilvert

Une Bourrache aux fleurs blanches comme neige? Les cas de dépigmentation ne sont pas rares chez les végétaux. Ce phénomène est peut-être dû à la mutation ponctuelle d’un des nombreux gènes qui participent à la synthèse des pigments et donc des couleurs des feuilles ou des fleurs.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Héliotrope d'Europe, sur la plage abandonnée...
Date 13/08/2015
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms Aucun commentaire

Heliotropium europaeum, Héliotrope d'Europe, Poitiers quartier Chilvert

Héliotrope d'Europe, Poitiers quartier Chilvert


Heliotropium europaeum (Héliotrope d'Europe) appartient au gang Boraginaceae, celui de la Bourrache; mais c'est surtout avec le Myosotis des champs (Myosotis arvensis) — la petite souris aux inflorescence caractéristiques en «queue de scorpion» — que l'air de famille est le plus flagrant.


Heliotropium europaeum, Héliotrope d'Europe, Poitiers Mérigotte

Inflorescences caractéristiques (cymes scorpioïdes) de l'Héliotrope d'Europe, Poitiers quartier Mérigotte


Heliotropium europaeum est une plante thermophile: elle s'épanouit sur les sols chauds et secs, souvent pierreux, brûlés par le soleil. C'est une Sauvage caractéristique des sols laissés à nu pendant l'été. En période de sécheresse estivale, sa santé insolente contraste avec le monde végétal qui grille autour!


Heliotropium europaeum, Sauvages du Poitou


Son nom vient des termes grecs Hêlios «soleil» et Tropo «se tourner vers»: la Sauvage, avide de chaleur, oriente tout au long de la journée son feuillage vers le soleil... En réalité, c'est là une caractéristique très commune chez les végétaux, thermophiles ou non!

Le seul rêve que je fais c’est la surface du Soleil, chaque fois que je ferme les yeux c’est toujours le même.
(Sunshine, Danny Boyle)

Heliotropium europaeum, Héliotrope d'Europe, Poitiers Bellejouanne

Jeune pousse d'Héliotrope d'Europe, Poitiers quartier Bellejouanne


Au cœur de l'été, Heliotropium europaeum dresse ses inflorescences blanches à 30cm de hauteur. La belle n'est pas rare dans le Poitou, même si ses colonies sont plutôt parsemées; elle est anuelle et se resème spontanément chaque année.


Heliotropium europaeum, Héliotrope d'Europe, Poitiers parc des expositions

Colonie d'Héliotrope d'Europe, Poitiers parc des expositions


Toute la plante est toxique (alcaloïdes), dangereuse pour l'homme comme pour les herbivores. Elle était autrefois réputée pour ses propriétés anti-verruqueuses; c'est pourquoi certains continuent de surnommer Heliotropium europaeum «Herbe aux verrues» (mais c'est le plus souvent la Grande Chélidoine, Chelidonium Majus, que les gens désignent par ce sobriquet).


Pour aller plus loin:

- Heliotropium europaeum sur Tela-botanica

- Identification assistée par ordinateur


Heliotropium europaeum, Héliotrope d'Europe, Poitiers Chilvert

Feuilles de l'Héliotrope d'Europe: simples, alternes, ovales ou elliptiques.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Vipérine commune, la mellifère
Date 07/08/2015
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Comms 2 commentaires

Echium vulgare, Vipérine commune, Poitiers bords de Boivre

Vipérine commune, Poitiers bords de Boivre


Echium Vulgare (Vipérine commune) appartient aux Boraginaceae, dont la Bourrache fait office de chef de clan; on reconnait d'ailleurs chez Echium Vulgare des traits familiers (je pense à la Bourrache mais aussi à la Buglosse), à commencer par sa grandeur (jusqu'à 1m de hauteur), sa piquante pilosité (évitez de l'empoigner à pleines mains!) et ses abondantes fleurs bleues! Le nom Vipérine (Echium en grec) viendrait de ses fleurs en forme de gueules ouvertes de serpents. Pour d'autres, le nom vient plutôt de l'utilisation ancienne et fantasque de la plante comme remède contre les morsures des reptiles. De toute façon, vous avez infiniment plus de chances de vous faire poinçonner par la Vipérine que par une Vipère : la pilosité de la plante est piquante, évitez de l'empoigner à pleines mains !

T’as pas le choix, faut que tu pisses sur mon pied. Ça tuera le venin. S’il te plaît, pisse dessus! Pipi là, sur mon pied! Fais pipi sur mon pied! Vas-y sinon c’est l’amputation! Pisse dessus!

(Lost les disparus, J.J.Abrams, D.Lindelof et J.Lieber)

Echium vulgare, Vipérine commune, Saint Benoît (86)

Grappe de fleurs de la Vipérine commune, décidément très reptilienne!


Echium Vulgare est bisanuelle. Lors de son premier été, elle développe une simple rosette de feuilles oblongues et lancéolées étalées au sol. Elle fleurit la seconde année, entre avril et août. Sa présence indique souvent un sol pauvre, peu profond, caillouteux, brûlé par le soleil, tant et si bien qu'on pourrait dire qu'elle est le signe (inquiétant ou non, suivant le contexte)... D'une absence de sol!


Echium vulgare, Vipérine commune, Poitiers quartier Chilvert

Jeune rosette de Vipérine commune, Poitiers quartier Chilvert


Echium Vulgare renferme un alcaloïde toxique (la cynoglossine, un paralysant proche du curare) en très petite quantité. Pas de quoi tirer la sonnette d’alarme, mais on évitera d'en faire recette, ne serait-ce qu’à cause de son piquant. Ses fleurs en infusion ont été utilisées pour soulager la toux, mais il faut noter que ses partie aériennes sont inscrites à la liste B de la pharmacopée française qui recense les plantes médicinales dont les effets indésirables potentiels sont supérieures au bénéfice thérapeutique attendu.


Echium vulgare, Vipérine commune, Poitiers bords de Boivre

Étourdie, une Vipérine rompt avec le traditionnel bleu de son clan et enfile des chaussettes blanches! (un phénomène accidentel mais pas forcément rare)


Malgré son surnom, la Vipérine n'intéresse guère les serpents. Ses fleurs attirent en revanche une foule de butineurs: abeilles, bourdons, papillons... L’Osmie crochue pourrait présider ce fan club bien fourni: les femelles de cette abeille noire à pilosité blanche, au vol nerveux, récoltent exclusivement le pollen bleu de la Vipérine pour le stocker dans les cellules de leurs nids d’argile.


Hoplitis adunca, Osmie crochue, Poitiers quatier gare

Osmie crochue (Hoplitis adunca, mâle), Poitiers quartier gare


Echium vulgare, Sauvages du Poitou


Faites l'expérience de vous poser quelques minutes, à la belle saison, devant un pied de Vipérine en fleur: c'est décoiffant tant ça grouille de vie! La Sauvage est mellifère au possible, pendant des semaines durant. On considère qu'un hectare de Vipérines permet aux abeilles de produire 300 à 400 kg de miel!

Où sont les veaux, les rôtis, les saucisses? Où sont les fèves, les pâtés de cerf? Qu'on ripaille à plein ventre pour oublier cette injustice!

(Les Visiteurs, Jean-Marie Poiré)

Incroyable Echium vulgare qui transforme le désert en festin... Si vous disposez d'un coin de terrain sec, caillouteux, très exposé, semez la belle et régalez les butineurs!


Phacélie, Bourrache, Vipérine: les bars à nectar! Sauvages du Poitou

Euplagia quadripunctaria, Écaille chinée, Béruges (86)
Écaille chinée (Euplagia quadripunctaria) sur Vipérine : au festival des mal rasés !


Pour aller plus loin:

- Echium vulgare sur Tela-botanica

- Identification assistée par ordinateur


Echium vulgare, Vipérine commune, Buxerolles

La Vipérine commune offre ses nombreux fruits (tétrakènes) à la fin de l'été, Buxerolles (86)

>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page