Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Initiation à la botanique joyeuse!
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


1 2 3 ... 20
Petite Pimprenelle, la mignonitude
Date 05/07/2020
Ico Prairies
Comms 1 commentaire

Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Poitiers quartier Chilvert

Petite Primprenelle: la mignonitude au jardin.


Poterium sanguisorba (Pimprenelle à fruits réticulés ou Petite Pimprenelle) appartient à la famille Rosaceae, où elle évolue entre les Roses et les Ronces, mais aussi les célèbres Cerisiers, Pommiers, Poiriers et autres géants; une famille assurément généreuse pour l'homme. Comme bon nombre de ses sœurs de sève (ce n'est pas une règle absolue), la Petite Pimprenelle présente des feuilles alternes, composées et nettement stipulées.


Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Biard (86)

Feuilles de la Petite Pimprenelle, composées imparipennées en 9 à 25 folioles dentées.


Les fleurs des Rosacées choisissent souvent d'arborer cinq pétales et cinq sépales, mais la Petite Pimprenelle joue la carte de l'originalité: ses fleurs regroupées en tête sont dénuées de pétales. Strictement mâles, strictement femelles ou hermaphrodites, elles n'en sont pas moins belles! Les fleurs femelles dominent au sommet (elles ressemblent a de minuscules anémones de mer rouges), les fleurs mâles pendouillent en bas, quelques fleurs hermaphrodites (aux étamines jaunes et courtes) assurent parfois la frontière entre dames et messieurs. Le tout formant un brushing rastafari plus flashy que le chignon de Lady Gaga un soir de bal.


Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Poitiers quartier Chilvert

Inflorescence de la Petite Pimprenelle : depuis leur calice à quatre sépales verts bordés de blanc, se dressent des stigmates rouges en haut (fleurs femelles). De longues étamines pendent en bas (fleurs mâles).


Alors que la plupart des Rosacées dépendent des insectes pour assurer leur pollinisation, la Petite Pimprenelle compte surtout sur le vent qui caresse ses cheveux (tous les insectes ne la boudent pas pour autant). Vous l'aurez compris : en séparant ainsi ses fleurs mâles et ses fleurs femelles, la Sauvage favorise la pollinisation croisée. D'autant plus que fleurs mâles et femelles n'arrivent pas forcément à maturité en même temps sur un même pied.


Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Poitiers quartier Chilvert

Love story de la Petite Pimprenelle: Monsieur au dessus, Madame en dessous, ne manque plus que le souffle du vent pour que ça matche!


La Petite Pimprenelle est une vivace commune qui pousse dans les prairies sèches, au bord des chemins ou dans les rocailles. Elle adapte sa prestance à la richesse de son milieu, se dressant entre 20 et 60 centimètres de hauteur entre mai et septembre. A titre de comparaison, sa grande sœur, la Grande Primprenelle (Sanguisorba officinalis), peut dépasser le mètre et se rencontre dans les milieux humides, avec une répartition très confidentielle en plaine. La Grande Pimprenelle est une espèce rare et déterminante pour tout le Poitou (elle est parfois introduite volontairement dans les jardins d'ornement).


En latin, Sanguisorba pourrait se traduire par «absorber le sang». Ce sont les parties souterraines de la Grande Pimprenelle qui sont inscrites à la liste la liste A de la Pharmacopée française. On leur reconnait des propriétés hémostatique, dues aux tanins concentrés dans les racines.


La Petite Pimprenelle ravira toutefois les amateurs de salade ou de pesto sauvages: ses feuilles fraiches, comestibles, présentent un léger goût de concombre. On peut éventuellement les laisser infuser à froid toute une nuit (une infusion normale, ou un séchage, risquerait d’anéantir sa saveur délicate) pour obtenir une boisson rafraîchissante et astringente, ses feuilles étant assez tanniques.


Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Poitiers quartier Chilvert

Petite Pimprenelle: l'envol d'une fée au jardin!

Tante Flora, Tante Pâquerette Tante Pimprenelle!

(La Belle au bois dormant, Walt Disney)

Surtout, son seul (pré)nom invoque à table ou au jardin une touche indéniable de poésie. Les plus anciens se souviendront de Nounours et de Pimprenelle, la poupée aux cheveux de laine, héroïne de la série Bonne nuit les petits. D'autre penseront à l'une des trois fées (celle qui porte une robe bleue) dans la Belle au bois dormant. Le calendrier républicain lui rend hommage vers le début du mois de mai, le 17ème jour du mois de Floréal. A l'heure où des prénoms comme Rose, Cerise ou Prune (d'autres Rosacées) ont le vent en poupe, Pimprenelle reste un prénom trop rare, fêté le jour de Sainte Fleur, le 5 octobre (ça ne s'invente pas). Alors si ce prénom est le votre, permettez moi de vous féliciter - considérez-vous comme une espèce protégée - et de vous dédicacer ce modeste article!



Poterium sanguisorba, Petite Pimprenelle, Poitiers quartier Chilvert

Orfèvrerie des fruits de la Petite Pimprenelle (akènes tétragones).



Le petit monde de Poterium sanguisorba


Dans les pelouses calcicoles poitevines, il est possible de croiser un petit papillon dont le vol typique, très rapide et bas, nous indique son appartenance à la famille des Hesperiidae (en français : les Hespéries): il s’agit de l’Hespérie des sanguisorbes (Spialia sertorius). Ses faibles dimensions et ses mœurs en rase-mottes en font un hôte discret, qui plus est localisé sur les pelouses maigres où vit sa plante-hôte favorite, la Petite Pimprenelle.

Il existe plusieurs types d’Hespéries et celle-ci fait partie d’un groupe où les individus ont le dessus des ailes gris/marron tachetées de blanc. Elles ne sont pas faciles à identifier. En Poitou, les plus communes de ce groupe sont l’Hespérie des sanguisorbes, l’Hespérie de la mauve (Pyrgus malvae) et l’Hespérie des potentilles (Pyrgus armoricanus). Toutefois, par rapport à ses cousines, l’Hespérie des sanguisorbes peut être reconnaissable avec un peu d’entraînement. D’abord, le dessus de ses ailes est rougeâtre avec des reflets bronze (plus mat et gris chez les deux autres). Ensuite, alors que l’Hespérie de la mauve et l’Hespérie des potentilles ont la quatrième tache blanche apicale des ailes antérieures décalée vers le bord de l’aile par rapport aux trois autres, l’Hespérie des sanguisorbes a les quatre alignées.

 Pyrgus malvae, Hespérie de la mauve (crédit photo Olivier Pouvreau)
Chez le genre Pyrgus (telle cette Hespérie de la mauve, Pyrgus malvae), la 4e tache de l'apex des ailes antérieures est décalée par rapport aux 3 autres.

Spialia sertorius, Hespérie des sanguisorbes (crédit photo Olivier Pouvreau)
Chez l'Hespérie des sanguisorbes, il est aligné, ce qui n'en fait pas un Pyrgus mais un Spialia!


Pour aller plus loin:

- Poterium sanguisorba: identification assistée par ordinateur

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Grande Consoude: la traumatologue
Date 15/11/2019
Ico Zone humide
Comms 2 commentaires

Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Clain

Colonie de Grande Consoude, Poitiers bords de Clain


Symphytum officinale (Grande Consoude) appartient à la famille Boraginaceae, aux côtés de la Bourrache officinale (Borrago officinalis), de la Vipérine commune (Echium vulgare) ou des Myosotis. Les membres de ce clan présentent souvent des inflorescences caractéristiques en «queue de scorpion» (cyme scorpioïde) et sont souvent couverts de poils raides: les Boraginacées doivent leur nom au latin burra, la «burre», une étoffe en laine rêche et grossière qui habillait autrefois les moines. Ainsi, les feuilles et les tiges anguleuses de la Grande Consoude sont vêtues d'une moumoute de poils hérissés non piquants.


Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Clain

Inflorescence en «queue de scorpion» de la Grande Consoude: des fleurs à 5 sépales et 5 pétales soudés en un tube.


La Grande Consoude est une vivace imposante (jusqu'à 120 centimètres de hauteur) qui s'installe de préférence dans les prés ou les boisements humides, à proximité de l'eau (rivières, étangs, marais...). Ses fleurs affichent des couleurs variées suivant les colonies (blanches, jaunes, roses, purpurines...). De plus, comme souvent chez les Boraginacées (voir notre article sur les Myosotis), la coloration des fleurs peut varier en fonction de leur maturité, indiquant aux insectes quelle corolle il convient de visiter en priorité.

Yo-ho, quel bonheur d’être un voleur! On vide les coffres et les pichets!

(Peter Pan, Walt Disney)

Les fleurs de la Grande Consoude présentent une caractéristique peu banale: les organes sexuels (pistil et étamines) bénéficient d'une double protection, celle du tube formé par les pétales, mais aussi celle de cinq écailles qui les recouvrent à l'intérieur de la corolle. Autant dire que cette forteresse met à mal certains butineurs invités par les couleurs et le parfum de la Sauvage (imperceptible pour l'homme). Les insectes munis d'une longue trompe tirent leur épingle du jeu, mais ce sont le plus souvent les bourdons qui profitent du trésor mellifère: ceux-ci peuvent forcer le passage, ou mieux, percer directement la base de la corolle grâce à leurs mandibules pour atteindre le précieux nectar.


Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Boivre

A l'intérieur du coffre-fort des fleurs de la Grande Consoude, 5 écailles forment un cône protecteur autour des organes sexuels.


Sauvages du Poitou: au voleur!


Une fois la corolle fracturée depuis l’extérieur par les bourdons, d'autres insectes profitent de l'ouverture. C'est là un véritable braquage végétal, puisque la Grande Consoude est délestée de son butin sans que les insectes ne viennent se frotter à ses organes sexuels. La Grande Consoude n'est donc pas une bonne reproductrice sexuée, la faute au blindage interne de ses fleurs! Heureusement, elle compense par une capacité de reproduction végétative très efficace qui lui permet de coloniser rapidement les espaces propices (sol profond, riche et humide). Championne du bouturage, elle peut aisément repartir depuis le moindre fragment de racine.


Bourdon et Consoude (Symphytum x uplandicum), Poitiers quartier Chilvert

Bourdon fracturant une corolle de Consoude par l’extérieur: au voleur!


De par sa biomasse imposante et sa vigueur, la Grande Consoude a été considérée comme une fourragère généreuse, apte à nourrir veau, vache, cochon, couvée... Autrefois, l'homme consommait parfois ses racines (pelées et cuites à l'eau) et surtout ses feuilles au goût légèrement iodé qui peuvent faire office de «filet de poisson végétal» (pané, testé et approuvé). Aujourd'hui, on considère qu'une consommation exagérée ou régulière de la Sauvage serait dangereuse pour l'homme, à cause de la présence d’alcaloïdes hépatotoxiques, particulièrement dans ses racines. La Grande Consoude rejoint donc la liste des aliments sympathiques-mais-dont-il-ne-faut-pas-abuser (quelque part entre les chips Springles et les fraises Tagada?).


Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Boivre
Feuilles entières, lancéolées et rêches de la Grande Consoude: un filet de sole végétal qu'il ne faut pas confondre avec les feuilles douces et très toxiques des Digitales (Digitalis spp)!

Pour ces même raisons, l'usage médical de la Grande Consoude ne retient aujourd'hui que les applications externes, abandonnant les usages internes. La réputation cicatrisante, analgésiante et anti-inflammatoire de la Sauvage à traversé les siècles depuis l'Antiquité: elle était utilisée pour soigner les fractures, les entorses, les élongations, etc. La Consoude tire son nom du latin consolida: elle est celle qui consolide et répare les os brisés. Son nom scientifique, Symphytum, dérive du grec symphyô qui signifie «réunir», «souder».

La Consoude sur Sauvages du Poitou!

La Grande Consoude doit peut-être sa réputation à la présence d’allantoïne qui favorise et accélère la prolifération des cellules. Ce sont le plus souvent les racines qui étaient utilisées, en cataplasme après décoction; aujourd'hui, on la trouve commercialisée sous forme de baume ou de pommade pour soigner toute sorte de bobos, qu'ils soient bénins, grands, de Paris ou d'ailleurs.

Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Boivre
Grande Consoude: des feuilles sessiles longuement décurrentes sur une tige anguleuse.

S'il est un endroit où les vertus de la Grande Consoude font l'unanimité, c'est encore au jardin. En plus que de proposer une floraison mellifère, spectaculaire chez certains cultivars ou espèces horticoles, la Sauvage permet de confectionner un purin magique pour le potager qui ferait passer la potion de Panoramix pour une simple tisane.

Les racines de la Grande Consoude s'enfoncent jusqu'à deux mètres de profondeur dans le sol, puisant des éléments minéraux inaccessibles à la plupart des herbacés. Emmagasinés dans son imposante biomasse, ces éléments peuvent être restitués en surface lors de la décomposition des feuilles. Ainsi, le purin de Consoude est un complément au célèbre purin d'Ortie, le premier apportant de la potasse et des éléments minéraux, le second de l'azote (à utiliser en alternance, dilués au 1/10 dans l'eau). L'un comme l'autre sont d'excellents engrais verts ou accélérateurs de compost.

Symphytum officinale, Grande Consoude, Poitiers bords de Boivre
Fruits lisses et brillants (tetrakènes) de la Grande Consoude.


Si la Grande Ortie manque rarement dans les jardins particuliers, la présence de la Grande Consoude est plus anecdotique. Il convient donc de l'importer si on veut la garder à portée de ciseaux. Il suffit pour l'inviter de prélever un morceau de tige et un bout de racine, puis de la replanter sur un sol profond. Mais en terrain propice, la belle peut se montrer envahissante et difficile à déloger une fois en place. C'est pourquoi on préfère généralement à la Grande Consoude des spécimens sélectionnés pour leur générosité, leur robustesse et leur stérilité (ils ne se ressèment pas). La variété la plus célèbre dans les potagers se nomme Bocking 14, un cultivar stérile de l'hybride fertile Symphytum x uplandicum, croisement entre Symphytum officinale, la Grande Consoude, et Symphytum asperum, la Consoude Hérissée... Dans la nature comme en horticulture, les métissages font lois!


Symphytum x uplandicum, Poitiers quartier Chilvert

Symphytum x uplandicum, un hybride qui se naturalise ici et là. Polymorphe, il mélange les caractéristiques de ses deux parents: feuilles peu décurrentes (feuilles longuement décurrentes chez l'Officinale / non décurrentes chez l'Hérissée), poils un peu piquants (non piquants chez l'Officinale / très piquants chez l'Hérissée).


Pour aller plus loin:

- Symphytum officinale sur Tela-botanica

- Symphytum officinale: identification assistée par ordinateur

- La Consoude est-elle toxique? sur le site passeportsante.net


Lecture recommandée:

- La Consoude, trésor du jardin de Bernard Bertrand (éditions de Terran)


Symphytum tuberosum, Consoude tubéreuse, Exireuil 79 (Puits d'Enfer)

Consoude tubéreuse (Symphytum tuberosum): une autre espèce indigène discrète (20 à 60 centimètres de hauteur) à la tige ronde et aux fleurs toujours jaunes claires. Sa répartition se limite à la moitié sud de la France.

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Garance voyageuse: la vie en rouge
Date 15/08/2019
Ico Haies & forêts
Comms 4 commentaires

Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Garance voyageuse rougissante en hiver


Rubia peregrina (Garance voyageuse) appartient au clan Rubiaceae, de même que les célèbres Gaillets (Galium spp). Les membres de cette famille présentent le plus souvent des tiges carrées, ainsi que des feuilles verticillées, c'est à dire disposées en couronne ou en étoile autour de la tige. Leurs fleurs sont généralement discrètes, à quatre ou cinq pétales. Celles de la Garance voyageuse pointent en été (entre juin et aout) cinq pétales jaunes pâles terminés en pointe. Elles sont réunies en cymes généreuses à l’aisselle des feuilles et à l’extrémité des rameaux, compensant leur discrétion par le feu d'artifice de leur assemblée.


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Fleurs de la Garance voyageuse en été: "Oh la belle verte!"

Peignons ces roses en rouge, du plus éclatant des rouges, il faut les peindre coûte que coûte sans en perdre une goutte!

(Alice au pays des merveilles, Walt Disney)

La Garance voyageuse est une vivace forestière qui aime la lumière et les sols secs. On la croise le long des lisières des forêts sèches, ou dans les bois clairs. Ses feuilles coriaces, brillantes et persistantes rougissent à l'approche de l'hiver. Le genre Rubia emprunte d'ailleurs son nom au latin ruber, rouge: les Garances sont des célèbres plantes tinctoriales. La Garance des teinturiers (Rubia tinctorum) a été largement cultivée, depuis la Grèce antique, son rhizome permettant d'obtenir une teinture rouge pur. La Garance voyageuse a parfois été utilisée en ce sens, mais sans connaitre d’industrialisation, ses racines plus minces offrant un colorant moins vif, rouge-orangé. Vous en conviendrez, il est difficile de se passer d'une touche de (nez) rouge dans la vie... Merci les Garances!


* Pas très drôle / Très drôle


La réalité est moins clownesque: le colorant produit à partir de la Garance des teinturiers a longtemps servi à teindre les pantalons de l'armée française, le rouge «garance» aidant les soldats à reconnaitre leurs pairs dans la fureur des combats. Mais il offrait aussi une cible de premier choix à l'ennemi, ce qui entraina son abandon au profit d'une culotte plus discrète, bleu horizon, à partir de la première guerre mondiale.

Dès le 19ème siècle, la chimie se substitue aux plantes tinctoriales. La Garance des teinturiers reste utilisée de nos jours par les artistes pour fabriquer des encres naturelles, des pigments ou des laques (peintures fines, aquarelles, huiles…).


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Des feuilles verticillées (2 à 5), ovales-lancéolées, persistantes, coriaces et surtout crochues: accroche toi à la Garance voyageuse, j'enlève l'échelle!

- Il serait possible de me coller à vous pendant quelques jours?

- Ah mais toute la vie si vous voulez!

(Taxi 3, Gérard Krawczyk)

Si les feuilles de certains Gaillets (Gaillet gratteron) sont réputées pour leur pouvoir agrippant, la Garance voyageuse n'a pas à rougir de ce côté : les siennes sont bardées d'aiguillons qui accrochent les fourrures des animaux ou les vêtements des promeneurs. La belle est capable de s’agripper au point de vous griffer superficiellement la peau. Ses crochets lui permettent d'ériger sa longue tige (ligneuse à la base, jusqu'à 2 mètres de longueur) vers la lumière en prenant appui sur d'autres végétaux, sur une clôture ou sur un grillage; à l'occasion, ils lui permettent aussi de faire un bout de route grâce à votre bas de pantalon, dispersant peut-être quelques fruits au passage.


Rubia peregrina, Garance voyageuse, Poitiers bords de Boivre

Baies de la Garance voyageuse en automne: "Hep taxi!"


Ses baies lisses et noires à maturité (légèrement toxiques et laxatives pour l'homme) sont surtout destinées à être picorées par les animaux, à commencer par les rouges-gorges. Des oiseaux rouges, forcément, qui propagent les fruits qu'ils consomment en les rejetant via leurs fientes. La Garance voyageuse est une habituée du «taxi crotte» (endozoochorie), empruntant les intestins des volatiles, des chèvres ou des moutons pour parvenir à ses fins. Pourtant, malgré son goût du voyage qu'elle porte jusque dans son nom (peregrina est «l'étrangère» en latin), la Garance voyageuse semble absente dans le nord et le nord-est de la France.


L'endozoochorie ou le taxi-crotte, Sauvages du Poitou!


On raconte que le lait, l'urine, la laine ou même le bec et les os des animaux qui consomment régulièrement la Garance voyageuse se teintent de rouge... Je ne saurais dire si c'est vrai, mais les jeunes feuilles tendres de la Garance voyageuse sont parfois grignotées par le Crache sang (Timarcha tenebricosa). Ce gros coléoptère aux élytres soudées (il est incapable de voler) se nourrit des Gaillets et apparentés. Dérangé ou menacé, il excrète des goutes d'hémolymphe rouge-orangé, une «encre» sanguine au goût peu appétant qui le protège de ses prédateurs. Bref, lui aussi fait dans le vermillon, surtout quand il voit rouge!


Timarcha tenebricosa, Crache-sang, bois de la Brie à Vivonne (86)

Crache-sang sur Garance voyageuse, bois de la Brie à Vivonne (86)


En guise de conclusion, impossible de faire l'impasse sur une célèbre revue qui emprunte le nom de notre Sauvage: depuis 1988, La Garance voyageuse livre directement dans la boite aux lettres de ses abonnés, saisons après saisons, des articles rigoureux, drôles, dessinés, forcément accrocheurs et attachants (Garance oblige) autour du monde végétal. Avis aux apprentis botanistes!


Pour aller plus loin:

- Rubia peregrina sur Tela-botanica

- Numéro de découverte de la revue La Garance Voyageuse

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 2 3 ... 20

Infos blog

Sauvages du Poitou

Promo

Incroyables plantes sauvages de Norbert Pacorel aux éditions Larousse
Ouvrage à paraître en Janvier 2021 aux éditions Larousse



MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page