Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Rencontres et billets d'humeur

Porcelle enracinée: une vie au ras des Pâquerettes

Date 10/09/2016
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Comms 2 commentaires

Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert


Hypochaeris radicata (Porcelle enracinée ou Vara en Poitevin-saintongeais) appartient au clan Asteraceae, le clan des fleurs à capitules (une inflorescence fournie qui prend l'apparence d'une grosse fleur unique). Encore une Sauvage à capitule jaune, à la mode «Pissenlit», qui rejoint la galerie des portraits de Sauvages du Poitou aux côtés des Laiterons, des Picrides, des Séneçons (Senecio vulgaris ou Jacobaea vulgaris) ou des «Laitues sauvages»... Vous vous en doutez, la liste est loin d'être terminée!


La grande galerie des Sauvages à capitule jaunes... Sauvages du Poitou!


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert

Porcelle enracinée, Poitiers quartier Chilvert


Hypochaeris radicata est une vivace à l'allure particulière: depuis une rosette de feuilles rêches et poilues, profondément ancrée et complètement plaquées au sol, se dressent de longues tiges nues, peu ramifiées, qui portent les fleurs en été.


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert

Jeune rosette de feuilles sessiles, rugueuses et poilues, à lobes arrondis de la Porcelle enracinée.


Hypochaeris radicata forme parfois des colonies importantes sur les sols abimés, piétinés, lessivés, à faible pouvoir de rétention (graviers, sables...). Mais on peut la croiser en toute situation et elle est souvent à l'aise en milieu urbain, même au cœur de la sécheresse. J'aime à croire (c'est de la botanique-fiction) que ses atouts sont le résultat d'une longue adaptation face aux attaques des jardiniers qui ne l'apprécient guère: bien malin celui qui réussira à la déloger, tant elle est ancrée et plaquée au sol... Puis son port à ras de terre lui permet de passer, sans frémir, sous les lames des faux et des tondeuses à gazon!


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert

Porcelle enracinée, Poitiers quartier Chilvert


A vrai dire, les rosettes d'Hypochaeris radicata lui fournissent un autre avantage: rien ne peut pousser sous son tapis de feuilles plaqué au sol, même pas quelques brins d'herbe, et la Sauvage assure ainsi sa place au soleil et ses ressources, sans partage!


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers gare

Fruits de la Porcelle enracinée, Poitiers quartier gare


C'est le vent qui se charge de disperser ses nombreux fruits (des akènes plumeux). Les semences ne germent qu'en présence de lumière. Ainsi, dans une zone de friche ou une pelouse trop haute, les graines d'Hypochaeris radicata en manque de soleil attendent leur heure... Et lorsque passe finalement la tondeuse à gazon (encore elle, ces deux là sont décidément faites pour s'entendre!), la Sauvage retrouve la lumière du jour et se décide à naitre, laissant rapidement la concurrence au tapis.


Hypochaeris radicata, Sauvages du Poitou!


Nul doute qu'avec l'aide du réchauffement climatique (les sécheresses prolongées n'inquiètent guère la Sauvage) et les patrouilles des tondeuses et des rotofils qui s’accélèrent depuis l'interdiction des produits phytosanitaires, le règne d'Hypochaeris radicata dans les rues, les parcs et les jardins, est à venir!


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert

Une pelouse rase et sèche à la fin de l'été: un petit coin de paradis pour la Porcelle enracinée!


Les anciens connaissaient bien la Sauvage, dont ils mangeaient les feuilles croquantes, cuites ou crues, comme le Pissenlit (La Porcelle enracinée est bien moins amère que ce dernier). On dit que les porcs raffolent de ses racines qu'ils déterrent de leur groin, d'où peut-être son nom de Porcelle...


En revanche, la Sauvage souffre d'une aura nettement moins sympathique auprès des éleveurs de chevaux: elle serait toxique (fraiche ou séchée), et serait peut-être à l'origine d'une altération de la locomotion (Harper) chez les chevaux qui la consomment (heureusement, la plupart boude naturellement la plante et ne la mange pas, mais il y a toujours un risque en cas de pénurie lors des sécheresses). Un sujet où de nombreuses inconnues subsistent... Mais il n'en fallait pas plus pour tailler une réputation exécrable, et celle d'Hypochaeris radicata semble belle et bien faite!


Pour aller plus loin:

- Hypochaeris radicata sur Tela-botanica

- Identification assistée par ordinateur


Hypochaeris radicata, Porcelle enracinée, Poitiers Chilvert

Les bractées sont souvent un indice d'importance pour identifier un membre du clan Asteraceae; celles de la Porcelle enracinée sont pointues, disposées irrégulièrement, légèrement poilues, et se recourbent à maturité.



Vous avez aimé ce billet ?

 

Vous aimerez peut être...
> Pétasite odorant, la Sauvage au chapeau
> Cours de botanique joyeuse!
> Stellaire holostée, la chlorophylle sur les os
> Laiteron potager, la Sauvage et le pot au lait
> Les 10 Sauvages communes qu'on ne désherbera plus au jardin
 

Mot-clefs de ce billet...
Asteraceae comestible

Commentaires


Ana2Lyne   10/09/2016 11:28:01
Il y a donc plusieurs pissenlits et chaque fleur est multiple? Pourquoi les nomme-t-on toute "pissenlit" d'où vient ce nom, toutes ne se consomment pas ? son fan club :) c'est aussi les enfants, quand ils arrachent la fleur "pour maman", quelle conséquence pour la plante, elle recrée son bouquet de fleurs? (Il y a surement des réponses sur le site, je m'en vais explorer cette merveille... Chapeau! c'est un superbe travail !
Norb   12/09/2016 07:11:04
Bonjour, lorsque je dis «Sauvage à capitule jaune à la mode Pissenlit», je veux dire que ces Sauvages ressemblent au Pissenlit de par leurs fleurs, non pas qu'elles sont des Pissenlits. Ce sont bien des espèces différentes, même si elles se ressemblent fort (elles appartiennent à une même famille dite «Astéracée»). Pour tout savoir du véritable Pissenlit:
http://www.sauvagesdupoitou.com/83/342
Chez les Astéracées, chaque fleur est multiple en effet, c'est le principe du capitule développé dans cet autre article:
http://www.sauvagesdupoitou.com/88/500
Enfin, une Sauvage, lorsqu'elle est vivace (c'est le cas du Pissenlit), est bel et bien capable de renaître depuis sa «souche» ou de ses racines, quand bien même on aurait arraché ses fleurs pour en faire un bouquet!

Ajouter un commentaire


La validation des commentaires se fait manuellement par l'administrateur du blog. La publication de votre commentaire se fera donc une fois que l'administrateur du blog l'aura accepté. Toutefois, si votre commentaire ne respecte pas les conditions d'utilisation ou s'il est considéré comme spam, il sera supprimé sans être publié.

Auteur
Email
 
(facultatif et caché)
Site web
 
(facultatif)
Message

Ico Valider


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Villes, chemins & terrains vagues
> Porcelle enracinée: une vie au ras des Pâquerettes
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page  
◄ ►