Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Rencontres et billets d'humeur
Tri  


1 ... 4 5 6 7 8
Sauvages de ma rue: tous botanistes!
Date 15/03/2016
Ico Rencontres et billets d'humeur
Comms 2 commentaires

http://sauvagesdemarue.mnhn.fr/

Je suis le plus grand botaniste de cette planète!

(Seul sur Mars, Ridley Scott)

«Sauvages de ma rue» est un programme de science citoyenne, initié par le Muséum d'histoire naturel à Paris et Tela-botanica, l'incontournable portail des botanistes francophones sur le web. Ce programme vise à observer et étudier la flore spontanée des villes françaises: chaque avancée en ce sens permet de mieux comprendre le rôle fondamental des Sauvages dans la cité (et, de par la même, d'éduquer les municipalités et les populations). A savoir...


Poa annua, Pâturin annuel, Poitiers place Maréchal Leclerc

Pâturin annuel place du Maréchal Leclerc à Poitiers: le dernier des Mohicans?


Des herbes folles riches et variées en ville sont l'assurance d'une faune riche et variée. A l'inverse, un milieu végétal qui s’appauvrit, c'est un habitat qui s’appauvrit et la disparition programmée d'un carnaval d'insectes, d'oiseaux et de petits animaux. Au bout du compte, la cité devient invivable, y compris pour le gros animal que nous sommes (si, j'insiste).

Au delà, la flore spontanée rend de nombreux services à la collectivité: de par son couvert, elle régule les micro-climats caniculaires, provoqués en partie par l'omniprésence du minéral en ville (trottoir, route, parking, bâtiments...). Elle stabilise les sols, assure les écoulements d'eau (via son réseau racinaire), réduisant ainsi les risques d'inondations. Elle purifie les eaux, la terre, l'air que nous respirons (voir par exemple le rôle du Lierre grimpant face au benzène des gaz d’échappement)...

Mais surtout, côtoyer les Sauvages peut nous rendre heureux! A l'heure où 4/5ème de la population européenne vivent dans des espaces urbains, les herbes folles et les espaces verts sont pour beaucoup d'entre nous le seul contact quotidien avec la nature.... Il n'est pas nécessaire de transformer les Sauvages en sachet de tisane pour pouvoir profiter de leur effets déstressants! Il suffit de leur prêter attention et d'apprendre à mieux les connaitre, au fil des saisons. Devant chez soi ou sur la route du travail, elles ont tellement à raconter et à offrir!

Taraxacum sect. Ruderalia, Pissenlit dent-de-lion, Poitiers Saint Cyprien
Sauvages de nos villes, quelques grammes de poésie et de tendresse dans un monde...

Une des ambitions du programme «Sauvages de ma rue» est précisément de nous aider à faire connaissance avec les herbes vagabondes de notre propre quartier. Comme il serait compliqué, même pour un gang de scientifiques musclés et motivés, de parcourir chaque rue dans chaque ville de France, c'est là que vous rentrez en jeu!
Sciences participatives: We need you!
- Je suppose que vous n’avez pas la moindre compétence dans le domaine scientifique!
- J’ai disséqué une grenouille, une fois...
(Avatar, James Cameron)

«Sauvages de ma rue» met à votre disposition (à travers son site et ses publications) les outils nécessaires pour démarrer une carrière de botaniste amateur, en découvrant et en observant les 240 espèces emblématiques de nos cités. Sur ces bases, c'est à vous de parcourir votre ville en long, en large et en travers, avant de retourner vos comptes rendus aux scientifiques qui les compileront (tout se fait en ligne, via des formulaires simples), et ce dans la mesure de vos capacités et de vos progrès.


La botanique est une science joyeuse, mais jamais autant que lorsqu'elle est pratiquée entre amis! Ça tombe bien, les relais locaux ne manquent pas (se référer à la carte sur le site officiel du programme pour trouver d'autres passionnés près de chez vous). Et si ce n'est pas le cas, libre à vous d'initier un groupe, entre voisins, où chacun partagerait ses connaissances comme il peut, là où il en est.
- Vous trouvez pas qu'elle est... Bizarre?
- C'est le moins que l'on puisse dire... Mais qu'est ce que c'est que cette drôle de plante?
- Je sais pas... Une Dionée je pense, de la famille des «gobes mouches», mais je ne l'ai encore trouvée dans aucun de mes bouquins.
(La Petite Boutique des horreurs, Frank Oz)
Le Centre Permanent d'Initiatives pour l'Environnement Seuil du Poitou assure le relais de Sauvages de ma rue pour le département de la Vienne. En  2016, les animateurs du CPIE Seuil du Poitou invitent les amoureux de la chlorophylle (et du macadam) à se retrouver les mardis soirs lors d'after work, entre 18h et 19h30, le temps d'arpenter une ou deux rues. C'est gratuit, chacun apporte son bagage, quel qu'il soit: connaissances, livres personnels, ou sa simple curiosité... Au plaisir de vous croiser, au détour d'un trottoir!

Poitiers

Mardi 5 Avril : rue des Caillons (rdv parking Bajon)
Mardi 14 Juin : chemin du Bas de Sables (rdv vers n°10 de la Promenade des Cours)
Mardi 30 Août : rue des Frères Montgolfier (rdv centre socio culturel de la Blaiserie)
Mardi 6 Septembre : rue des Prés Mignons (rdv parking du parc des Prés Mignons)

Châtellerault

Mardi 12 Avril : rdv Place Ferdinand Buisson
Mardi 5 Juillet : rdv devant l'entrée de la salle l'Angelarde
Mardi 9 Août : rdv devant l'office du tourisme du Pays Chatelleraudais
Mardi 11 Octobre : rdv devant l'entrée principale du parc des Vergers

Vouneuil-sous-Biard

(en partenariat avec l'association du Triton de Vouneuil)
Mardi 3 Mai : rue du Petit Firmin (rdv parking de l'école Jacques Yves Cousteau à Pouzioux la Jarrie)
Mardi 12 Juillet : rue des Cèdres et rue des Moulins

Nouaillé-Maupertuis

Mardi 26 Avril: sentier des Douves (rdv parking de l'Abbaye)
Mardi 20 Septembre : route des Roches (rdv place Philippe le Hardy)

Sèvres-Anxaumont

Mardi 7 Juin: rdv devant la mairie
Mardi 2 Août: rdv devant la mairie

Colombiers

Mardi 10 Mai: rdv devant la mairie
Mari 13 Septembre: rdv devant la mairie

Cenon-sur-Vienne

Mardi 28 Juin: rdv devant la mairie
Mardi 4 Octobre: rdv devant la mairie

Pour tous ces rendez-vous, renseignements et inscriptions: 0549851166 ou cpie-seuil-du-poitou@wanadoo.fr
Rue des Caillons à Poitiers
Premier rendez-vous de la saison 2016 rue des Caillons à Poitiers
: la richesse d'un jardin botanique concentrée dans la rue la plus étroite du centre ville!

Pour aller plus loin:
- Sauvages de ma rue, le site officiel.
- Tela botanica, le portail des botanistes (amateurs ou professionnels) francophones.
- Vigie Nature rassemble plusieurs programmes participatifs d'observation de la nature en France.
- CPIE seuil du Poitou, relais local de «Sauvages de ma rue» pour les habitants de la Vienne (86).

- Le Mooc Botanique de Tela Botanica, une formation en ligne, gratuite, pour se lancer dans la grande aventure botanique!

Plus jamais seuls sur Mars avec le MOOC Botanique!

*Clin d’œil au film Seul sur Mars, où le héros, tel un Robinson spatial, survit à la rudesse de la vie martienne grâce à quelques pommes de terre et surtout grâce à ses connaissances en botanique!

Lecture recommandée:
- Sauvages de ma rue, le guide sur la flore urbaine de Nathalie Machon
- Guide des plantes des villes et des villages de Gérard Guillot

Comptes rendus de sorties:
- Un observatoire sauvage chez soi (Nouvelle république, Sèvres-Anxaumont)
- Des sauvages dans ma rue (Nouvelle république, Poitiers)
- Sauvages de ma rue à Vouneuil-sous-Biard (blog du CPIE seuil du Poitou)

Sauvages de ma rue dans le Poitou, tous botanistes!
Tous botanistes à Vouneuil-sous-Biard (en haut) et Sèvres-Anxaumont (en bas)! (saison 2016)

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Heureuse année 2016!
Date 01/01/2016
Ico Rencontres et billets d'humeur
Comms Aucun commentaire

Je vous souhaite une année heureuse et fleurie! En 2016, semons de la tendresse, des sauvages et de la poésie! Norb


>Voir le billet et ses commentaires...
 

Laisser pousser la mauvaise herbe, la poésie et l'imagination!
Date 06/12/2015
Ico Rencontres et billets d'humeur
Comms 2 commentaires

La mauvaise graine attaque la ville!


Malgré ma tendresse pour les Sauvages de nos villes et de nos campagnes, je ne suis pas de ceux dont le poil se hérisse lorsque j'entends parler de «mauvaises» herbes: après tout, il n'est pas toujours vexant de se voir affubler un tel sobriquet. De nos jours, il suffit de sortir un peu du rang, pour devenir un(e) mauvais(e) garçon(fille). De même pour nos Sauvages qui poussent là où certains préfèreraient voir une zone de stationnement bien rangée, plutôt que le doux chaos d'une prairie fleurie. Bien sûr, l'utilité d'un parking peut toujours se défendre; mais guère plus que la nécessité d'un pied de Pissenlit au cœur de la ville (demandez son avis à une abeille!).


Taraxacum sect. Ruderalia, Pissenlit, Poitiers Chilvert
Pissenlit, Poitiers quartier Chilvert

Mauvaises herbes: espèces spontanées des cultures, même belles, rares et peu nuisibles... (Yves Baron, Les plantes sauvages et leurs milieux en Poitou Charentes)

Les défenseurs des Sauvages parlent généralement d'herbes «adventices», plutôt que de porter un jugement de valeur en qualifiant le végétal de «mauvais». L'expression est rigoureuse: elle prend source dans le latin adventicius, littéralement «ce qui vient d'en dehors» (de ce qui est voulu). Cette définition est juste dans les cultures et les potagers: le jardinier qui a semé des carottes ne s'attend pas à récolter une salade de Liseron! Pourtant, j'ai souvent constaté que pour le commun des mortels (on a rarement de grands projets agricoles pour le bout de trottoir devant notre porte), une mauvaise herbe est avant tout une herbe dont on ne connait ni le nom, ni le caractère, ni la légende...


La confrontation à l'inconnu, fusse-t-il un simple brin de Pâturin, déclenche chez l'être humain une tension souterraine, rarement agréable, qu'il est facile de soulager par un épandage de Roundup! Heureusement pour nous, il existe un tout autre remède pour faire face à l'inconfort d'une rencontre inopinée: écouter l'histoire de l'étranger qui pointe son bourgeon.

Avez-vous récemment fait une rencontre? Une rencontre plutôt inhabituelle?

(Rencontre du troisième type, Steven Spielberg)

Non pas la fable de la mauvaise herbe, ou celle de l'herbe adventice, mais plutôt le long voyage, riche de milles rencontres, de ce morceau de chlorophylle coincé entre deux pavés; le récit de sa généalogie, le poème caché derrière son nom, ses amours, ses guerres... Son utilité aussi (culinaire ou médicinale), mais on ne serait se contenter de ce seul point de vue. Ce serait comme résumer une grand œuvre de musique classique à son utilisation dans un spot de publicité.


Polygonum aviculare, Renouée des oiseaux, Poitiers Gare

Renouée des oiseaux, un poème à piétiner! Poitiers quartier Gare


Il y a quelque temps, je croise une amie du quartier, un bidon d'herbicide à la main, en train de gazer un gang de Géraniums sauvages devant chez elle. Je la salue, on cause un peu météo, et j'en profite pour lui glisser l'incroyable épopée de la Sauvage condamnée sous sa botte: son nom de baptême (Geranium dérive du grec Geranos, la «grue», car ses fruits présentent des pointes ressemblant au bec du volatile), sa vaillance face aux intempéries, son rôle dans le paysage, ses qualités... Finalement, ma chère voisine abandonne son projet assassin: difficile de brûler quelqu'un dont ont vient de faire la connaissance! Mais difficile également de tolérer la présence d'un réfugié dans sa cour, tout sympathique qu'il soit. Alors la coquine me lance: «Vous ne voulez pas le prendre pour chez vous?». L'important ici, c'est que l'imaginaire avait fait irruption dans la situation et qu'une toute autre scène était en train de se jouer.  La vie commençait déjà à retrouver ses droits.

Messieurs, vous avez eu ma curiosité, maintenant, vous avez toute mon attention.

(Django Unchained, Quentin Tarantino)

La nature souffre, plus que tout, de notre manque de curiosité. L'homme à l'écoute des histoires naturelles qui l'entourent peut difficilement se comporter en vandale. Qui sait, le désherbage pourrait même devenir un acte d'humilité et de tendresse s'il s'accompagnait de poésie et de compréhension!


Chers amoureux des oiseaux, des papillons, des ours polaires en plein naufrage, des Sauvages sur terre ou sous l'eau, n'ayez de cesse de raconter la nature, de dénicher et de semer les graines de sa mythologie et de sa connaissance. Car protéger la nature commence par protéger et nourrir notre propre imagination... Et la poésie, son langage!


L'étoile du Shérif de Sauvages du Poitou

Pour continuer la promenade:

- L'éloge aux mauvaises herbes de la Cabane de Tellus

- L'association Cueillir pour raconter la mauvaise herbe avec le sourire!

- La rubrique Plantes du blog Books of Dante, les Sauvages à travers l'histoire

- Le blog Une touche de vert, parce que raconter, c'est aussi dessiner!

>Voir le billet et ses commentaires...
 

1 ... 4 5 6 7 8

Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
> Rencontres et billets d'humeur
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page