Ico Cours de botanique joyeuse!
Ico Liste des Sauvages par noms
Ico Retrouver une Sauvage par l'image
Ico Villes, chemins & terrains vagues
Ico Prairies
Ico Haies & forêts
Ico Murs et rocailles
Ico Zone humide
Ico Grand banditisme (invasives)
Ico Bestioles
Ico Rencontres et billets d'humeur

Résultat de votre recherche


Nous voulons des Coquelicots!
Date 12/05/2019
Ico Prairies
Comms 4 commentaires

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Coquelicots: le bonheur est-il dans le pré?


Papaver rhoeas (Coquelicot) est probablement le membre le plus connu de la petite famille Papaveraceae, un clan dans lequel s'affiche quelques spécimens déjà croisés dans les pages de Sauvages du Poitou, tels que la Grande Chélidoine (Chelidonium majus) ou le Pavot californien (Eschscholzia californica). Ces sauvages affichent des fleurs spectaculaires et éphémères à quatre pétales (chiffonnées dans leur bouton), flanquées d’une bardée d’étamines. Les célèbres Fumeterres et autres Corydales (Fumaria spp, Pseudofumaria spp, etc.) ont également rejoint ce clan à l'issu d'un des derniers mercatos de la botanique (classification APG III).

- Qu’est ce que vous êtes belle Georgette quand vous rougissez. On dirait une fleur des champs.

(Le fabuleux destin d’Amélie Poulain, Jean-Pierre Jeunet)

Le nom Coquelicot viendrait tout simplement de «Cocorico», le chant du coq, les pétales de la Sauvage ayant emprunté la couleur et la forme de la crête du volatile. Une couleur dont il est possible d'extraire un colorant rouge pâle. Le Coquelicot est une candidate tinctoriale évidente: il suffit de presser ses pétales entre ses doigts pour en entrevoir le potentiel rosé.

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard (86)
Certaines légendes racontent que le Coquelicot a pris sa couleur sur les terres ensanglantées et ravagées par Gengis Khan au 12ème siècle: le Coquelicot qui aime les sol perturbés était une des premières à refleurir sur les champs de bataille.

Si notre coq végétal fleure bon la volaille et la ferme, c'est peut-être parce qu’il représente la plante messicole par excellence. Messicole signifie littéralement «qui habite les moissons». A l’image de la superbe Nielle des blés (Agrostemma githago) ou des Bleuets (Centaurea cyanus), le Coquelicot est une Sauvage d'origine étrangère qui s'est naturalisée en France grâce aux cultures céréalières d'hiver. Les messicoles se sont installées autour des champs régulièrement retournés et perturbés, le rythme des labours et des récoltes offrant un partenaire idéal à leur cycle de vie (elles sont pour la plupart annuelles)... Jusqu'à la deuxième moitié du 20ème siècle.

Les nouvelles cultures (maïs, tournesol...), la mécanisation des moyens de désherbage, l’apport d'engrais (favorisant d'autres candidates nitrophiles) et l'usage intempestif d'herbicides leur est défavorable depuis quelques décennies. Une espèce messicole du Poitou-Charentes sur trois a aujourd’hui disparu depuis plusieurs dizaines d’années.

Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Sépales velus du Coquelicot qui tombent à la floraison, Biard (86)


Nous voulons de Coquelicots! Sauvages du Poitou

L'appel associatif lancé à la fin de l'été 2018 «Nous voulons des coquelicots» est un des reflets du souhait d'évolution vers une agriculture qui s'harmoniserait avec la flore et la faune associée. Un curieux choix de cocarde d’ailleurs, le Coquelicot étant une messicole particulièrement résistante aux herbicides, problématique pour les cultures (colza et céréales).

Mais c'est ainsi que le Coquelicot est redevenu une fleur épinglée à la boutonnière, à l'image de celle portée par les anglais au sortir de la première guerre mondiale pour honorer les vétérans et les héros morts au combat. Le Coquelicot était la Sauvage reine des champs de bataille: le sol labouré par les obus leur offrait un terrain proche des champs retournés par les tracteurs.

Et puisqu'on évoque nos amis anglais, impossible de ne pas prononcer à haute voix le nom du Coquelicot outre-Manche: Poppy. Il est «la poupée», peut-être à cause des petits personnages qu'on peut confectionner à partir de ses fleurs, de quelques brins d'herbe et d'un soupçon de magie...


Papaver rhoeas alias Poppy! Sauvages du Poitou

On retourne les pétales, les attachant avec une tige de plantain pour former la taille et les bras. Une brindille plantée sous la jupe fait office de deuxième jambe... Hello Poppy!


Étrangement, la toxicité du Coquelicot est souvent exagérée. J'ai pour ma part grandi avec la consigne de me laver les mains après avoir joué avec ses pétales rouges, sous peine de finir ma journée sous le joug d'une effroyable colique... D'autres agrémentent les plats ou les pains de ses graines, quand ils ne décorent pas les salades avec ses fleurs. Alors, le coquelicot est-il comestible ou non?


Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Quand le Coquelicot dévoile sa cape de Superman... Aurait-il quelques supers pouvoirs?

- Tu t'y connais un peu en cocaïne?

(Scarface, Brian De Palma)

Pour le quidam, Coquelicots et Pavots, c'est un peu Schtroumpf vert et vert Schtroumpf (en fait Schtroumpf rouge et rouge Schtroumpf): les espèces les plus communes, regroupées sous le genre Papaver, sont souvent confondues. Presque toutes contiennent un cocktail d'alcaloïdes aux propriétés somnifères, sédatives ou analgésiques, potentiellement toxiques à forte dose. En réalité, il faudrait considérer les substances narcotiques concernées espèce par espèce (l'ouvrage Opium Poppy: Botany, Chemistry, and Pharmacology de L.D. Kapoor est riche d'informations en la matière).


Papaver somniferum, Pavot officinal, Poitiers quartier Chilvert

Fleur éphémère du Pavot officinal au jardin: de nombreuses variétés ont été développées par l'horticulture, pour le plaisir des yeux.


La dangerosité supposée des Coquelicots viendrait d'une confusion avec celle du Pavot officinal (Papaver somniferum). Ce dernier renferme une grande concentration d'alcaloïdes opiacés, telles la codéine ou la morphine, surtout chez certaines variétés cultivées dans ce but. On extrait l'opium à partir de son latex, dont les produits dérivés médicinaux ou narcotiques (héroïne...)  sont connus pour la forte dépendance qu'ils développent chez leurs consommateurs. Le Pavot officinal, souvent planté au jardin pour la beauté de ses fleurs éphémères, peut donc légitimement être considéré comme étant toxique, à commencer par ses tiges et ses capsules, les feuilles renfermant peu de latex.


Accroc aux Coquelicots? Sauvages du Poitou!


Papaver vient du celtique papa signifiant «bouillie», parce que l'on mélangeait autrefois les graines du Pavot officinal dans la bouillie des enfants pour mieux les faire dormir. Les graines du Pavot officinal ne présentent théoriquement aucun risque: ce sont d'ailleurs ces mêmes graines, dépourvues d'alcaloïdes, qu'on utilise en cuisine (là aussi, des variétés ont été sélectionnées en ce sens). En pratique, il arrive cependant que les graines soient souillées par le latex des capsules lors de leur préparation. Des études récentes révèlent la présence, certes minime, de morphine jusque dans les urines des amateurs de pain aux graines de pavot (voir cet article du Monde)... Pas de quoi se priver d'une tranche de pain bien sûr!


Papaver rhoeas, Coquelicot, Biard aéroport (86)

Les feuilles du Coquelicot, généralement alternes, présentent des formes très variables, souvent fortement découpées.


De son côté, notre Coquelicot (Papaver rhoeas) contient aussi une belle palette d'alcaloïdes. La morphine en fait partie, mais dans une proportion infime et seulement au niveau des capsules. Chez lui, c'est surtout la rhoeadine qui importe, présente dans toutes les parties de la plante, des racines jusqu'aux pétales. L'usage de ses pétales, recensés dans la liste A de la pharmacopée française, lui reconnait un léger pouvoir sédatif et calmant, mais pas soporifique. Il n'est donc pas complètement innocent mais son usage ponctuel ne recèle à priori pas de grands dangers (quelques cas d'intolérances ont été évoqués ici et là). Ses jeunes feuilles ou ses boutons floraux sont d'ailleurs consommées, crus ou cuits, dans de nombreux pays (confère Le Régal végétal de l'ethnobotaniste François Couplan). La prudence nous invite à ne pas en consommer un plein saladier ou en faire des cures prolongées. Reste à ne pas le confondre avec d’autres espèces proches…


Papaver dubium, Pavot douteux, Poitiers quartier Chilvert

Mais quel est ce Coquelicot? Quand le Pavot douteux (Papaver dubium) nous fait douter... Notez les poils appliqués sur la tige, contre des poils hérissés chez le Coquelicot.


Le genre Papaver est riche de 8 espèces en France (110 dans le monde). On peut mentionner: le Pavot douteux (Papaver dubium), commun en tout lieu, ou le Pavot argémone (Papaver argemone) et le Pavot hybride (Papaver hybridum), deux messicoles moins répandues. Ces Pavots se rapprochent sensiblement du Coquelicot en apparence comme en qualités. En cas de confusion, leur consommation raisonnable ou ponctuelle ne présente pas de risques, même si le Pavot douteux peut nous insuffler quelques doutes de par sa teneur en aporéine (le botaniste Paul-Victor Fournier le considère comme potentiellement toxique). Surtout, il serait dommage de croquer le Pavot argémone ou le Pavot hybride, tant leurs rangs se parsèment au fil des années, à l'image de la plupart des messicoles. Nous voulons des Coquelicots, mais pour les admirer, pas pour les manger!


Papaver spp, Sauvages du Poitou!


Alors comment distinguer les Coquelicots/Pavots les plus courants? Le critère d'identification le plus abordable repose sur l'observation des capsules: elles sont en forme de vase et glabres chez P.Rhoeas (1), allongées et glabres chez P.dubium (2), allongées et velues chez P.agremone (3), courtes, arrondies et velues chez P.hybridum (4).


Aylax papaveris sur Papaver dubium, Poitiers quartier gare

Si l’identification des Pavots repose en partie sur leurs capsules, une petite guêpe (Aylax papaveris) peut brouiller les pistes. En pondant dans les fruits, elle provoque une « galle » (ici sur Papaver dubium) qui fait enfler la capsule jusqu’à trois fois sa taille ! A l’intérieur du fruit atrophié, plusieurs loges servent d’abri et de garde-manger bien rempli aux larves de l’insecte.


Pour aller plus loin:

- Papaver Rhoeas sur Tela-botanica

- Papaver Rhoeas: identification assistée sur ordinateur

- Papaver dubium sur Tela-botanica

- Papaver dubium: identification assistée sur ordinateur

- Le Coquelicot à travers l'histoire sur le blog Books of Dante


Lecture recommandée:

- Le Coquelicot poète des champs de Bertrand Bernard

- Plantes de poilus de Denis Richard

- Opium Poppy: Botany, Chemistry, and Pharmacology de L.D. Kapoor

Papaver rhoeas, Coquelicot, Poitiers quartier gare

Coquelicot: il est interdit de franchir la ligne blanche!

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Le grand voyage des Sauvages... En chanson!
Date 07/02/2017
Ico Cours de botanique joyeuse!
Comms 10 commentaires

Le grand voyage des Sauvages avec Sauvages du Poitou!


Au premier abord, le mouvement semble différencier le règne végétal du règne animal: la plante reste «plantée» pendant que l'animal se promène. Pourtant, les Sauvages aussi ont le goût du voyage. Vous l'avez sans doute remarqué: aussitôt chassée du jardin, la «mauvaise herbe» revient. Mieux encore, voilà que pousse devant notre porte une Sauvage qui n'était pas là l'année précédente. Un cadeau surement... Mais par où la vagabonde est-elle entrée?


La stratégie des Sauvages est double. Premièrement, il s'agit d'emmagasiner un maximum de générations futures sous terre. Les graines attendent leur heure, parfois des années durant (on appelle cette capacité à veiller en attendant le retour de conditions favorables la dormance). Le sol est une gigantesque banque de semences en train de roupiller. C'est pourquoi certains jardiniers pratiquent le «faux semis» avant de planter leurs rangs de légumes: ils grattent la terre en surface quelques semaines avant le démarrage des cultures, puis attendent en embuscade, binette à la main... Les pionnières ne tardent pas à jaillir du sol brassé, révélant le potentiel du terrain (voir notre article sur le petit jardin du hasard et les plantes pionnières).


Deuxièmement, les Sauvages cherchent à envoyer leur progéniture vers d'autres horizons afin de conquérir de nouveaux territoires. Faute de pouvoir escorter leurs petits elles-mêmes, les plantes s'en remettent à autrui, comme elles s'en remettent déjà au vent et aux butineurs pour assurer leur reproduction. C'est l'histoire de cet incroyable voyage qui nous intéresse aujourd'hui.


Solanum lycopersicum, un pied sauvage de Tomate en plein centre ville! Poitiers

Un pied spontané de Tomate (Solanum lycopersicum) à même le macadam, en plein centre-ville... Diable, d'où vient-il?!


Parce que l'amour des fleurs nous entraine toujours plus loin, c'est en chanson que se poursuit la leçon du jour, avec le petit orchestre éphémère de Sauvages du Poitou (composé pour l'occasion de Claude «Papé» à l'accordéon et de votre serviteur à la guitare et au chant). Si tout le monde a trouvé son (ou sa) cavalier(ère), entamons le premier couplet de cette histoire. 1,2,3...


Un Coquelicot bien établi,

Né sous le signe de la barochorie,

Se plaint un jour de voir tomber

Toutes ses graines sur ses pieds...

"Les fleurs aussi rêvent d'étoiles,

Si je pouvais, j'mettrais les voiles!"

La barochorie, c'est l'art de s'en remettre à la gravité (baros est la pesanteur en grec). Telle la pomme qui tombe sur la tête de Newton, le fruit tombe simplement au sol. La technique est facile à mettre en œuvre (donc peu couteuse en ressources), mais promet rarement de grands voyages, à moins de vivre sur une pente. D'un autre côté, on est jamais mieux que chez soi, sur un terrain déjà connu et propice. Enfin, le principal avantage, c'est qu'on peut toujours compter sur la gravité!


Barochorie chez les végétaux, Sauvages du Poitou!

"Voler je sais, dit Pissenlit,

J'suis docteur ès anémochorie,

Seulement la Lune, n'y compte pas:

Le vent choisit seul où il va...

Et comme personne ne pousse en l'air,

Si je pouvais, j'irais sous terre!"

La plante anémochore est experte dans l'art de tisser des voiles sur le dos de sa descendance, puisque c'est le vent qui assure le voyage (anemos est le vent en grec). Petits parachutes (aigrettes) pour les Astéracées (Pissenlits, Picrides, Laiterons, Laitues...), hélicoptères miniatures (samares) pour les Érables... Tous les moyens sont bons pour voler, de quelques mètres seulement jusqu’à des centaines de kilomètres. Mais il faut être taillée pour l'aventure, parce qu'avec le vent, la destination peut devenir très aléatoire.


Samare de l'Érable (Acer sp), Poitiers Chilvert

On s'marre avec les samares de l’Érable (Acer sp)!

"Violette dit: myrmécochorie,

Comprenez à dos de fourmis,

C'est sûr on s'enfonce de suite,

Mais les fourmis creusent bien trop vite...

Comme les fleurs pointent vers le ciel,

J'préférerais un dos d'hirondelle!"

La myrmécochorie est une agence de voyage spécialisée dans le trek à dos de fourmis (myrmex est la fourmi en grec). Les graines des Sauvages myrmécochores sont équipées d'une partie nutritive et charnue (l'élaiosome) qui appâte les insectes. Les fourmis emportent les semences sous terre, jusque dans leurs fourmilières, quand elles n'abandonnent pas le colis en cours de route. C'est le cas de certaines euphorbiacées (Mercuriale annuelleEuphorbe des jardins...) ou de certaines lamiacées par exemple (Lamier pourpre, Lamier blanc... ). Et qui sait, avec les fourmis comme pilotes, on peut même réussir à semer à flanc de mur ou de falaise.


Le début d'un grand voyage pour cette graine de Grande Chélidoine (Chelidonium majus)...

"Faut pas s'emballer dit Merisier,

Endozoochorie: c'est mon métier!

Les oiseaux prennent mes noyaux,

Mais dans leur cul, jamais sur leur dos...

Comme personne n'aime le caca,

Si je pouvais, j'laverais tout ça!"

L'endozoochorie est une adaptation libre de la technique du cheval de Troie... Sauf qu'il conviendrait ici de rebaptiser la légende «le crottin de Troie»: il s'agit d'inciter les animaux à béqueter les fruits, pour que les semences voyagent dans leurs intestins avant de se faire rejeter ailleurs via les déjections! La stratégie demande aux graines d'être capable de résister aux sucs digestifs. Certaines plantes adepte du taxi-crotte enveloppent leur progéniture d'une coque si dure que le processus digestif devient indispensable pour ramollir l'enveloppe protectrice. Le Merisier des oiseaux (Prunus avium) est un célèbre endozoochore (c'est inscrit jusque dans son nom): ses cerises digérées par les oiseaux ont bien plus de chance de germer que lorsqu'elles tombent simplement à terre... C'est bien connu: les voyages forment les Merisiers!


L'endozoochorie chez les végétaux, Sauvages du Poitou!

"Gare aux clichés dit Nénuphar

L'hydrochorie, façon têtard,

les vagues ça fait vacances,

Mais quand ça tangue, on boit la tasse...

Comme on est pas des bigorneaux,

Si je pouvais, j'prendrais le bateau!"

Les Sauvages hydrochores (plantes d'eau mais aussi plantes terrestres des milieux humides) confient leurs bébés nageurs aux vagues. Dans l'art difficile de la brasse, toutes les Sauvages ne font pas preuve de la même élégance: certaines se contentent quasiment de couler, comme les lourdes graines du Nénuphar jaune (Nuphar lutea). D'autres flottent fièrement tels des navigateurs au long cours, à l'image des fruits du célèbre Cocotier (Cocos nucifera). Au fil des rivières, les nageuses tracent leur route toujours plus loin vers l'amont. Car contrairement aux saumons, les graines peuvent difficilement remonter le courant... Reste à appeler un taxi-crotte pour revenir à la source.

"Antrhopocorie dit Amarante:

Via cargo, je suis une immigrante,

Je suis passé sur l'autre rive,

Pour qu'on me traite d'invasive,

Dans un pays où il fait frisquette...

J'préfererais rester sous une couette!"

Séneçon du cap, Senecio inaequidens, Poitiers quartier gare

Le Séneçon du cap (Senecio inaequidens, ici en gare de Poitiers), une Sauvage sud africaine qui remonte peu à peu vers le nord de la France, portée par le vent (anémochore) et surtout par les trains qui passent (anthropocore)!


L'anthropocorie repose sur l'activité humaine, qui joue un rôle prépondérant dans la dissémination des Sauvages à travers la planète (Anthropos est l'humain en grec). Le plus souvent volontairement avec les plantes cultivées (introduction en Europe de certaines Amarantes par exemple), ou avec l'import d'exotiques à des fins alimentaires, médicinales ou ornementales. De ce point de vue, les sites de vente en ligne sont d'incontournables vecteurs de propagation pour le règne végétal, dont nombre d'invasives ont largement profité. Mais il faut aussi compter sur les passagères clandestines dont les graines voyagent à dos d'avion, de bateau, de camion ou de train...


Vente en ligne à l'international: la grande foire aux invasives!

Ailanthe (Ailanthus altissima), Herbe de la Pampa (Cortaderia selloana), Indigo du bush (Amorpha fruticosa), Raisin d'Amérique (Phytolacca americana)... Sur internet, la grande foire aux invasives, c'est toute l'année!

"Epizoochorie dit Dame Bardane,

Au chaud sous la fourrure d'un âne,

D'un chat, d'un chien pour voyager,

Difficile de ne pas rester collée...

Avec des puces pour seuls voisins,

Si je pouvais, j'me gratterais bien!"

Arctium minus, Petite Bardane, Poitiers bords de Boivre

«Faux fruits» (en fait une couronne de bractées crochues qui encerclent les véritables fruits, des akènes) de la Petite Bardane (Arctium minus), à l'origine de l'invention du scratch et du velcro!


Les Sauvages epizoochores ont développé diverses techniques (colle, épines, crochets...) qui permettent à leur semences de s'accrocher aux fourrures des animaux de passage ou à votre bas de pantalon. En grec, epi signifie «sur», zoo est l'«animal»: les plantes epizoochores voyagent à dos de bestiole (Galium aparine ou Arctium sp. par exemple), contrairement aux endozoochores qui voyagent littéralement «à l'intérieur des animaux».


Galium aparine, Gaillet grateron, Poitiers

C'est encore vos lacets que préfère les fruits du Gaillet gratteron (Galium aparine)!


Zoochorie, les Sauvages aiment nos bêtes à poil! Sauvages du Poitou


Epizoochorie, endozoochorie et myrmécochorie sont autant de moyens de transports qui reposent sur les insectes et animaux, regroupés sous l'appellation générique zoochorie. On aurait pu rajouter à cette liste la dyszoochorie, qui bien que n'ayant pas de couplet dans notre opéra champêtre, mérite bien une citation: lorsqu'un animal emportent les fruits dans son garde-manger, il laisse forcément trainer quelques restes... Je vous laisse imaginer le rôle de l’écureuil dans la dissémination du Noisetier (Corylus avellana), un célèbre arbrisseau dyzoochore. Mais ne perdons pas le fil alors que se profile déjà (ou enfin) le couplet final:

"Puisque vos agences de voyage,

Dit Cardamine à l'entourage,

Semblent vous décevoir un brin,

Je disperserai mes chérubins,

A la force de mes propres fruits."

Ainsi naquit l'autochorie!

Finalement, certaines plantes se débrouillent toutes seules: c'est l'autochorie. Les moyens mis en œuvre par ces Sauvages indépendantistes sont riches et variés. En guise d'exemple, on citera quelques cas déjà croisés dans les pages de Sauvages du Poitou: la Cymbalaire des murs (Cymbalaria muralis) retourne ses fleurs fécondées contre la falaise où elle pousse, déposant délicatement ses capsules à la verticale plutôt que de les voir tomber. La Cardamine hérissée (Cardamine hirsuta) fait exploser ses siliques, dispersant ses graines minuscules dans la moindre fissure alentour. Par un effet ressort lié à l’enroulement des parois de ses capsules, L'Herbe-à-Robert (Geranium robertianum) catapulte littéralement ses graines sur quelques dizaines de centimètre...


L'aurochorie, ou l'art de se débrouiller tout seul! Sauvages du Poitou
Parfois, on ne peut guère compter que sur soi-même!


Bien sûr, les Sauvages mettent rarement leurs œufs dans le même panier et combinent plusieurs stratégies à la fois. Mais chacune a sa spécialité... Alors, à l'issue de notre tube en devenir, et face à une rencontre végétale improbable (comment diable cette plante est-elle arrivée là?), vous devriez pourvoir commencer à émettre quelques hypothèses sur le parcours de ses semences. N'ayez pas peur de vous laisser aller aux intuitions farfelues: dans la nature, la réalité dépasse souvent la fiction. Ainsi, le pied sauvage de Tomate cerise photographié en haut d'article vient très probablement d'une graine échappée d'un sandwich: anthropocorie!


Une pousse de Grande Chélidoine (Chelidonium majus) qui perce à travers la tôle?  Hum... En réalité, la Sauvage est experte en myrmécochorie: une fourmi aura probablement déposé une graine dans un trou creusé par la rouille.


Pour aller plus loin:

- Version Kidi'science de cet article (réécriture pour les plus jeunes): chapitre 1 et chapitre 2

- La dissémination chez les «mauvaises herbes», sur le site de la Cabane de Tellus


Lecture recommandée:

- Dans la peau d'une plante de Catherine Lenne (éditions Belin)

- Petit guide de survie pour plantes rebelles de Michaël Falkowski (éditions Bookelis)


On en parle dans la presse:

- Un poitevin chante la nature, sur France Bleu Poitou!

>Voir le billet et ses commentaires...
 

Corydale jaunâtre, la pélerine
Date 11/08/2016
Ico Murs et rocailles
Comms Aucun commentaire

Pseudofumaria alba, Corydale jaunâtre, Nouaillé-Maupertuis (86)

Corydale jaunâtre, mur de l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis (86)


Pseudofumaria alba (Corydale jaunâtre) appartient au clan Papaveraceae, au côté des Pavots, des Coquelicots, de la Grande Chélidoine ou des Fumeterres avec qui l'air de famille est le plus flagrant; au point que la Sauvage en est devenu Pseudofumaria, une «pseudo Fumeterre»! En français, on l'appelle plus volontiers Corydale qui vient du grec corydallos, l'«alouette», un volatile au doigt postérieur particulièrement long: une référence aux larges éperons des fleurs de la Sauvage (pour rappel, un éperon est est une extension de la corolle d'une fleur, formant un tube allongé).


Pseudofumaria alba, Corydale jaunâtre, Nouaillé-Maupertuis (86)
Fleurs de la Cordyale jaunâtre: corolle en tube, prolongée d'un éperon courbé vers le bas, formée de 4 pétales.


Pseudofumaria alba est une Sauvage qui trouve ses origines vers la chaîne des Balkans. C'est en tant que plante ornementale qu'elle s'est invitée jusque dans les jardins et les rocailles françaises (et dans le reste de l'Europe), d'où elle s'échappe parfois pour flâner le long des trottoirs. La belle n'a rien d'une envahisseuse et reste une voyageuse discrète, qu'on croisera avec plaisir ici et là en milieu citadin.


Pseudofumaria alba, Corydale jaunâtre, Poitiers Chilvert

La Corydale jaunâtre, des Balkans jusqu'au Poitou!

- C’est marrant, j’aurais juré que les montagnes rocheuses étaient plus rocheuses que ça.

- Ouais, ils racontent vraiment n’importe quoi à la télé.

(Dumb and Dumber, Bobby et Peter Farrelly)

Pseudofumaria alba est une vivace (à la vie courte) qui s'installe sur les roches, les murs, les toits, où elle côtoie lézardes et lézards et retrouve un peu la saveur de ses montagnes natales. Ses grappes de fleurs tubulées s'affichent entre avril et juillet, comme autant de petits capuchons blancs de pèlerins!


Pseudofumaria alba, Corydale jaunâtre, Poitiers Chilvert

Feuille de la Corydale jaunâtrealternes, de forme générale triangulaire, bi ou tripennées.


Ses feuilles persistantes, délicatement découpées rappellent certaines fougères, comme Asplenium ruta-muraria. Pseudofumaria alba en possède la grâce et l'apparente fragilité... A vrai dire, la Sauvage ne craint pas grand chose, si ce n'est les sécheresse trop prolongées et les assauts des limaces affamées au printemps. Elle se contente d'un bout de mur calcaire ou de trottoir et ne tremble jamais devant les grands froids.


Corydale jaunâtre, Nouaillé-Maupertuis (86)


A la fin de l'été, les fruits pointus (des capsules) de Pseudofumaria alba renferment de nombreuses graines (contrairement à ceux de ses sœurs Fumeterres qui n'en contienne qu'une seule). C'est à dos de fourmis que la Sauvage perpétue son pèlerinage le long de nos trottoirs et de nos murs: les insectes en emportent les semences (celle ci est munie d'une excroissance appétissante, l'élaïosome), dispersant les générations futures, d'une fissure à une autre.


Pseudofumaria alba, Corydale jaunâtre, Nouaillé-Maupertuis (86)
Fruits de la Corydale jaunâtre tombés au sol, bientôt la suite du voyage?


Pseudofumaria alba, la pélerine! Sauvages du Poitou


Pseudofumaria lutea, Corydale jaune, Nouaillé-Maupertuis (86)

Corydale jaune (Pseudofumaria lutea), une autre pèlerine du clan Papaveraceae que l'on peut trouver ici et là en Poitou (ici au pied de l'abbaye de Nouaillé-Maupertuis dans la Vienne).


Pour aller plus loin:

- Pseudofumaria alba sur Tela botanica

- Pseudofumaria lutea sur Tela-botanica


>Voir le billet et ses commentaires...
 


Infos blog

Sauvages du Poitou


MP  Mighty Productions
> Blogs
> Sauvages du Poitou
 
RSS       Mentions légales       Comms  Haut de la page